+AA
En

Aperçu fondé sur des données probantes concernant trois types de dépistage du cancer

Les messages clés

  • Dans le monde, le cancer est l’une des principales causes de décès.
  • Les outils de dépistage du cancer visent à aider à détecter le cancer à un stade précoce, augmentant ainsi les chances de réussite du traitement.
  • Le Groupe d’étude canadien sur la prévention ne recommande pas l’utilisation du test de l’antigène prostatique spécifique (APS) comme outil de dépistage du cancer de la prostate.
  • Le groupe de travail américain sur les services préventifs ne recommande pas le dépistage du cancer de l’ovaire chez les femmes présentant un « risque moyen » de cancer de l’ovaire et ne présentant aucun symptôme.
  • La mammographie réduit le risque de décès par cancer du sein chez les femmes âgées de 50 à 69 ans qui présentent un risque moyen de cancer du sein, mais les résultats pour les femmes de moins de 50 ans et de plus de 70 ans ne sont pas concluants.  
  • En général, il est conseillé aux hommes et aux femmes de parler avec leur équipe soignante de leur risque personnel de cancer et des options de dépistage et de collaborer à un plan de dépistage qui leur convienne. 

Le cancer est une cause majeure de maladie et de mortalité dans le monde (1). Cependant, un dépistage précoce du cancer peut augmenter les chances de le traiter avec succès. L’une des stratégies de diagnostic précoce est le dépistage. L’objectif du dépistage est de détecter les anomalies qui indiquent la présence potentielle d’un cancer ou d’un précancer avant que la personne ne commence à ressentir des symptômes (1). Cela semble optimal, n’est-ce pas ? La réponse est oui, mais seulement pour certains. Comme pour beaucoup de choses dans la vie, il n’existe pas de modèle unique en matière de dépistage. La décision de procéder ou non à un dépistage dépend de l’évaluation des avantages et des inconvénients pour les individus ou les groupes (2-5). Mais que nous apprend la recherche sur les différentes formes de dépistage du cancer ? Voici quelques-unes des idées fondées sur des données probantes concernant le dépistage du cancer de la prostate, du cancer de l’ovaire et du cancer du sein. Cliquez sur les liens ci-dessous pour en savoir plus.


1. Le dépistage du cancer de la prostate

L’antigène prostatique spécifique (APS) est une protéine produite par les cellules de la prostate. On utilise le test APS pour évaluer le niveau de l’APS dans le sang, un niveau élevé de l’APS indiquant la présence potentielle d’un cancer de la prostate. Malgré la large utilisation de ce test comme méthode de dépistage du cancer de la prostate, on ne le considère pas comme très fiable, et le Groupe d’étude canadien sur les soins de santé préventifs ne recommande pas son utilisation comme outil de dépistage. En particulier, on déconseille le test APS aux hommes de moins de 55 ans et de plus de 70 ans, tandis qu’on invite les hommes âgés de 55 à 69 ans (le groupe le plus à risque) à parler avec un professionnel de la santé des options de dépistage disponibles avant d’opter pour un test APS. Pourquoi ? Eh bien, les avantages du test APS ne sont pas constants, mais les inconvénients — y compris les résultats faussement positifs, les complications associées à d’autres tests entrepris pour aider à établir un diagnostic (par exemple, les biopsies) et le surdiagnostic — sont notables (2 ; 3). Ces résultats concernent les hommes qui ne présentent pas de symptômes de cancer de la prostate avant le dépistage. Il est également important de mentionner que les recommandations concernant l’utilisation ou non du test APS ne font pas l’unanimité parmi les experts (6).


2. Le dépistage du cancer de l’ovaire

Les échographies transvaginales et/ou les tests sanguins de l’antigène cancéreux 125 (CA-125) sont deux méthodes utilisées pour dépister le cancer de l’ovaire (4 ; 7). L’échographie prend des images des ovaires, tandis que le test sanguin recherche des taux élevés de la protéine CA-125. Les recherches montrent que le dépistage du cancer de l’ovaire ne réduit pas le nombre de décès dus à cette maladie chez les femmes âgées de plus de 45 ans, ne présentant aucun symptôme et présentant un « risque moyen » de la maladie. Cependant, les résultats faussement positifs du test peuvent conduire à des interventions chirurgicales inutiles dans cette population (4). C’est pourquoi le US Preventive Services Task Force et le Groupe d’étude canadien sur les soins de santé préventifs ne recommandent pas le dépistage du cancer de l’ovaire chez les femmes présentant un « risque moyen » de cancer de l’ovaire et ne présentant pas de symptômes (4 ; 7-8).


3. Le dépistage du cancer du sein

La mammographie consiste à prendre des clichés radiographiques des seins pour dépister le cancer du sein (5 ; 9-10). Chez les femmes présentant un « risque moyen » de cancer du sein, la mammographie réduit le risque de décès chez celles qui sont âgées de 50 à 69 ans, mais pas chez celles de moins de 50 ans ni chez celles âgées de 70 à 74 ans. Cela dit, les résultats pour les groupes d’âge de moins de 50 ans et de 70 à 74 ans ne sont pas aussi concluants. De plus, la mammographie peut également augmenter le risque de surdiagnostic chez les femmes de moins de 50 ans, ainsi que chez celles âgées de 50 à 69 ans (4). Comme pour le test APS, les opinions divergent quant à l’utilisation de la mammographie, en particulier sur des questions telles que les groupes à dépister et le moment où il faut commencer le dépistage (4 ; 11-13).


Veuillez noter que les résultats du dépistage du cancer de l’ovaire et du sein ne concernent que les personnes présentant un risque moyen de ces cancers, et NON lespersonnes à haut risque, tandis que les résultats du dépistage du cancer de la prostate concernent les hommes ne présentant pas de symptômes de ce cancer.


Prochaines étapes pour vous

Vous vous demandez peut-être « Qu’est-ce que cela signifie pour moi ? » et personne ne vous en voudra. Entre des résultats peu concluants, des conclusions différentes selon les groupes d’âge et les messages contradictoires des experts et des expertes, il peut être difficile de déterminer ce qui est le mieux pour vous. La bonne nouvelle, c’est que vous n’avez pas à vous débrouiller seuls. Les décisions relatives à l’opportunité d’un dépistage, à la meilleure option de dépistage pour vous et à la manière de procéder doivent être prises en consultation avec votre équipe de soins. Ensemble, vous pouvez évaluer votre niveau de risque, peser les avantages et les inconvénients pour vous en tant qu’individu, et tenir compte de vos préférences.


Int�ress�s par les recherches sur le vieillissement? Inscrivez-vous aux alertes par courriel.
S'Inscrire
À Propos des Auteurs

Références

  1. Organisation mondiale de la santé. Cancer. [Internet] 2021. [consulté en septembre 2021]. Disponible en ligne :  https://www.who.int/fr/news-room/fact-sheets/detail/cancer
  2. Bell N, Gorber S, Shane A, et coll. Recommendations on screening for prostate cancer with the prostate-specific antigen test. CMAJ. 2014; 186:1225-34. doi: 10.1503/cmaj.140703. 
  3. Fenton JJ, Weyrich MS, Durbin S, et coll.  Le dépistage basé sur l'antigène prostatique spécifique pour le cancer de la prostate: rapport sur les données probantes et revue systématique pour la U.S. Preventive Services Task Force. JAMA. 2018; 319(18):1914-1931. doi: 10.10001/jama.2018.3712. 
  4. Henderson JT, Webber EM, Sawaya GF.  Le dépistage du cancer de l'ovaire: rapport mis à jour des données probantes et revue systématique pour le U.S. Preventive Services Task Force. JAMA. 2018; 319:595-606. doi: 10.1001/jama.2017.21421. 
  5. Canelo-Aybar C, Ferreira DS, Ballesteros M, et coll. Avantages et inconvénients du dépistage par mammographie chez les femmes à risque moyen de cancer du sein: une revue systématique pour l'Initiative de la Commission européenne sur le cancer du sein. J Med Screen. 2021. doi: 10.1177/0969141321993866.
  6. Gulati R, Tsodikov A, Etzioni R, et coll. Expected population impacts of discontinued prostate-specific antigen screening. Cancer. 2014; 120:3519–3526. doi: 10. 1002/cncr.28932.
  7. Grossman DC, Curry SJ, Owens DK, et coll. Le dépistage du cancer de l'ovaire: énoncé de recommandations du U.S. Preventive Services Task Force. JAMA. 2018; 319(6):588-594. doi: 10.1001/jama.2017.21926.
  8. Groupe d’étude canadien sur les soins de santé préventifs. Cancer de l’ovaire. [Internet] 2019. [consulté en septembre 2021]. Disponible en ligne : https://canadiantaskforce.ca/lignesdirectrives/appraised-guidelines/cancer-de-lovaire/?lang=fr  
  9. Société canadienne du cancer. Dépistage du cancer du sein. [Internet] 2021. [consulté en septembre 2021]. Disponible en ligne : https://cancer.ca/fr/cancer-information/cancer-types/breast/screening  
  10. Groupe d’étude canadien sur les soins de santé préventifs. Cancer du sein (mise à jour) (2018). [Internet] 2019. [consulté en septembre 2021]. Available from https://canadiantaskforce.ca/guidelines/published-guidelines/breast-cancer-update/   
  11. WHO position paper on mammography screening. Geneve: Organisation mondiale de la santé, 2014.
  12. Tonelli M, Gorber SC, Joffres M, et coll. Recommendations on screening for breast cancer in average-risk women aged 40-74 years. Canad Med Assoc J. 2011; 183:1991-2001. doi: 10.1503/cmaj.110334. 
  13. Oeffinger KC, Fontham ET, Etzioni R, et coll. Breast cancer screening for women at average risk: 2015 guideline update from the American cancer society. JAMA. 2015; 314: 1599-1614. doi: 10.1001/jama.2015.12783. 

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ: Ces résumés sont fournis à titre informatif seulement. Ils ne peuvent pas remplacer les conseils de votre propre professionnel de la santé. Les résumés peuvent être reproduits à des fins éducatives sans but lucratif. Toute autre utilisation doit être approuvée par le Portail du vieillissement optimal de McMaster (info@mcmasteroptimalaging.org).

Plusieurs de nos billets de blogue ont été rédigés avant la pandémie de COVID-19 et ne reflètent donc pas nécessairement les dernières recommandations de santé publique. Bien que le contenu de ces billets de blogue identifie des activités qui favorisent un vieillissement optimal, il est important de s'en tenir aux recommandations de santé publique les plus récentes, comme la distanciation sociale et le lavage fréquent des mains. Certaines des activités suggérées dans ces billets de blogue devront peut-être être modifiées ou évitées afin de se conformer aux recommandations actuelles en matière de distanciation sociale. Pour consulter les dernières mises à jour de l'Agence de la santé publique du Canada, veuillez visiter leur site Web.

Intéressés par les recherches sur le vieillissement? Inscrivez-vous aux alertes par courriel.

Le soutien au Portail est largement assuré par l’Initiative Labarge sur le vieillissement optimal. AGE-WELL est un partenaire contributeur. Aidez-nous à continuer à fournir un accès direct et facile à des informations fondées sur des données probantes sur des enjeux de santé et sociaux pour vous aider à rester en bonne santé, actif et engagé en vieillissant. Faites un don dès aujourd'hui.

La traduction française du contenu destiné au grand public sur ce site Web est soutenue en partie par le Réseau québécois de recherche sur le vieillissement.
© 2012 - 2020 McMaster University | 1280 Main Street West | Hamilton, Ontario L8S4L8 | +1 905-525-9140 | Conditions d'utilisation