+AA
En

L’isolement social : la technologie au service de notre bien-être mental

Les messages clés

  • Au Canada, la dépression est la maladie mentale la plus répandue chez les personnes âgées.
  • En raison de la pandémie de COVID-19, il est devenu nécessaire de limiter ou d’interrompre les interactions en personne avec les proches en dehors de notre foyer immédiat, ce qui accentue le sentiment d’isolement social et augmente le risque de dépression.  
  • Les stratégies basées sur la télémédecine, telles que la TCC sur Internet, peuvent avoir des effets positifs sur le bien-être mental en aidant à réduire les symptômes dépressifs chez les personnes âgées vivant dans la collectivité.   
  • Consultez les ressources gratuites en santé mentale actuellement mises à disposition par les gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux du Canada.

Vous êtes probablement au courant de la statistique selon laquelle une personne  sur cinq au Canada connaît une forme de maladie mentale ou de problème de santé mentale chaque année (1). Les troubles de l’humeur — comme la dépression — sont particulièrement répandus, puisque plus de 2,8 millions de Canadiens et de Canadiennes ont souffert d’un trouble de l’humeur en 2019 (2). Chez les personnes âgées, la dépression est le problème de santé mentale le plus courant (3 ; 4).


Alors que le monde continue de lutter contre la COVID-19, nous ne pouvons pas parler de santé mentale et de bien-être sans reconnaître les impacts que ce virus, et les efforts déployés pour le prendre en charge, ont eus sur nous. La peur et l’anxiété de tomber malade ou de voir des proches contracter le virus, le chagrin lié à la perte d’un membre de la famille, d’un ami ou d’un membre de la communauté, la frustration causée par les perturbations de la vie quotidienne et l’isolement social dû à la limitation ou à l’absence d’interaction en personne avec des proches en dehors de notre foyer immédiat ne sont que quelques-unes des façons, dont nos actions, nos pensée et nos sentiments ont été affectés. En fait, l’an dernier, plus d’un tiers des Canadiennes et ces Canadiens âgés de 65 ans et plus ont déclaré que leur santé mentale avait été affectée depuis le début des mesures vitales d’éloignement physique (5). Comment cela se fait-il ? Eh bien, l’isolement social qui découle de l’éloignement physique de la famille, des amis, des voisins et d’autres figures importantes de notre vie peut accroître le risque de dépression. De plus, l’accès aux services de santé mentale qui peuvent nous aider à faire face à ce problème et à le traiter a également diminué (3 ; 4 ; 6 ; 7).


Cependant, la technologie peut nous aider à rester en contact avec les services de santé dont nous avons tant besoin. Une revue rapide a braqué les projecteurs sur la technologie en étudiant l’effet de la télémédecine comme traitement pour les personnes âgées présentant des symptômes ou des troubles dépressifs et vivant dans la collectivité (3).


Ce que la recherche nous apprend

Dans le cas de cette revue systématique, les interventions de télémédecine font généralement référence à des stratégies téléphoniques employées par des conseillers, des travailleurs sociaux, des infirmières ou des psychologues, ainsi qu’à une thérapie cognitivocomportementale (TCC) sur Internet, parfois seulement autoguidée, parfois autoguidée avec une rétroaction supplémentaire d’un clinicien ou d’une clinicienne. Bien que des recherches plus approfondies soient nécessaires pour consolider les résultats, la revue systématique relève que la TCC basée sur Internet peut réduire les symptômes dépressifs chez les personnes âgées vivant dans la collectivité et présentant des symptômes dépressifs ou des troubles dépressifs, par rapport aux soins habituels.


La TCC semble être une bonne stratégie pour améliorer le bien-être mental dans un cadre virtuel en raison de son adaptabilité. Un autre atout de la TCC est que divers prestataires de soins de santé sont formés pour l’administrer. En ce qui concerne les stratégies basées sur le téléphone, seules deux des six études qui se sont penchées sur ce type de stratégie ont donné un résultat positif (3). Toutefois, en période d’accès limité aux services, le soutien téléphonique reste encore une option intéressante.


Dans l’ensemble, l’utilisation de la télémédecine comme moyen de fournir des ressources en santé mentale et de leur accéder pendant la pandémie de COVID-19 semble être une stratégie valable à essayer. En général, ces services peuvent avoir un coût, qui dépend de facteurs tels que le régime d’assurance personnel ou provincial de la personne, etc. Toutefois, il y a de bonnes nouvelles ! Les gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux du Canada sont déjà allés de l’avant avec cette stratégie, en fournissant une variété de ressources gratuites en ligne, par téléphone et par application mobile pendant cette période. Cela permet d’éliminer les obstacles à l’accès comme le coût, le transport et les problèmes de mobilité.


Ressources en santé mentale au Canada

  • Espace Mieux-Être Canada : Cette ressource offre un soutien gratuit en matière de santé mentale et de toxicomanie aux personnes au Canada et aux Canadiens et aux Canadiennes à l’étranger. Elle est privée et confidentielle, disponible 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, et vous permet de créer un compte pour suivre votre parcours de bien-être. Les services comprennent : un soutien par texto et par téléphone, des conseils personnalisés, des applications et des cours autoguidés, ainsi qu’une communauté en ligne de soutien et d’accompagnement.
  • Gouvernement du Canada : Sur cette page, vous trouverez l’accès à des ressources en santé mentale généralement gratuites dans toutes les provinces et tous les territoires. Les services et les ressources peuvent varier d’un endroit à l’autre. Ils comprennent : la TCC sur Internet, les applications de la TCC, le soutien téléphonique, l’aiguillage vers d’autres ressources, et plus encore.
  • Consultez votre omnipraticien ou votre omnipraticienne : votre médecin généraliste ou un membre de son équipe peut être formé à la TCC ou à d’autres services de santé mentale. Ils peuvent également vous orienter vers d’autres professionnels, ressources ou services de santé mentale. Des coûts peuvent être associés à de tels aiguillages.
  • En cas de crise immédiate : Appelez le 911. 

Ressources en vedette


Int�ress�s par les recherches sur le vieillissement? Inscrivez-vous aux alertes par courriel.
S'Inscrire
À Propos des Auteurs

Références

  1. Le Centre de toxicomanie et de santé mentale (CAMH). Mental illness and addiction: Facts and statistics. [Internet] 2021. [consulté en mars 2021]. Disponible en ligne en anglais : https://www.camh.ca/en/driving-change/the-crisis-is-real/mental-health-statistics 
  2. Statistique Canada. Trouble de l’humeur, selon le groupe d’âge. [Internet] 2021. [consulté en mars 2021]. Disponible en ligne : https://www150.statcan.gc.ca/t1/tbl1/en/tv.action?pid=1310009618 
  3. Goodarzi Z, Watt J, Kirkham J, et al. Dépression chez les aînés résidant dans la communauté (DIRE): une revue rapide des interventions de télémédecine pour la dépression chez les personnes âgées vivant dans la communauté. CIHR. 2020.
  4. MacCourt PWK, Tourigny-Rivard M-F. Guidelines for comprehensive mental health services for older adults in Canada: Mental Health Commission of Canada, 2011.
  5. Statistique Canada. La santé mentale des Canadiens pendant la pandémie de COVID-19. [Internet] 2020. [consulté en mars 2021]. Disponible en ligne : https://www150.statcan.gc.ca/n1/daily-quotidien/200527/dq200527b-fra.htm 
  6. Armitage R, Nellums LB. COVID-19 and the consequences of isolating the elderly. Lancet Public Health. 2020.
  7. Steinman MA, Perry L, Perissinotto CM. Meeting the care needs of older adults isolated at home during the COVID-19 pandemic. JAMA. Intern Med. 2020.

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ: Plusieurs de nos billets de blogue ont été rédigés avant la pandémie de COVID-19 et ne reflètent donc pas nécessairement les dernières recommandations de santé publique. Bien que le contenu de ces billets de blogue identifie des activités qui favorisent un vieillissement optimal, il est important de s'en tenir aux recommandations de santé publique les plus récentes, comme la distanciation sociale et le lavage fréquent des mains. Certaines des activités suggérées dans ces billets de blogue devront peut-être être modifiées ou évitées afin de se conformer aux recommandations actuelles en matière de distanciation sociale. Pour consulter les dernières mises à jour de l'Agence de la santé publique du Canada, veuillez visiter leur site Web.

Intéressés par les recherches sur le vieillissement? Inscrivez-vous aux alertes par courriel.

Le soutien au Portail est largement assuré par l’Initiative Labarge sur le vieillissement optimal. AGE-WELL est un partenaire contributeur. Aidez-nous à continuer à fournir un accès direct et facile à des informations fondées sur des données probantes sur des enjeux de santé et sociaux pour vous aider à rester en bonne santé, actif et engagé en vieillissant. Faites un don dès aujourd'hui.

La traduction française du contenu destiné au grand public sur ce site Web est soutenue en partie par le Réseau québécois de recherche sur le vieillissement.
© 2012 - 2020 McMaster University | 1280 Main Street West | Hamilton, Ontario L8S4L8 | +1 905-525-9140 | Conditions d'utilisation