+AA
En

« Danser » pour réduire les chutes et améliorer la fonction physique ?

Les messages clés

  • Chaque année, plus de 37 millions de chutes entraînent un traitement médical, et environ 700 000 personnes meurent des suites d’une chute. 
  • L’activité psychomotrice basée sur la danse est une forme d’exercice qui sollicite nos fonctions sensorielles et cognitives. Elle fait appel à la structure, aux mouvements de l’esprit et à l’interaction sociale. La danse sociale et le tai-chi en sont deux exemples.
  • Chez les personnes âgées en bonne santé, l’activité psychomotrice basée sur la danse peut réduire le risque de chute et la fréquence des chutes, et améliorer l’équilibre, la mobilité et la force du bas du corps.
  • Envisagez d’intégrer une activité psychomotrice basée sur la danse à votre programme d’exercices, mais avant tout, demandez à votre prestataire de soins de santé quels sous-types spécifiques sont bénéfiques et sans danger pour vous.

Tout au long de notre vie, de nombreux événements nous font littéralement perdre pied. Cependant, contrairement à ce qui se passe dans les films, glisser sur une peau de banane ou trébucher sur un lacet défait n’a rien de drôle. Les chutes sont un véritable problème qui peut avoir des conséquences graves, comme des blessures ou la mort. Chaque année, plus de 37 millions de chutes dans le monde finissent par nécessiter une intervention médicale, tandis que près de 700 000 personnes meurent des suites d’une chute. L’âge augmente le risque de tomber et de se blesser lors d’une chute (1) — pensez à l’ostéoporose, à la baisse de la vision, à la réduction de la vitesse de marche, etc. En fait, lorsqu’il s’agit de chutes qui entraînent la mort, la majorité d’entre elles surviennent chez les personnes âgées (1).


Le maintien de la santé des pieds par des soins podiatriques, la révision périodique des médicaments, l’entraînement à la récupération de l’équilibre et l’exercice physique, seuls ou associés à d’autres stratégies, comme l’évaluation et la modification de l’environnement, ont montré qu’ils peuvent contribuer à réduire le risque de chute (2-6). L’exercice, en particulier, semble être un sujet brûlant lorsqu’il s’agit de la prévention des chutes.


Une étude systématique récente met au-devant de la scène un type d’exercice connu sous le nom d’activité psychomotrice basée sur la danse et son impact sur le risque de chute. Dans ce cas, les activités psychomotrices basées sur la danse impliquent les éléments suivants : des mouvements psychomoteurs effectués en position debout ; une chorégraphie ou des instructions ; la structuration de l’exercice à l’aide de rythmes externes ou internes, tels que la musique ou la respiration ; un accent mis sur l’équilibre dynamique (c’est-à-dire rester en équilibre tout en se déplaçant ou en changeant de position) ; et l’interaction avec les autres (7). Le tai-chi et les activités autres que le tai-chi, comme la danse sociale et la danse folklorique, sont des exemples de cette forme d’exercice, qui fait appel à nos fonctions sensorielles et cognitives (7-9).


Pour ceux et celles d’entre nous qui éprouvent des difficultés à s’adonner à des formes d’exercice plus traditionnelles ou qui aimeraient diversifier leur programme d’exercices, les activités psychomotrices basées sur la danse semblent certainement être un ajout intéressant à notre plan de prévention des chutes. Mais avant de nous rendre sur la « piste de danse », voyons ce que les faits nous apprennent.


Ce que la recherche nous apprend

L’étude révèle que les activités psychomotrices basées sur la danse peuvent avoir des effets bénéfiques sur la prévention des chutes et la fonction physique chez les personnes âgées en bonne santé, par rapport à d’autres types d’exercice, à l’absence d’exercice ou aux soins habituels.


Tout d’abord, les activités psychomotrices basées sur la danse peuvent réduire le risque de chute (c’est-à-dire le nombre de personnes qui font une chute) de 37 % et le taux de chute (c’est-à-dire le nombre de chutes) de 31 %. En ce qui concerne les activités psychomotrices spécifiques basées sur la danse, le tai-chi s’avère efficace pour améliorer ces résultats en matière de chutes, tandis qu’un petit nombre d’études montrent que les activités autres que le tai-chi ne sont pas efficaces.


Deuxièmement, les activités psychomotrices basées sur la danse peuvent améliorer modérément les mesures de la fonction physique telles que l’équilibre, la mobilité et la force du bas du corps, mais pas la force du haut du corps. En ce qui concerne l’équilibre et la mobilité, les activités de tai-chi et les activités autres que le tai-chi sont efficaces, mais ces dernières ont été particulièrement bénéfiques. En ce qui concerne la force du bas du corps, seules les activités autres que le tai-chi sont efficaces.


Troisièmement, la pratique de ces activités trois fois ou plus par semaine pendant une période de 12 à 24 semaines peut entraîner des bénéfices plus importants. Cela dit, il est nécessaire de mener de nouvelles recherches sur des activités autres que le tai-chi et d’obtenir des données supplémentaires sur la fréquence et la durée idéales des exercices psychomoteurs basés sur la danse (7). Entre-temps, parlez à votre professionnel de la santé des avantages d’ajouter ces exercices à votre routine. Il pourra vous aider à choisir la meilleure activité pour vous, en tenant compte de vos besoins individuels en matière de santé, de vos capacités physiques et de votre sécurité. En l’absence de cours de danse, de programmes de tai-chi et d’autres services similaires en personne, essayez d’accéder à des cours ou à des programmes en ligne.


Int�ress�s par les recherches sur le vieillissement? Inscrivez-vous aux alertes par courriel.
S'Inscrire
À Propos des Auteurs

Références

  1. Organisation mondiale de la santé. Les chutes. [Internet] 2021. [consulté en avril 2021]. Disponible en ligne : https://www.who.int/fr/news-room/fact-sheets/detail/falls 
  2. Wylie G, Torrens C, Campbell P, et al. Les interventions de podologie pour prévenir les chutes chez les personnes âgées: une revue systématique et méta-analyse. Age Ageing. 2019; 48(3):327-336. doi: 10.1093/ageing/afy189. 
  3. van der Cammen TJ, Rajkumar C, Onder G, et al. Drug cessation in complex older adults: Time for action. Age Aging. 2014; 43:20-25.
  4. Mansfield A, Wong JS, Bryce J, et al. Est-ce que les exercices d'équilibre avec des perturbations permettent de prévenir les chutes? Une revue systématique et méta-analyse d'essais contrôlés randomisés préliminaires. Phys Ther. 2015; 95:700-709. doi: 10.2522/ptj.20140090.  
  5. Grossman DC, Curry SJ, Owens DK, et al. Les interventions visant à prévenir les chutes chez les personnes âgées vivant dans la communauté: un énoncé de recommandations du U.S. Preventive Services Task Force. JAMA. 2018; 319:1696-1704. doi: 10.1001/jama.2018.3097.  
  6. Tricco AC, Thomas SM, Veroniki AA, et al. Comparaisons des interventions pour prévenir les chutes chez les personnes âgées: une revue systématique et méta-analyse. JAMA. 2017; 318(17):1687-1699. doi: 10.1001/jama.2017.15006.
  7. Mattle M, Chocano-Bedoya PO, Fischbacher M, et al. Association of dance-based mind-motor activities with falls and physical function among healthy older adults: A systematic review and meta-analysis. JAMA Netw Open. 2020; 3:e2017688.
  8. Ballesteros S, Kraft E, Santana S, et al. Maintaining older brain functionality: A targeted review. Neurosci Biobehav Rev. 2015; 55:453-477. doi:10.1016/j.neubiorev.2015.06.008.
  9. Rehfeld K, Lüders  A, Hökelmann  A, et al. Dance training is superior to repetitive physical exercise in inducing brain plasticity in the elderly. PLoS One. 2018; 13(7):e0196636. doi:10.1371/journal.pone.0196636.  

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ: Ces résumés sont fournis à titre informatif seulement. Ils ne peuvent pas remplacer les conseils de votre propre professionnel de la santé. Les résumés peuvent être reproduits à des fins éducatives sans but lucratif. Toute autre utilisation doit être approuvée par le Portail du vieillissement optimal de McMaster (info@mcmasteroptimalaging.org).

Plusieurs de nos billets de blogue ont été rédigés avant la pandémie de COVID-19 et ne reflètent donc pas nécessairement les dernières recommandations de santé publique. Bien que le contenu de ces billets de blogue identifie des activités qui favorisent un vieillissement optimal, il est important de s'en tenir aux recommandations de santé publique les plus récentes, comme la distanciation sociale et le lavage fréquent des mains. Certaines des activités suggérées dans ces billets de blogue devront peut-être être modifiées ou évitées afin de se conformer aux recommandations actuelles en matière de distanciation sociale. Pour consulter les dernières mises à jour de l'Agence de la santé publique du Canada, veuillez visiter leur site Web.

Intéressés par les recherches sur le vieillissement? Inscrivez-vous aux alertes par courriel.

Le soutien au Portail est largement assuré par l’Initiative Labarge sur le vieillissement optimal. AGE-WELL est un partenaire contributeur. Aidez-nous à continuer à fournir un accès direct et facile à des informations fondées sur des données probantes sur des enjeux de santé et sociaux pour vous aider à rester en bonne santé, actif et engagé en vieillissant. Faites un don dès aujourd'hui.

La traduction française du contenu destiné au grand public sur ce site Web est soutenue en partie par le Réseau québécois de recherche sur le vieillissement.
© 2012 - 2020 McMaster University | 1280 Main Street West | Hamilton, Ontario L8S4L8 | +1 905-525-9140 | Conditions d'utilisation