+AA
En

Ce que vous ignorez sur l’exercice physique et la polyarthrite rhumatoïde

Les messages clés

  • La polyarthrite rhumatoïde est une maladie inflammatoire chronique qui touche près de 20 millions de personnes dans le monde. 
  • Les médicaments et l’exercice physique sont les éléments clés d’un plan de traitement et de prise en charge de la polyarthrite rhumatoïde. Toutefois, en ce qui concerne l’exercice, le manque de sensibilisation ou d’information sur cette option, la crainte d’endommager davantage les articulations et les limites posées par les symptômes de la maladie peuvent dissuader les gens de s’y adonner.
  • Les exercices aérobiques et/ou la musculation peuvent améliorer certains symptômes et résultats cliniques chez les personnes atteintes de polyarthrite rhumatoïde. 
  • Les personnes atteintes et leurs aidants doivent discuter de toutes les options de traitement médicamenteux et non médicamenteux avec leur équipe soignante. Les besoins, les préférences et les limitations personnels doivent être pris en compte lors du choix des exercices les plus bénéfiques et les plus sûrs à suivre. 

L’inquiétude et le manque d’informations peuvent vous empêcher de prendre des décisions importantes et potentiellement bénéfiques en matière de santé, que ce soit pour vous-même ou pour les personnes dont vous vous occupez. Mais comme le dit le dicton, « Savoir, c’est pouvoir ». Par conséquent, rechercher des informations pour vous aider à vous tenir au courant de l’état que vous, ou un proche, tentez de prendre en charge, ainsi que de diverses options de traitement disponibles, peut contribuer à apaiser vos inquiétudes, nourrir la réflexion sur vos besoins et vos préférences, et vous aider à prendre des décisions éclairées. Prenons, par exemple, le cas de la polyarthrite rhumatoïde.


La polyarthrite rhumatoïde est une maladie caractérisée par une inflammation chronique (1 ; 2). Elle provoque de la fatigue et des douleurs articulaires, des raideurs et des gonflements, et s’aggrave généralement avec le temps (1 ; 3-6). À terme, la polyarthrite rhumatoïde peut entraîner une déformation et une détérioration des articulations (3 ; 5-6). Ensemble, ces symptômes et ces complications réduisent la fonction physique, augmentent le risque d’invalidité, ont un impact sur la capacité d’une personne à agir de manière indépendante et diminuent sa qualité de vie (1 ; 3-7). Qu’il s’agisse de la progression de la maladie ou de sa fonction, il existe une variété de traitements médicamenteux et non médicamenteux qui visent à atténuer, ralentir ou prévenir les symptômes et les complications et à améliorer certains aspects de la santé et du bien-être (1 ; 3 ; 8-9). L’un d’entre eux est l’exercice physique (1 ; 3).


Malheureusement, le rôle et l’importance de l’exercice dans le cadre d’un plan de traitement de la polyarthrite rhumatoïde ne semblent pas clairs pour les personnes atteintes et leurs aidants (3). Si l’on revient à notre discussion précédente sur les obstacles, on comprend mieux pourquoi. Les quelque 20 millions de personnes atteintes de polyarthrite rhumatoïde dans le monde — dont plus de 370 000 Canadiens et Canadiennes — et leurs aidants ne sont pas étrangers aux obstacles tels que l’inquiétude et le manque d’information (3 ; 10-12). L’inquiétude est liée à la crainte de causer des dommages supplémentaires aux articulations, et le manque d’information est lié au fait de ne pas connaître suffisamment l’exercice comme option thérapeutique (3 ; 11-12). Si l’on ajoute à cela les symptômes et les complications associés à la maladie, on obtient un environnement qui peut facilement justifier le fait de ne pas faire d’exercice.


Grâce à une récente étude systématique, les lacunes dans les connaissances sur les différentes options d’exercice et leurs effets peuvent être comblées pour les personnes atteintes de polyarthrite rhumatoïde et leurs aidants. (3). Ces données peuvent aider les personnes atteintes et leurs aidants à décider si et comment intégrer l’exercice dans le plan de traitement.


Ce que la recherche nous apprend

L’étude a porté sur des adultes atteints de polyarthrite rhumatoïde qui pratiquaient des exercices aérobiques, de la musculation, des exercices aérobiques et de la musculation, des exercices aquatiques ou des exercices de la main. Ces personnes ont été comparées à celles qui pratiquaient d’autres types d’exercices, des exercices de mobilité, des soins habituels ou qui étaient sur une liste d’attente (ce qui signifie que les participants à l’étude étaient sur une liste d’attente pour faire de l’exercice, mais n’en faisaient pas encore). Les données, dont la qualité varie de très faible à modérée, suggèrent que l’exercice peut contribuer à améliorer certains symptômes et les résultats cliniques liés à la polyarthrite rhumatoïde. Décomposons les résultats des trois types d’exercices qui ont apporté des bénéfices.


Tout d’abord, nous avons l’exercice aérobique, qui comprend : le vélo, la marche sur un tapis roulant, l’aviron, le tai chi, etc. Globalement, cette forme d’exercice a montré qu’elle pouvait améliorer considérablement un résultat clinique, à savoir la capacité aérobie. La capacité aérobie est un indicateur de la façon dont notre corps utilise l’oxygène lorsque nous faisons de l’exercice à pleine intensité. Elle peut indiquer notre niveau de forme physique et notre risque de contracter diverses maladies, dont les maladies cardiaques. En deuxième lieu, nous avons l’entraînement musculaire. Ce type d’exercice a démontré qu’il pouvait améliorer trois symptômes et résultats cliniques, à savoir la douleur et la vitesse de sédimentation des érythrocytes dans des proportions modérées, et le temps de marche sur 7,6 m dans une faible proportion. Pour ceux et celles qui ne le savent pas, la vitesse de sédimentation érythrocytaire est un indicateur de l’inflammation. Enfin, nous avons combiné l’exercice aérobique et l’entraînement musculaire, ce qui semble apporter de légères améliorations de la fatigue et de la fonction physique.


Bien que des recherches supplémentaires soient nécessaires pour améliorer la qualité des données et fournir des prescriptions spécifiques concernant la fréquence, l’intensité et la durée de l’exercice, l’exercice semble actuellement prometteur pour les personnes atteintes de polyarthrite rhumatoïde (3). Les personnes atteintes, en collaboration avec leurs aidants et les professionnels de la santé, doivent tenir compte de leurs besoins (par exemple, les symptômes qui les préoccupent), de leurs préférences (par exemple, les exercices qu’elles trouvent agréables et confortables) et de leur sécurité (par exemple, les limitations physiques, l’état de la maladie, etc.) lorsqu’elles décident du ou des types d’exercices les plus appropriés à intégrer dans leur plan de traitement.

Ressources en vedette


Int�ress�s par les recherches sur le vieillissement? Inscrivez-vous aux alertes par courriel.
S'Inscrire
À Propos des Auteurs

Références

  1. Mudano AS, Tugwell P, Wells GA, et coll. Tai Chi pour la polyarthrite rhumatoïde. Cochrane Database Syst Rev. 2019; 9:CD004849. doi: 10.1002/14651858.CD004849.pub2. 
  2. Lee DM, Weinblatt ME. Rheumatoid arthritis. Lancet. 2001; 358(9285):903-911.
  3. Hu H, Xu A, Gao C, et coll. The effect of physical exercise on rheumatoid arthritis: An overview of systematic reviews and meta-analysis. J Adv Nurs. 2021; 77:506-522.
  4. Englbrecht M, Kruckow M, Araujo E, et coll. The interaction of physical function and emotional well-being in rheumatoid arthritis-What is the impact on disease activity and coping? Semin Arthritis Rheum. 2013; 42(5):482-491.
  5. Odegard S, Finset A, Kvien TK, et coll. Work disability in rheumatoid arthritis is predicted by physical and psychological health status: A 7-year study from the Oslo RA register. Scand J Rheumatol. 2005; 34(6):441-447.
  6. Yelin E. Work disability in rheumatic diseases. Curr Opin Rheumatol. 2007;19(2):91-96. 
  7. Cross M, Smith E, Hoy D, et coll. The global burden of rheumatoid arthritis: Estimates from the global burden of disease 2010 study. Ann Rheum Dis. 2014; 73(7):1316-1322.
  8. Vliet Vlieland TP, van den Ende CH. Nonpharmacological treatment of rheumatoid arthritis. Curr Opin Rheumatol. 2011; 23(3):259-264.
  9. Azeez M, Clancy C, O'Dwyer T, et coll. Benefits of exercise in patients with rheumatoid arthritis: A randomized controlled trial of a patient-specific exercise programme. Clin Rheumatol. 2020; 39(6):1783-1792.
  10. Gouvernement du Canada. La polyarthrite rhumatoïde au Canada. [Internet] 2020. [consulté en juillet 2021]. Disponible en ligne : https://www.canada.ca/fr/sante-publique/services/publications/maladies-et-affections/polyarthrite-rhumatoide.html
  11. Veldhuijzen van Zanten JJCS, Rouse PC, Hale ED, et coll. Perceived barriers, facilitators and benefits for regular physical activity and exercise in patients with rheumatoid arthritis: A review of the literature. Sports Med. 2015; 45(10):1401-1412. 
  12. Larkin L, Kennedy N, Fraser A, et coll. “It might hurt, but still it’s good”: People with rheumatoid arthritis beliefs and expectations about physical activity interventions. J. Health Psychol. 2017; 22(13):1678-1690.

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ: Plusieurs de nos billets de blogue ont été rédigés avant la pandémie de COVID-19 et ne reflètent donc pas nécessairement les dernières recommandations de santé publique. Bien que le contenu de ces billets de blogue identifie des activités qui favorisent un vieillissement optimal, il est important de s'en tenir aux recommandations de santé publique les plus récentes, comme la distanciation sociale et le lavage fréquent des mains. Certaines des activités suggérées dans ces billets de blogue devront peut-être être modifiées ou évitées afin de se conformer aux recommandations actuelles en matière de distanciation sociale. Pour consulter les dernières mises à jour de l'Agence de la santé publique du Canada, veuillez visiter leur site Web.

Intéressés par les recherches sur le vieillissement? Inscrivez-vous aux alertes par courriel.

Le soutien au Portail est largement assuré par l’Initiative Labarge sur le vieillissement optimal. AGE-WELL est un partenaire contributeur. Aidez-nous à continuer à fournir un accès direct et facile à des informations fondées sur des données probantes sur des enjeux de santé et sociaux pour vous aider à rester en bonne santé, actif et engagé en vieillissant. Faites un don dès aujourd'hui.

La traduction française du contenu destiné au grand public sur ce site Web est soutenue en partie par le Réseau québécois de recherche sur le vieillissement.
© 2012 - 2020 McMaster University | 1280 Main Street West | Hamilton, Ontario L8S4L8 | +1 905-525-9140 | Conditions d'utilisation