+AA
En

Une vérification de l’armoire à pharmacie ! Peut-on utiliser l’aspirine pour combattre le cancer ?

Les messages clés

  • Le cancer est la principale cause de décès dans le monde et était responsable d’environ 10 millions de décès en 2020.  
  • Chez les personnes n’ayant jamais eu de cancer, la prise d’aspirine à long terme ne diminue pas l’incidence du cancer ou de la mort par cancer, mais augmente le risque d’hémorragie majeure.
  • Pour réduire le risque de développer un cancer, restez assis moins longtemps, faites de l’exercice régulièrement, maintenez un poids santé, adoptez une alimentation saine, limitez ou évitez l’alcool, évitez ou arrêtez de fumer et protégez-vous du soleil.

Que ce soit par expérience personnelle ou en tant que témoin du parcours d’un être cher, d’une manière ou d’une autre, nous avons tous été touchés par le cancer. Rien que l’année dernière, environ 10 millions de personnes sont mortes du cancer, la principale cause de décès dans le monde (1).


Alors que le nombre de cas de cancer et de décès par cancer ne cesse d’augmenter, les scientifiques s’efforcent d’identifier des stratégies susceptibles de contribuer à la prévention et au traitement des diverses maladies qui relèvent de ce vaste terme. En ce qui concerne la prévention, vous serez peut-être surpris d’apprendre qu’une stratégie très discutée se présente sous la forme d’un médicament en vente libre que beaucoup d’entre nous ont à portée de main. Nous l’utilisons pour nous débarrasser des maux de tête, soulager les muscles endoloris et faire baisser la fièvre. Bien que cette description générique s’applique à de nombreux analgésiques différents, l’aspirine se trouve au centre de cette assertion particulière, tout comme elle l’a été dans des discussions précédentes sur la santé cardiaque et la prévention de la démence (2-4). Alors que l’aspirine réapparaît comme une stratégie potentielle de prévention, que va montrer la recherche cette fois-ci ? Pouvons-nous compter sur elle pour nous aider à déjouer le cancer ? Une étude systématique relativement récente s’est penchée sur l’utilisation de l’aspirine à long terme et sa capacité à prévenir le cancer chez les personnes n’ayant jamais eu de cancer (2).


Ce que la recherche nous apprend

Tout comme les résultats précédents concernant les AVC et les décès chez les personnes sans maladie cardiaque et la démence chez les personnes âgées en bonne santé, l’utilisation de l’aspirine ne semble pas protéger contre le développement du cancer et continue d’être associée à des effets secondaires indésirables (2-4).


Dans l’ensemble, la revue systématique montre que chez les personnes sans antécédents de cancer, l’utilisation à long terme de l’aspirine (c.-à-d. entre 1 et 5 ans, entre 5 et 10 ans et plus de 10 ans) ne réduit pas l’incidence totale du cancer ou le nombre total de décès par cancer, comparativement à l’absence d’utilisation d’aspirine. Cependant, l’utilisation d’aspirine augmente le risque de saignement majeur de 32 à 57 % et peut augmenter le nombre total d’événements hémorragiques de 33 à 74 %. On observe l’absence de bénéfices et la présence d’effets secondaires pour différentes doses d’aspirine, sa durée d’utilisation et selon les populations (telles que les personnes en bonne santé, les personnes diabétiques et les personnes souffrant de maladies cardiaques ou présentant un risque accru de maladies cardiaques) (2).


Cela dit, les auteurs de l’étude soulignent la nécessité de poursuivre les recherches dans deux domaines. Le premier domaine est l’utilisation de l’aspirine dans les populations à haut risque, telles que celles ayant des antécédents familiaux de cancer (2). Le deuxième domaine concerne les effets de l’aspirine sur les différents types de cancer, par opposition à une analyse globale comme celle qui est effectuée dans cette revue. En effet, certaines données montrent un effet préventif potentiel pour des cancers spécifiques (par exemple, le cancer colorectal) (2 ; 22). Assurez-vous de discuter de votre risque de cancer et des stratégies de prévention qui vous conviennent le mieux avec votre professionnel de la santé.


Bien que, dans l’ensemble, l’aspirine ne soit pas une stratégie efficace de prévention du cancer, il existe des changements de mode de vie fondés sur des preuves que nous pouvons intégrer dans notre vie quotidienne pour aider à réduire le risque de cancer. Il s’agit notamment :

  • d’éviter ou arrêter de fumer (5) ;
  • de limiter notre consommation d’alcool (un verre par jour au maximum pour les femmes et deux verres par jour pour les hommes) ou d’éviter complètement l’alcool (6-10) ;
  • d’adopter une alimentation saine, riche en fruits, légumes et fibres, et pauvre en viandes rouges et transformées (9 ; 11-14) ;
  • de rester assis moins longtemps et rester physiquement actif, en progressant jusqu’à au moins 150 minutes d’exercice d’intensité modérée ou 75 minutes d’activité intense par semaine (ou une combinaison des deux) (15-19) ;
  • de maintenir un poids corporel sain (16) ; et
  • de pratiquer la sécurité solaire en diminuant le temps passé au soleil, en portant des vêtements qui protègent du soleil et en appliquant une crème solaire lorsque l’exposition au soleil est inévitable, et en n’utilisant pas de lits de bronzage (20 ; 21).

Int�ress�s par les recherches sur le vieillissement? Inscrivez-vous aux alertes par courriel.
S'Inscrire
À Propos des Auteurs

Références

  1. Organisation mondiale de la santé. Cancer. [Internet] 2021. [consulté en avril 2021]. Disponible en ligne : https://www.who.int/news-room/fact-sheets/detail/cancer 
  2. Wu Q, Yao X, Chen H, et coll. Utilisation de l'aspirine à long terme pour la prévention primaire du cancer: une revue systématique mise à jour et une méta-analyse en sous-groupe de 29 essais cliniques randomisés. J Cancer. 2020; 11:6460-6473.  
  3. Mahmoud AN, Gad MM, Elgendy AY, et coll. L'efficacité et la sécurité de l'aspirine en prévention primaire d'événements cardiovasculaires: une méta-analyse et analyse séquentielle d'essais d'essais contrôlés randomisés. Eur Heart J. 2019; 60:607-617. doi: 10.1093/eurheartj/ehy813.  
  4. Jordan F, Quinn TJ, McGuinness B, et coll. Aspirin and other non-steroidal anti-inflammatory drugs for the prevention of dementia. Cochrane Database Syst Revs. 2020; 4:CD011459. doi: 10.1002/14651858.CD011459.pub2.  
  5. Song M, Giovannucci E. Preventable incidence and mortality of carcinoma associated with lifestyle factors among white adults in the United States. JAMA Oncol. 2016; 2(9):1154-1161.
  6. Secretan B, Straif K, Baan R, et coll. A review of human carcinogens – Part E: Tobacco, areca nut, alcohol, coal smoke, and salted fish. Lancet Oncol. 2009; 10(11):1033-1034.
  7. Centre international de recherche sur le cancer. IARC monographs on the evaluation of carcinogenic risks to humans. Lyon (FR): Centre international de recherche sur le cancer; 2012. 100E vol. Disponible en anglais seulement : http://monographs.iarc.fr/ENG/Monographs/vol100E/mono100E.pdf
  8. Fedirko V, Tramacere I, Bagnardi V, et coll. Alcohol drinking and colorectal cancer risk: An overall and dose-response meta-analysis of published studies. Ann of Oncol. 2011; 22(9):1958-1972. doi: 10.1093/annonc/mdq653.
  9. Kushi LH, Doyle C, McCullough M, et coll. American Cancer Society guidelines on nutrition and physical activity for cancer prevention. CA Cancer J Clin. 2012; 62(1):30-67. doi: 10.3322/caac.20140.
  10. World Cancer Research Fund/American Institute for Cancer Research. Food, nutrition, physical activity, and the prevention of cancer: A global perspective. Washington (DC): AICR; 2007. 537 p. Disponible en ligne en anglais : https://discovery.ucl.ac.uk/id/eprint/4841/1/4841.pdf 
  11. International Agency for Research on Cancer. IARC Handbooks of Cancer Prevention: Fruit and vegetables. Lyon (FR): IARCPress; 2003. Disponible en ligne en anglais : http://publications.iarc.fr/Book-And-Report-Series/Iarc-Handbooks-Of-Cancer-Prevention/Fruit-And-Vegetables-2003
  12. World Cancer Research Fund/American Institute for Cancer Resarch. Continuous update report: Food, nutrition, physical activity and the prevention of colorectal cancer. Washington (DC): AICR; 2011.
  13. Bouvard V, Loomis D, Guyton KZ, et coll. Carcinogenicity of consumption of red and processed meat. Lancet Oncol. 2015; 16(16):1599-600. doi: 10.1016/S1470-2045(15)00444-1.
  14. Chan DS, Lau R, Aune D, et coll. Red and processed meat and colorectal cancer incidence: Meta-analysis of prospective studies. PLos One. 2011; 6(6):e20456. doi: 10.1371/journal.pone.0020456. 
  15. Biswas A, Oh PI, Faulkner GE, et coll. Sedentary time and its association with risk for disease incidence, mortality, and hospitalization in adults: A systematic review and meta-analysis. Ann Intern Med. 2015; 162(2):123-132. doi: 10.7326/M14-1651.
  16. World Cancer Research Fund International/American Institute for Cancer Research. Food, nutrition, physical activity, and the prevention of cancer: A global perspective. Washington DC: AICR, 2008. Disponible en ligne en anglais : http://www.wcrf.org/sites/default/files/Second-Expert-Report.pdf
  17. Ballard-Barbash R, Friedenreich CM, Courneya KS, et coll. Physical activity, biomarkers, and disease outcomes in cancer survivors: A systematic review. J Natl Cancer Inst. 2012; 104(11):815-840. doi: 10.1093/jnci/djs207.
  18. Cormie P, Zopf EM, Zhang X, et coll. The impact of exercise on cancer mortality, recurrence, and treatment-related adverse effects. Epidemiol Rev. 2017; 39:71-92. doi: 10.1093/epirev/mxx007.
  19. Winzer BM, Whiteman DC, Reeves MM, et coll. Physical activity and cancer prevention: A systematic review of clinical trials. Cancer Causes Control. 2011; 22(6):811-826. doi: 10.1007/s10552-011-9761-4.
  20. Organisation mondiale de la santé, Centre international de recherche sur le cancer. IARC Handbooks of Cancer Prevention: sunscreens. Lyon (FR): Organisation mondiale de la santé & Centre international de recherche sur le cancer 2001. 5 vol. Disponible en ligne en anglais : http://publications.iarc.fr/Book-And-Report-Series/Iarc-Handbooks-Of-Cancer-Prevention/Sunscreens-2001
  21. Colantonio S, Bracken M, Beecker J. The association of indoor tanning and melanoma in adults: Systematic review and meta-analysis. J Am Acad Dermatol. 2014; 70(5):847-857. doi: 10.1016/j.jaad.2013.11.050.
  22. Rothwell PM, Wilson M, Elwin CE, et coll. Long-term effect of aspirin on colorectal cancer incidence and mortality: 20-year follow-up of five randomised trials. Lancet. 2010; 376: 1741-50.

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ: Plusieurs de nos billets de blogue ont été rédigés avant la pandémie de COVID-19 et ne reflètent donc pas nécessairement les dernières recommandations de santé publique. Bien que le contenu de ces billets de blogue identifie des activités qui favorisent un vieillissement optimal, il est important de s'en tenir aux recommandations de santé publique les plus récentes, comme la distanciation sociale et le lavage fréquent des mains. Certaines des activités suggérées dans ces billets de blogue devront peut-être être modifiées ou évitées afin de se conformer aux recommandations actuelles en matière de distanciation sociale. Pour consulter les dernières mises à jour de l'Agence de la santé publique du Canada, veuillez visiter leur site Web.

Intéressés par les recherches sur le vieillissement? Inscrivez-vous aux alertes par courriel.

Le soutien au Portail est largement assuré par l’Initiative Labarge sur le vieillissement optimal. AGE-WELL est un partenaire contributeur. Aidez-nous à continuer à fournir un accès direct et facile à des informations fondées sur des données probantes sur des enjeux de santé et sociaux pour vous aider à rester en bonne santé, actif et engagé en vieillissant. Faites un don dès aujourd'hui.

La traduction française du contenu destiné au grand public sur ce site Web est soutenue en partie par le Réseau québécois de recherche sur le vieillissement.
© 2012 - 2020 McMaster University | 1280 Main Street West | Hamilton, Ontario L8S4L8 | +1 905-525-9140 | Conditions d'utilisation