+AA
En

Qu’est-ce qu’une bonne mort ?

Les messages clés

  • La pandémie de COVID-19 a mis en évidence les limites de notre système de santé et les souffrances vécues par de nombreux aînés en fin de vie.
  • Pandémie ou pas, la mort est de plus en plus médicalisée, ce qui rend difficile la possibilité de mourir de la façon dont nous le souhaitons. Il est difficile de trouver un équilibre entre permettre une mort naturelle, la volonté de prolonger la vie par des interventions médicales, les croyances religieuses et la nécessité de respecter les préférences du mourant.
  • La mort est anxiogène. Nous devons repenser la façon de l’aborder pour offrir aux mourants du soutien psychologique, spirituel, relationnel et communicationnel. Les patients veulent discuter de leurs craintes, de leurs croyances spirituelles, de leurs préoccupations intimes et de leurs préférences pour le processus de mort sans être jugés.

La pandémie de COVID-19 a montré la face cachée de notre système de santé, mal préparé pour répondre aux attentes et aux besoins de la population dans les soins de fin de vie dans les établissements de soins de longue durée, les salles d’urgence et les unités de soins intensifs. Plusieurs d’entre nous avons un proche qui est décédé durant la pandémie, seul, isolé, incapable de faire ses derniers adieux à sa famille. Plusieurs d’entre nous avons vécu la douleur de ne pas avoir pu l’accompagner dans ses derniers moments, ainsi que le manque de soutien pour surmonter le deuil. Mais même avant la pandémie, mourir seul et privé de soins était le lot de plusieurs aînés isolés socialement.

On entend parfois les gens souhaiter une « bonne » mort. Mais de quoi s’agit-il exactement?

Ce que la recherche nous apprend

Une récente revue systématique de 13 articles regroupant 407 études s’est penchée sur la question.(1) Les points de vue des personnes mourantes, des membres de la famille en deuil et des professionnels de soins de santé ont ainsi été colligés.

Le constat est que la plupart des caractéristiques requises d’une bonne mort ne requièrent ni infrastructure médicale coûteuse ni savoirs spécialisés. Les chercheurs ont établi 11 conditions d’une bonne mort :

1. Mourir à l’endroit souhaité, habituellement à la maison, un endroit qui offre familiarité, confort et lien avec les proches.

2. Être soulagé de la douleur physique est considéré comme étant une caractéristique d’excellents soins de fin de vie par tous les groupes d’intervenants interrogés. En raison de considérations culturelles ou religieuses, certaines populations préfèrent toutefois que la douleur ne soit pas entièrement soulagée, car elles considèrent qu’il y a une certaine force dans le fait de la supporter.

3. Être soulagé de la détresse psychologique et émotionnelle, par exemple ne plus avoir de craintes liées aux difficultés financières ou à l’indisponibilité des soins.

4. Être entouré de ses proches et bénéficier de leur soutien est considéré comme une condition essentielle à une bonne mort, tant pour le mourant que pour la famille et les amis, quel que soit le contexte culturel.

5. Prendre des décisions thérapeutiques de manière autonome, par exemple choisir le lieu et le moment d’un traitement.

6. Éviter l’acharnement thérapeutique et les interventions inutiles.

7. Ne pas être un fardeau pour les autres.

8. Avoir le droit de demander l’aide médicale à mourir afin de garder le contrôle, d’échapper à une mort médicalisée.

9. Communiquer efficacement avec les professionnels de soins de santé est une caractéristique importante et reflète le désir d’interactions aimables, compatissantes, accessibles, honnêtes et claires, sans jargon médical.

10. Accomplir des rituels culturels, religieux ou spirituels est important pour le mourant et pour les proches aidants.

11. Être lucide et avoir conscience de l’imminence de la mort permet au mourant de faire ses adieux, de terminer des tâches inachevées, de mettre de l’ordre dans ses affaires financières et testamentaires. Néanmoins, certaines études ont révélé que l’inverse est également valable, car le fait de ne pas être conscient de la fin imminente réduit le risque de détresse psychologique, ce qui est considéré par certains comme une condition pour une bonne mort.

 

Bien que les caractéristiques identifiées soient communes à un grand nombre de personnes, la signification d’une bonne mort est différente pour chacun d’entre nous en fonction de notre contexte personnel, notre culture et notre religion.

Une bonne mort ne doit pas devenir une liste de cases à cocher, ni mettre une pression sur la personne mourante ou sur la famille qui pourrait avoir le sentiment d’avoir échoué à offrir une « bonne » mort à leur proche.

C’est pourquoi il est important de discuter avec vos proches des soins que vous aimeriez avoir en fin de vie.(2) Afin de vivre ce moment le plus sereinement possible, vous pourrez choisir certains traitements ou soins palliatifs offerts en milieu hospitalier ou à domicile qui conviendront à vos valeurs et à vos souhaits. Peut-être aussi qu’un accompagnement par une "thanadoula" pourrait faire partie de la solution pour vous.(3)


Int�ress�s par les recherches sur le vieillissement? Inscrivez-vous aux alertes par courriel.
S'Inscrire
À Propos des Auteurs

Références

  1. Zaman M, Espinal-Arango S, Mohapatra A, Jadad AR. What would it take to die well? A systematic review of systematic reviews on the conditions for a good death. Lancet Healthy Longev. 2021 Sep;2(9):e593-e600. doi: 10.1016/S2666-7568(21)00097-0. PMID: 36098155.

  2. Weather E, O’Caoimh R, Cornally N, et coll. Advance care planning: A systematic review of randomized controlled trials conducted with older adults. Maturitas. 2016; 91:101-109. doi: 10.1016/j.maturitas.2016.06.016. 

  3. Rawlings D, Tieman J, Miller-Lewis L, Swetenham K. What role do Death Doulas play in end-of-life care? A systematic review. Health & Social Care in the Community. 2018;27(3):e82-e94.

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ: Ces résumés sont fournis à titre informatif seulement. Ils ne peuvent pas remplacer les conseils de votre propre professionnel de la santé. Les résumés peuvent être reproduits à des fins éducatives sans but lucratif. Toute autre utilisation doit être approuvée par le Portail du vieillissement optimal de McMaster (info@mcmasteroptimalaging.org).

Plusieurs de nos billets de blogue ont été rédigés avant la pandémie de COVID-19 et ne reflètent donc pas nécessairement les dernières recommandations de santé publique. Bien que le contenu de ces billets de blogue (qu’ils soient nouveaux ou plus anciens) identifie des activités qui favorisent un vieillissement optimal, il est important de s'en tenir aux recommandations de santé publique les plus récentes en matière de prévention et de risques. Il se peut que certaines des activités suggérées dans ces billets de blogue doivent être modifiées ou évitées complètement afin de se conformer aux nouvelles recommandations en matière de santé publique. Pour consulter les dernières mises à jour de l'Agence de la santé publique du Canada, veuillez visiter son site Web.

Intéressés par les recherches sur le vieillissement? Inscrivez-vous aux alertes par courriel.

Le soutien au Portail est largement assuré par l’Initiative Labarge sur le vieillissement optimal. AGE-WELL est un partenaire contributeur. Aidez-nous à continuer à fournir un accès direct et facile à des informations fondées sur des données probantes sur des enjeux de santé et sociaux pour vous aider à rester en bonne santé, actif et engagé en vieillissant. Faites un don dès aujourd'hui.

La traduction française du contenu destiné au grand public sur ce site Web est soutenue en partie par le Réseau québécois de recherche sur le vieillissement.
© 2012 - 2020 McMaster University | 1280 Main Street West | Hamilton, Ontario L8S4L8 | +1 905-525-9140 | Conditions d'utilisation