+AA
En

La vie après un accident vasculaire cérébral : Utiliser la réalité virtuelle pour obtenir des améliorations dans le monde réel

Les messages clés

  • La réalité virtuelle désigne l’utilisation de la technologie informatique pour simuler le sentiment d’être dans un environnement artificiel.
  • La thérapie par réalité virtuelle peut entraîner de légères améliorations de la fonction globale du bras, du degré de handicap moteur et des activités de la vie quotidienne chez les personnes ayant subi un AVC.
  • Discutez avec votre équipe soignante pour savoir si et comment vous pouvez vous engager dans une thérapie par réalité virtuelle en toute sécurité.

Que ce soit Matrix, Tron ou Black Mirror, les films et les émissions de télévision nous familiarisent depuis longtemps avec l’idée d’utiliser la technologie informatique pour simuler le sentiment d’être dans un environnement artificiel ou augmenté. Pour les amateurs de science-fiction, ce concept est connu sous le nom de « réalité virtuelle » (1;2). Pour ceux qui ne sont pas aussi familiers avec les tenants et les aboutissants de la réalité virtuelle, voici un cours accéléré.


Les principales caractéristiques d’une expérience de réalité virtuelle comprennent le monde virtuel qui a été créé, l’apport d’une rétroaction sensorielle (par exemple, visuelle, tactile, etc.) et l’interactivité (2;3). Le degré d’immersion de cette expérience, c’est-à-dire la mesure dans laquelle vous avez l’impression d’être à l’intérieur de ce monde virtuel, varie en fonction de la technologie utilisée (2;4). Par exemple, les systèmes de réalité virtuelle qui incluent des écrans vidéo montés sur la tête et des avatars vous font pénétrer plus profondément dans l’environnement virtuel que ceux qui n’utilisent qu’un grand écran ou plusieurs écrans, ou ceux qui reposent sur un écran d’ordinateur ou de télévision standard. Enfin, les systèmes de réalité virtuelle comprennent à la fois des systèmes de jeu offerts dans le commerce, comme la populaire Nintendo Wii, et des systèmes spécifiquement développés à des fins de réadaptation (2;5).


 Vous avez bien lu… la réadaptation ! Il est loin le temps où l’on se contentait d’utiliser la réalité virtuelle comme un élément d’intrigue pour séduire le public ou de la parsemer dans les conversations sur ce à quoi ressemblera l’avenir. Comme on dit, « l’avenir, c’est maintenant », et les interventions de réalité virtuelle peuvent avoir un véritable rôle à jouer dans l’amélioration de la santé de certaines populations. L’une de ces populations est celle des personnes ayant survécu à un AVC. Explorons davantage les possibilités grâce à une revue systématique récente sur les impacts de la thérapie par réalité virtuelle chez les personnes ayant subi un AVC et souffrant d’une faiblesse légère à sévère du bras (2).


Ce que la recherche nous apprend

La revue systématique révèle que la thérapie par réalité virtuelle peut apporter de multiples avantages aux personnes ayant subi un AVC, par rapport à une thérapie conventionnelle ou à de faux traitements (c’est-à-dire fictifs). Dans ce cas, la thérapie par réalité virtuelle comprend à la fois l’utilisation de systèmes de jeu commerciaux et de systèmes développés spécifiquement pour la réadaptation (2). Ces systèmes font participer les participants à des jeux ou à des activités qui leur permettent de s’entraîner à faire des mouvements (par exemple, des extensions, des flexions, des rotations, etc.) des épaules, des coudes, des avant-bras, des poignets, des doigts ou du bras entier. Parmi les exemples de ces jeux ou activités, citons le kung-fu, l’écrasement de glaçons ou la démolition de murs, la balle de rebond, les quilles, la boxe, le tennis, le golf, l’imitation de mouvements effectués par un avatar, ainsi que des exercices d’extension, de saisie et de relâchement (2;6-10).


 En fin de compte, on constate de légères améliorations de la fonction globale du bras et du degré de handicap moteur. On a aussi documenté des résultats positifs similaires concernant la capacité des personnes à effectuer des activités quotidiennes d’autogestion de la santé. De plus, ce sont les personnes souffrant d’une faiblesse modérée à sévère du bras qui semblent bénéficier le plus de la thérapie par réalité virtuelle. L’étude permet également de déterminer quel type de thérapie par réalité virtuelle est le plus approprié. Si vous avez pensé à une thérapie par réalité virtuelle immersive, vous avez raison ! S’il est important de souligner les points positifs, il convient également de noter que la thérapie par réalité virtuelle ne semble pas avoir d’effet sur les activités délibérées liées à des tâches spécifiques ou sur la participation aux activités (2).


 Mais avant de vous lancer dans une expérience de réalité virtuelle, veillez à consulter votre équipe soignante. Ensemble, vous pourrez déterminer si cette stratégie est appropriée en fonction de votre état de santé, si des systèmes commerciaux ou spécialement conçus vous conviennent, si une supervision est nécessaire et comment réduire les risques liés à cette activité.


Int�ress�s par les recherches sur le vieillissement? Inscrivez-vous aux alertes par courriel.
S'Inscrire
À Propos des Auteurs

Références

  1. Gouvernement du Canada. Accidents vasculaires cérébraux au Canada : Faits saillants du Système canadien de surveillance des maladies chroniques. [Internet] 2019. [consulté en mars 2022]. Disponible en ligne : https://www.canada.ca/fr/sante-publique/services/publications/maladies-et-affections/accident-vasculaire-cerebral-canada-fiche-technique.html
  2. Jin M, Pei J, Bai Z, et coll. Chez les personnes ayant subi un accident vasculaire cérébral, les interventions en réalité virtuelle améliorent la fonction globale du bras et les activités de la vie quotidienne. Clin Rehabil. 2022; 36(5):573-596. doi: 10.1177/02692155211066534.
  3. Sherman WR, Craig AB. Understanding virtual reality: Interface, application, and design. San Francisco, CA: Morgan Kaufmann, 2018.
  4. Gaggioli A, Keshner EA, Weiss PLT. Advanced technologies in rehabilitation: Empowering cognitive, physical, social and communicative skills through virtual reality, robots, wearable systems and brain-computer interfaces. Amsterdam: IOS Press, 2009.
  5. Rose T, Nam CS, Chen KB. Immersion of virtual reality for rehabilitation-review. Appl Ergon. 2018; 69:153-161. doi: 10.1016/j.apergo.2018.01.009.
  6. Mekbib DB, Debeli DK, Zhang L, et coll. A novel fully immersive virtual reality environment for upper extremity rehabilitation in patients with stroke. Ann N Y Acad Sci. 2021; 1493:75-89. doi: 10.1111/nyas.14554. 
  7. Shin JH, Park SB, Jang SH. Effects of game-based virtual reality on health-related quality of life in chronic stroke patients: A randomized, controlled study. Comput Biol. 2015; 63:92-98. doi: 10.1016/j.compbiomed.2015.03.011.
  8. Brunner I, Skouen JS, Hofstad H, et coll. Virtual reality training for upper extremity in subacute stroke (VIRTUES): A multicenter RCT. Neurology. 2017; 89:2413-2421. doi: 10.1212/WNL.0000000000004744.
  9. Kong KH, Loh YJ, Thia E, et coll. Efficacy of a virtual reality commercial gaming device in upper limb recovery after stroke: A randomized, controlled study. Top Stroke Rehabil. 2016; 23:333-340. doi: 10.1080/10749357.2016.1139796.
  10. Sin H, Lee G. Additional virtual reality training using Xbox kinect in stroke survivors with hemiplegia. Am J Phys Med Rehabil. 2013; 92:871-880. doi: 10.1097/PHM.0b013e3182a38e40.

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ: Ces résumés sont fournis à titre informatif seulement. Ils ne peuvent pas remplacer les conseils de votre propre professionnel de la santé. Les résumés peuvent être reproduits à des fins éducatives sans but lucratif. Toute autre utilisation doit être approuvée par le Portail du vieillissement optimal de McMaster (info@mcmasteroptimalaging.org).

Plusieurs de nos billets de blogue ont été rédigés avant la pandémie de COVID-19 et ne reflètent donc pas nécessairement les dernières recommandations de santé publique. Bien que le contenu de ces billets de blogue identifie des activités qui favorisent un vieillissement optimal, il est important de s'en tenir aux recommandations de santé publique les plus récentes, comme la distanciation sociale et le lavage fréquent des mains. Certaines des activités suggérées dans ces billets de blogue devront peut-être être modifiées ou évitées afin de se conformer aux recommandations actuelles en matière de distanciation sociale. Pour consulter les dernières mises à jour de l'Agence de la santé publique du Canada, veuillez visiter leur site Web.

Intéressés par les recherches sur le vieillissement? Inscrivez-vous aux alertes par courriel.

Le soutien au Portail est largement assuré par l’Initiative Labarge sur le vieillissement optimal. AGE-WELL est un partenaire contributeur. Aidez-nous à continuer à fournir un accès direct et facile à des informations fondées sur des données probantes sur des enjeux de santé et sociaux pour vous aider à rester en bonne santé, actif et engagé en vieillissant. Faites un don dès aujourd'hui.

La traduction française du contenu destiné au grand public sur ce site Web est soutenue en partie par le Réseau québécois de recherche sur le vieillissement.
© 2012 - 2020 McMaster University | 1280 Main Street West | Hamilton, Ontario L8S4L8 | +1 905-525-9140 | Conditions d'utilisation