+AA
En

L’aspirine et les autres anti-inflammatoires non stéroïdiens sont-ils efficaces pour prévenir la démence ?

Les messages clés

  • Chaque année, il y a environ 10 millions de nouveaux cas de démence dans le monde.
  • À l’heure actuelle, les recherches montrent que l’aspirine et d’autres anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), tels que le célécoxib, le naproxène et le rofécoxib, ne sont peut-être pas efficaces pour prévenir la démence, mais peuvent s’accompagner d’un risque accru d’effets secondaires négatifs.
  • Vous envisagez de prendre de l’aspirine ou un autre AINS pour prévenir la démence ou vous les utilisez déjà ? Discutez avec votre prestataire de soins des risques potentiels et de l’absence apparente de bienfaits.

Toutes les trois secondes, quelque part dans le monde, une nouvelle personne est diagnostiquée comme atteinte de démence (1;2). Cela se traduit par environ 10 millions de nouveaux cas de démence chaque année (3). La forte augmentation des cas est directement liée au fait qu’il n’existe pas de remède connu ni de stratégies de prévention efficaces à l’heure actuelle.


Ces dernières années, la recherche a commencé à se concentrer sur le rôle de l’inflammation comme cause de la démence, ainsi que sur les thérapies permettant de réduire et de contrôler l’inflammation. Ces thérapies comprennent les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) tels que l’aspirine, le célécoxib (Celebrex), le naproxène (Aleve ou Anaprox) et le rofécoxib (Vioxx) (4). L’aspirine et le naproxène sont des médicaments en vente libre qui peuvent déjà se trouver dans votre armoire à pharmacie, tandis que le célécoxib nécessite l’ordonnance d’un médecin. L’utilisation de ces trois médicaments comporte des risques potentiels pour la santé. On a démontré que l’aspirine augmente le risque de saignement majeur chez les personnes ne souffrant pas de maladies cardiovasculaires, tandis que les AINS oraux — tels que le célécoxib et le naproxène — sont liés à un risque accru de crise cardiaque à des doses et des durées d’utilisation variables (5;6). Il est intéressant de noter que le rofécoxib a été retiré du marché pour des raisons de sécurité, mais il s’agissait d’un retrait volontaire initié par ses propres fabricants (7).


Perplexe devant le désir de prévenir la démence, mais sans vouloir vous exposer à un risque accru d’autres conséquences négatives ? Examinons de plus près une étude systématique récente évaluant l’efficacité et la sécurité de l’utilisation des AINS pour la prévention de la démence (4).


Ce que la recherche nous apprend

Dans l’ensemble, les preuves disponibles ne soutiennent pas l’utilisation de l’aspirine ou d’autres AINS pour prévenir la démence.


Plus précisément, l’étude révèle que les personnes âgées en bonne santé (sans antécédents de démence, de maladie cardiaque ou d’incapacité physique) qui prennent de l’aspirine à faible dose (100 mg par jour) ne réduisent pas leur risque de développer une démence, par rapport à celles qui prennent un placebo. La prise d’aspirine ne fait pas non plus de différence dans la capacité à effectuer les activités de la vie quotidienne de manière autonome. Toutefois, les personnes qui prennent de l’aspirine ont de 17 à 60 % plus de risques de souffrir de saignements importants et de 1 à 28 % plus de risques de mourir. Bien que ces résultats soient basés sur une seule étude, celle-ci a inclus plus de 19 000 personnes et les preuves ont été jugées de haute certitude. Cela signifie qu’il est peu probable que de nouvelles études, si elles sont menées, modifient ces résultats. L’auteur a même noté qu’en raison des risques et de l’absence d’effets, il est peu probable que d’autres études soient menées sur l’aspirine à faible dose et la prévention de la démence.


Qu’en est-il des autres AINS ?


Les résultats pour les autres AINS sont également basés sur une étude chacun. Chez les personnes âgées en bonne santé cognitive qui ont des antécédents familiaux de maladie d’Alzheimer, le célécoxib (200 mg deux fois par jour) et le naproxène (220 mg deux fois par jour) ne réduisent pas l’incidence de la maladie d’Alzheimer ni n’augmentent le risque d’AVC, de crise cardiaque ou de décès par rapport au placebo. Le célécoxib (200 mg ou 400 mg par jour) n’améliore pas non plus la cognition chez les personnes âgées souffrant de pertes de mémoire liées à l’âge, mais peut augmenter le risque de problèmes gastro-intestinaux tels que les nausées, les douleurs d’estomac et les affections liées à l’inflammation de la paroi de l’estomac. Enfin, le rofécoxib (25 mg une fois par jour) pourrait en fait augmenter le risque de passage à un diagnostic de maladie d’Alzheimer chez les personnes souffrant de troubles cognitifs légers, ainsi qu’augmenter les problèmes gastro-intestinaux, par rapport au placebo. Il convient de noter que toutes les études incluses dans l’examen ont été interrompues prématurément en raison de problèmes de sécurité et que les preuves concernant les AINS autres que l’aspirine ont été jugées de moyennement à faiblement certaines. Cela signifie qu’il y a une chance que de futures études, qui prendraient en considération les questions de sécurité, puissent trouver des résultats différents (4).


Consultez votre prestataire de soins de santé avant de commencer ou d’arrêter tout médicament prescrit ou en vente libre dans le cadre de vos efforts pour retarder la démence. Bien qu’il n’existe pas de stratégies infaillibles de prévention de la démence, il y a des tactiques non liées aux médicaments que nous pouvons utiliser pour améliorer notre santé cognitive. Il s’agit notamment de la combinaison de l’activité physique et de l’entraînement cérébral pour les personnes souffrant ou non de troubles cognitifs légers, ainsi que de la thérapie par l’art visuel ou des jeux d'ingéniosité sur ordinateur pour les personnes souffrant de troubles cognitifs légers (8-10).


Int�ress�s par les recherches sur le vieillissement? Inscrivez-vous aux alertes par courriel.
S'Inscrire
À Propos des Auteurs

Références

  1. Leng M, Zhao Y, Wang Z. Efficacité comparative des interventions non pharmacologiques sur l'agitation chez les personnes atteintes de démence: une revue systématique et méta-analyse bayésienne en réseau. Int J Nurs Stud. 2020; 102:103489. 
  2. Alzheimer’s Disease International (ADI), 2018. World Alzheimer report 2018: The state of the art of dementia research: new frontiers. [Internet] 2018. [consulté en février 2021]. Disponible en anglais en ligne : https://www.alzint.org/u/WorldAlzheimerReport2018.pdf
  3. Organisation mondiale de la santé. La démence. [Internet] 2020. [consulté en février 2021]. Disponible en ligne : https://www.who.int/fr/news-room/fact-sheets/detail/dementia
  4. Jordan F, Quinn TJ, McGuinness B, et coll. Aspirin and other non-steroidal anti-inflammatory drugs for the prevention of dementia. Cochrane Database Syst Revs. 2020; 4:CD011459. doi: 10.1002/14651858.CD011459.pub2. 
  5. Mahmoud AN, Gad MM, Elgendy AY, et coll. L'efficacité et la sécurité de l'aspirine en prévention primaire d'événements cardiovasculaires: une méta-analyse et analyse séquentielle d'essais d'essais contrôlés randomisés. Eur Heart J. 2019; 60:607-617. doi: 10.1093/eurheartj/ehy813.
  6. Bally M, Dendukuri N, Rich B, et coll. Le risque d'infarctus aigu du myocarde avec des anti-inflammatoires non stéroïdiens en contexte réel: une méta-analyse bayésienne des données individuelles des patients. BMJ. 2017; 357:j1909. doi: 10.1136/bmj.j1909.
  7. Gouvernement du Canada. Archive – Renseignements en matière d'innocuité et de réglementation concernant Celebrex (celecoxib), Bextra (valdecoxib) et Meloxicam à la suite du retrait de Vioxx (rofecoxib). Internet [2013]. [consulté en février 2021]. Disponible en ligne : https://canadiensensante.gc.ca/recall-alert-rappel-avis/hc-sc/2004/13220a-fra.php  
  8. Gheysen F, Poppe L, DeSmet A, et coll. L'activité physique pour améliorer la cognition chez les personnes âgées: les programmes d'activité physique enrichis en défis cognitifs peuvent-ils améliorer les effets? Une revue systématique et méta-analyse. Int J Behav Nutr Phys Act. 2018; 15(1):63. doi: 10.1186/s12966-018-0697-x. 
  9. Masika GM, Yu DSF, Li PWC. Visual art therapy as a treatment option for cognitive decline among older adults. A systematic review and meta-analysis. J Adv Nurs. 2020; 76:1892-1910. 
  10. Hill NT, Mowszowski L, Naismith SL, et coll. La formation cognitive informatisée chez les personnes âgées ayant une déficience cognitive ou une démence légère: une revue systématique et méta-analyse. Am J Psychiatry. 2016; 174:4.

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ: Plusieurs de nos billets de blogue ont été rédigés avant la pandémie de COVID-19 et ne reflètent donc pas nécessairement les dernières recommandations de santé publique. Bien que le contenu de ces billets de blogue identifie des activités qui favorisent un vieillissement optimal, il est important de s'en tenir aux recommandations de santé publique les plus récentes, comme la distanciation sociale et le lavage fréquent des mains. Certaines des activités suggérées dans ces billets de blogue devront peut-être être modifiées ou évitées afin de se conformer aux recommandations actuelles en matière de distanciation sociale. Pour consulter les dernières mises à jour de l'Agence de la santé publique du Canada, veuillez visiter leur site Web.

Intéressés par les recherches sur le vieillissement? Inscrivez-vous aux alertes par courriel.

Le soutien au Portail est largement assuré par l’Initiative Labarge sur le vieillissement optimal. AGE-WELL est un partenaire contributeur. Aidez-nous à continuer à fournir un accès direct et facile à des informations fondées sur des données probantes sur des enjeux de santé et sociaux pour vous aider à rester en bonne santé, actif et engagé en vieillissant. Faites un don dès aujourd'hui.

La traduction française du contenu destiné au grand public sur ce site Web est soutenue en partie par le Réseau québécois de recherche sur le vieillissement.
© 2012 - 2020 McMaster University | 1280 Main Street West | Hamilton, Ontario L8S4L8 | +1 905-525-9140 | Conditions d'utilisation