+AA
En

Les maladies rhumatismales ou musculosquelettiques et l’exercice : faire un pas dans la bonne direction avec les moniteurs d’activité portables

Les messages clés

  • Dans le monde, un adulte sur quatre ne fait pas assez d’exercice.
  • Les personnes atteintes d’une maladie rhumatismale ou musculosquelettique sont plus susceptibles d’être inactives.
  • Chez les personnes atteintes de maladies rhumatismales ou musculosquelettiques, les moniteurs d’activité portables peuvent augmenter le nombre de pas quotidiens effectués, ainsi que le temps passé à pratiquer une activité modérée à vigoureuse.
  • La douleur, le handicap, le fonctionnement, la qualité de vie et la fatigue ne semblent pas s’aggraver avec l’augmentation de l’exercice physique qui accompagne l’utilisation à court terme des moniteurs d’activité portables.
  • Envisagez d’utiliser ou d’essayer un moniteur d’activité portable pour vous aider dans votre objectif d’être plus actif sur le plan physique, mais consultez d’abord votre équipe médicale pour savoir comment le faire en toute sécurité.

Dormir plus, passer moins de temps assis, avoir une alimentation riche en fruits et légumes. Il existe une longue liste de choses que nous savons être bonnes pour notre santé et notre bien-être. Mais même si nous connaissons ces choses, beaucoup d’entre nous ont du mal à les mettre en pratique régulièrement ou à les pratiquer tout court. Faire de l’exercice ou en faire suffisamment est l’une de ces choses que beaucoup d’entre nous savent que nous devrions faire, mais que nous avons du mal à mettre en pratique. Pour être plus précis, 1,4 milliard d’adultes dans le monde ne font pas assez d’exercice. Cela représente plus de 25 % de la population adulte, soit 1 adulte sur 4 (1).


Qu’est-ce qui contribue à alimenter ces chiffres et nous empêche d’atteindre les niveaux d’activité physique recommandés ? Rappelons que les adultes sont encouragés à faire au moins 150 minutes d’exercice aérobique modéré à vigoureux (par exemple, une marche rapide, du vélo, du jogging) par semaine et à intégrer des exercices de raffermissement musculaire dans leur routine au moins deux fois par semaine (1 ; 2). Les facteurs qui influencent les comportements en matière d’exercice comprennent : le manque de temps, le soutien social, le manque d’énergie, de volonté, d’habileté et de ressources, et la peur des blessures (3).


Les personnes souffrant de troubles qui ont un impact sur les os, la colonne vertébrale, les muscles et les autres tissus mous sont particulièrement susceptibles d’être inactives. L’ostéoporose, l’ostéopénie, le mal de dos, la polyarthrite rhumatoïde et la goutte ne sont que quelques-unes des 150 affections qui correspondent à cette définition (4-6). Le manque d’activité dans ce groupe est regrettable, étant donné que l’exercice peut aider certaines personnes à mieux prendre en charge leurs symptômes et à améliorer leur état de santé, alors que ne pas faire d’exercice peut avoir l’effet inverse (7-10). Prenons, par exemple, les personnes atteintes de polyarthrite rhumatoïde. La peur de se blesser, ce qui dans ce cas signifie causer des dommages supplémentaires aux articulations, le manque d’énergie, qui se traduit par la fatigue, et la douleur sont des facteurs qui poussent ces personnes à ne pas faire d’exercice (7-13). Cependant, les recherches montrent que l’exercice peut aider les personnes vivant avec cette affection inflammatoire à améliorer les indicateurs de la condition physique et de l’inflammation, ainsi que le temps de marche, la fatigue et la fonction physique (7).


Existe-t-il une stratégie pour aider les personnes vivant avec des maladies et des affections rhumatismales et musculosquelettiques à augmenter la quantité d’exercice qu’elles pratiquent ? Tournons notre attention vers les moniteurs d’activité portables, ainsi que vers la revue systématique qui s’est attachée à connaître leurs effets dans cette population (4).


Ce que la recherche nous apprend

La revue systématique porte sur des personnes souffrant d’arthrose, de lombalgie ou d’une maladie rhumatismale inflammatoire chronique et utilisant un moniteur d’activité porté au poignet ou à la taille. Les moniteurs allaient du simple podomètre à des technologies plus avancées, comme celles qui permettent de relayer automatiquement des informations et de se connecter à une application. En plus du moniteur d’activité portable, la plupart des personnes participant aux études incluses dans l’examen ont également adopté ou reçu des stratégies complémentaires telles que la fixation d’objectifs, des brochures éducatives sur la marche et du counseling. Ces personnes sont comparées à celles qui sont soit inactives, soit qui n’ont reçu que de l’information ou des soins habituels, soit ont utilisé un moniteur seul sans autre stratégie, soit ont utilisé un moniteur en combinaison avec une autre stratégie complémentaire.


Bien que des recherches plus approfondies soient nécessaires sur l’utilisation à long terme des moniteurs portables, ainsi que sur les meilleures stratégies complémentaires à leur associer, l’étude révèle des résultats prometteurs.


Tout d’abord, chez les personnes vivant avec des maladies rhumatismales et musculosquelettiques, l’adhésion au port systématique de moniteurs d’activité semble élevée. Par exemple, les personnes utilisant des moniteurs au poignet les ont portés 93 % du temps pendant 10 semaines, ce qui constitue un premier pas dans la bonne direction. Deuxièmement, les moniteurs d’activité portables peuvent augmenter considérablement le nombre de pas quotidiens effectués (par exemple, 1 520 pas de plus par jour). Troisièmement, le temps passé à pratiquer une activité modérée à vigoureuse peut également augmenter légèrement (par exemple, 16 minutes de plus par jour). De plus, l’augmentation de l’activité associée à l’utilisation à court terme des moniteurs d’activité portables (jusqu’à 8 semaines) ne semble pas s’accompagner d’une aggravation de la douleur, du handicap, du fonctionnement, de la qualité de vie ou de la fatigue. Cependant, une légère augmentation de la douleur peut survenir lors de l’utilisation à long terme (plus de 8 semaines) des moniteurs d’activité portables. En ce qui concerne les moniteurs avancés par rapport aux simples podomètres, un nombre limité de données montre de meilleurs résultats avec l’utilisation des technologies plus innovantes (4).


L’exercice est un élément central des directives qui décrivent les options de prise en charge et de traitement des maladies rhumatismales ou musculosquelettiques, ce qui témoigne de son importance (4 ; 14-16). Si vous avez reçu le diagnostic d’une maladie rhumatismale ou musculosquelettique et que vous avez du mal à rester actif, vous pouvez envisager l’utilisation d’un moniteur d’activité portable. Discutez avec votre équipe soignante pour savoir si et comment vous pouvez intégrer en toute sécurité à la fois l’activité physique et les dispositifs portables dans votre vie quotidienne et d’une manière adaptée aux besoins de votre état de santé et de vos capacités spécifiques.


Int�ress�s par les recherches sur le vieillissement? Inscrivez-vous aux alertes par courriel.
S'Inscrire
À Propos des Auteurs

Références

  1. Organisation mondiale de la santé. Activité physique. [Internet] 2021. [consulté en août 2021]. Disponible en ligne : https://www.who.int/fr/news-room/fact-sheets/detail/physical-activity
  2. Société canadienne de physiologie de l’exercice. Directives canadiennes en matière de mouvement sur 24 heures : une approche intégrée regroupant l’activité physique, le comportement sédentaire et le sommeil. [Internet] 2021. [consulté en août 2021]. Disponible en ligne : https://csepguidelines.ca/fr/
  3. US Department of Health and Human Services. Barriers to being physically active Quiz. [Internet] 1999. [consulté en août 2021]. Disponible en ligne en anglais : https://www.cdc.gov/diabetes/ndep/pdfs/8-road-to-health-barriers-quiz-508.pdf
  4. Davergne T, Pallot A, Dechartres A, et coll. Utilisation des moniteurs d'activités portables pour améliorer le comportement en matière d'activité physique chez les patients atteints de maladies rhumatismales et musculo-squelettiques: une revue systématique et méta-analyse. Arthritis Care Res. 2019; 71:758-767. doi: 10.1002/acr.23752. 
  5. O’Dwyer T, Rafferty T, O’Shea F, et coll. Physical activity guidelines: Is the message getting through to adults with rheumatic conditions? Rheumatology. 2014; 53:1812-1817. doi: 10.1093/rheumatology/keu177.
  6. Organisation mondiale de la santé. Affections ostéo-articulaires et musculaires. [Internet] 2021. [consulté en août 2021]. Disponible en ligne : https://www.who.int/fr/news-room/fact-sheets/detail/musculoskeletal-conditions
  7. Hu H, Xu A, Gao C, et coll. The effect of physical exercise on rheumatoid arthritis: An overview of systematic reviews and meta-analysis. J Adv Nurs. 2021; 77:506-522. doi: 10.1111/jan.14574.
  8. Greene BL, Haldeman GF, Kaminski A, et coll. Factors affecting physical activity behavior in urban adults with arthritis who are predominantly African-American and female. Phys Ther. 2006; 86(4):510-519.
  9. Khoja SS, Almeida GJ, Wasko MC, et coll. Association of light-intensity physical activity with lower cardiovascular disease risk burden in rheumatoid arthritis. Arthritis Care Res. 2016; 68(4):424-431. doi: 10.1002/acr.22711.
  10. Prioreschi A, Makda MA, Tikly M, et coll. Habitual physical activity, sedentary behaviour and bone health in rheumatoid arthritis. Int J Sports Med. 2015; 36(12):1021-1026. doi: 10.1055/s-0035-1550049. 
  11. Schouller C, Maillefert JF, Casillas JM, et coll. Physical activity level in rheumatoid arthritis: A systematic review. Ann Rheum Dis. 2019; 78:758-759.
  12. Thomsen T, Beyer N, Aadahl M, et coll. Sedentary behaviour in patients with rheumatoid arthritis: A qualitative study. Int J Qual Stud Health Well-being. 2015; 10:28578. doi: 10.3402/qhw.v10.28578.
  13. van Zanten JJCSV, Rouse PC, Hale ED, et coll. Perceived barriers, facilitators and benefits for regular physical activity and exercise in patients with rheumatoid arthritis: A review of the literature. Sports Med. 2015; 45(10), 1401-1412. doi: 10.1007/s40279-015-0363-2.
  14. Van Der Heijde D, Ramiro S, Landewé R,  et coll. 2016 Update of the ASAS-EULAR management recommendations for axial spondyloarthritis. Ann Rheum Dis. 2017. doi: 10.1136/annrheumdis-2016-210770.
  15. Hochberg MC, Altman RD, April KT, et coll. American College of Rheumatology 2012 recommendations for the use of nonpharmacologic and pharmacologic therapies in osteoarthritis of the hand, hip, and knee. Arthritis Care Res. 2012; 64:465-474. doi: 10.1002/acr.21596.
  16. Qaseem A, Wilt TJ, McLean RM, et coll. For the clinical guidelines committee of the American College of Physicians. Noninvasive rreatments for acute, subacute, and chronic low back pain: A clinical practice guideline from the American College of Physicians. Ann Intern Med. 2017; 166:514-530. doi: 10.7326/M16-2367.

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ: Ces résumés sont fournis à titre informatif seulement. Ils ne peuvent pas remplacer les conseils de votre propre professionnel de la santé. Les résumés peuvent être reproduits à des fins éducatives sans but lucratif. Toute autre utilisation doit être approuvée par le Portail du vieillissement optimal de McMaster (info@mcmasteroptimalaging.org).

Plusieurs de nos billets de blogue ont été rédigés avant la pandémie de COVID-19 et ne reflètent donc pas nécessairement les dernières recommandations de santé publique. Bien que le contenu de ces billets de blogue identifie des activités qui favorisent un vieillissement optimal, il est important de s'en tenir aux recommandations de santé publique les plus récentes, comme la distanciation sociale et le lavage fréquent des mains. Certaines des activités suggérées dans ces billets de blogue devront peut-être être modifiées ou évitées afin de se conformer aux recommandations actuelles en matière de distanciation sociale. Pour consulter les dernières mises à jour de l'Agence de la santé publique du Canada, veuillez visiter leur site Web.

Intéressés par les recherches sur le vieillissement? Inscrivez-vous aux alertes par courriel.

Le soutien au Portail est largement assuré par l’Initiative Labarge sur le vieillissement optimal. AGE-WELL est un partenaire contributeur. Aidez-nous à continuer à fournir un accès direct et facile à des informations fondées sur des données probantes sur des enjeux de santé et sociaux pour vous aider à rester en bonne santé, actif et engagé en vieillissant. Faites un don dès aujourd'hui.

La traduction française du contenu destiné au grand public sur ce site Web est soutenue en partie par le Réseau québécois de recherche sur le vieillissement.
© 2012 - 2020 McMaster University | 1280 Main Street West | Hamilton, Ontario L8S4L8 | +1 905-525-9140 | Conditions d'utilisation