+AA
En

Vieillir chez soi dans sa maison intelligente tout en préservant sa vie privée

Les messages clés

  • Les aînés préfèrent rester chez eux le plus longtemps possible.
  • En vieillissant, ils peuvent trouver qu'il est difficile d'effectuer certaines de leurs activités quotidiennes.
  • Les technologies intelligentes peuvent les aider à effectuer des tâches de manière autonome, à surveiller leur santé et à alerter les soignants, les professionnels de la santé ou les services d'urgence en cas de besoin.
  • Il est important de déterminer si les technologies intelligentes sont la solution pour vous, en fonction de vos besoins, préférences et autres considérations (telles que la protection de votre vie privée).

De plus en plus de technologies intelligentes se font une place dans nos domiciles. Ces technologies regroupent une panoplie d'appareils électrique destinés à nos maisons, que ce soit des serrures électroniques qui peuvent être programmées ou des sonnettes vidéo qui peuvent être gérées à distance, des capteurs de qualité de l’air, des ampoules intelligentes dont on peut contrôler l’intensité grâce à son téléphone cellulaire, des caméras qui détectent les mouvements, des télévisions et systèmes de son à commande vocale, et plus encore.

On dit que ces technologies sont « intelligentes » puisqu’elles utilisent l’Internet et des niveaux avancés d'automatisation pour fonctionner efficacement, et ce, en faisant souvent des choix automatisés basés sur des expériences antérieures et des préréglages.

Parmi l’éventail de technologies intelligentes actuellement disponibles, plusieurs ont été conçues spécifiquement pour soutenir le vieillissement à domicile. Par exemple, des réseaux de capteurs sans fil peuvent être placés à des endroits stratégiques pour détecter les chutes ou les urgences. Différents types de capteurs peuvent être utilisés pour surveiller par exemple la consommation d’eau, la température corporelle et les signes vitaux, les habitudes de sommeil, de marche ou alimentaires. Les informations colligées peuvent être transmises en temps réel aux aidants, aux professionnels de la santé ou aux services d’urgence.

De telles technologies intelligentes pourraient ainsi répondre à un besoin exprimé par une majorité des personnes âgées qui souhaitent vivre le plus longtemps possible de manière autonome dans leur domicile. Cela peut également être attrayant pour les proches aidants qui veulent s’assurer que le domicile est sécuritaire, que les médicaments et les repas sont pris, et que les soins d’hygiène sont donnés.

Un outil d’aide à la décision examinant différentes options pour maintenir l'indépendance des aînés dans les activités quotidiennes se sont penchés sur les avantages et inconvénients des maisons intelligentes.(2) En ce qui a trait aux avantages :

- Les aînés vivant dans une maison intelligente ont plus de chance d'être capables de réaliser des activités quotidiennes comparativement à ceux qui n'y vivent pas.

- Sur 100 aînés qui vivent dans une maison intelligente, sept évitent l'hospitalisation durant le premier épisode de 30 jours de soins à domicile, grâce aux technologies intégrées au domicile.

- Toutefois, les recherches actuelles ne montrent pas d'effet des maisons intelligentes sur le nombre de maladies ou les blessures encourues chez les aînés vivant dans une maison intelligente.

Ces maisons peuvent également avoir certains inconvénients, par exemple :

- Certains aînés ont peur de devenir trop dépendants de ces technologies.

- Dans la majorité des cas, vivre dans une maison intelligente nécessite l'achat et l'installation d'équipements. Si la technologie a besoin d'être connectée à Internet ou à un portail web, des frais mensuels seront aussi chargés (pouvant varier de 130$ et 150$ par mois).

- Certains aînés vivant dans des régions mal desservies par les infrastructures technologiques (par exemple, celles n’ayant pas accès à l’Internet haute vitesse) peuvent avoir des difficultés à accéder aux technologies intelligentes.

- Certains aînés peuvent ne pas être familiers avec les ordinateurs et ce qui peut rendre difficile pour eux d'apprendre à utiliser les technologies intelligentes.

- L'emplacement des technologies dans la maison (que ce soit dans la chambre à coucher ou la salle de bains) ou encore les types et la taille des appareils peuvent être embarrassants.

Ce dernier point soulève une question qui est chère aux aînés concernant le maintien de la vie privé. Peut-on rendre une maison complètement intelligente et ainsi favoriser l’indépendance des aînés, tout en garantissant que leur vie privée ne soit pas compromise?

Ce que la recherche nous apprend

Une récente revue systématique de 31 articles s’est intéressée aux technologies dans les maisons intelligentes pour améliorer la qualité de vie des personnes âgées, principalement celles liées à la surveillance de la santé et de l’environnement, et impliquant entre autres l’utilisation de capteurs et de robots.(1) Si les aînés semblent généralement apprécier ces technologies, car elles leur permettent de rester dans leur domicile, l’âge, le genre et la culture peuvent toutefois influencer l’acceptabilité de ces technologies.

Des technologies du plancher jusqu’au plafond

Montres intelligentes, contrôle vocal ou à distance des appareils domestiques, capteurs de mouvement à infrarouge, de débit d’eau ou de lumière, caméras, robots : pour surveiller en continu le bien-être et la santé des aînés, une panoplie de dispositifs peuvent être installés partout dans leur maison, voire même sur leurs vêtements et sur leur corps.

Que ce soit un bouton d’urgence qu’on peut activer en cas de malaise ou une alerte transmise lorsqu’une chute est détectée, l’utilisation des technologies intelligentes favorise l’autonomie et génère un plus grand sentiment de sécurité chez les aînés, les personnes ayant un handicap, celles atteintes de démence, de la maladie d’Alzheimer ou de Parkinson, et chez leurs aidants.

De plus, des techniques de détection de pointe et l’intelligence artificielle sont utilisées pour répondre aux besoins spécifiques des utilisateurs. Par exemple, certains robots ont la capacité de reconnaître une foule d’activités distinctes, d’exécuter des tâches simples, de faciliter l’exécution des tâches par l’aîné, ainsi qu’effectuer des rappels vocaux pour la prise des médicaments.

Garantir la sécurité et la confidentialité

La revue systématique souligne que le respect de la vie privée et la sécurité des données collectées et transmises sont des enjeux à considérer. Il est toutefois possible d’utiliser des technologies moins intrusives qui permettent de reconnaître des postures et non des individus, ce qui permet de préserver la confidentialité. De plus, il est souvent possible de se passer de caméras.

Toutefois, pour assurer une surveillance efficace, il faut que le nombre de capteurs soit suffisant et que les technologies soient déployées dans toutes les pièces de la maison, particulièrement celles où il y a plus de risque de chute, comme la cuisine, la chambre et la salle de bain. Cela peut parfois être perçu comme une atteinte à la vie privée.

 

Est-ce qu’une maison intelligente la solution pour vous (ou vos proches)?

Si vous, ou l’un de vos proches, avez besoin d’aide pour accomplir vos activités quotidiennes à domicile, une maison intelligente est une solution parmi d’autres.

Utilisez un outil d’aide à la décision pour mieux cerner vos besoins, vos préférences et les options qui s’offrent à vous.

Si les technologies intelligentes font partie des solutions pertinentes, mais que vous avez des questions quant à leur impact sur votre vie privée, posez des questions aux fournisseurs de technologies et à vos professionnels de la santé. Par exemple :

- Ces technologies sont-elles sécuritaires?

- Qui peut modifier les réglages de ces technologies?

- Quels types d’informations sont colligées?

- Ces informations sont-elles « cryptées » (c’est-à-dire codées et protégée de telle sorte qu’elles sont incompréhensibles à ceux qui ne disposent pas du code)?

- Ces informations sont-elles partagées avec des tiers (par exemple, d’autres professionnels de la santé ou encore des compagnies offrant d’autres services)?


Int�ress�s par les recherches sur le vieillissement? Inscrivez-vous aux alertes par courriel.
S'Inscrire
À Propos des Auteurs

Références

  1. Gochoo M, Alnajjar F, Tan TH, Khalid S. Towards privacy-preserved aging in place: A systematic review. Sensors, 2021, 21: 3082.

  2. Giguère A. Maintenir l'indépendance dans les activités quotidiennes: options pour maintenir l'indépendance de la personne âgée, Boîte à décision, Université Laval, 2017.

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ: Plusieurs de nos billets de blogue ont été rédigés avant la pandémie de COVID-19 et ne reflètent donc pas nécessairement les dernières recommandations de santé publique. Bien que le contenu de ces billets de blogue identifie des activités qui favorisent un vieillissement optimal, il est important de s'en tenir aux recommandations de santé publique les plus récentes, comme la distanciation sociale et le lavage fréquent des mains. Certaines des activités suggérées dans ces billets de blogue devront peut-être être modifiées ou évitées afin de se conformer aux recommandations actuelles en matière de distanciation sociale. Pour consulter les dernières mises à jour de l'Agence de la santé publique du Canada, veuillez visiter leur site Web.

Intéressés par les recherches sur le vieillissement? Inscrivez-vous aux alertes par courriel.

Le soutien au Portail est largement assuré par l’Initiative Labarge sur le vieillissement optimal. AGE-WELL est un partenaire contributeur. Aidez-nous à continuer à fournir un accès direct et facile à des informations fondées sur des données probantes sur des enjeux de santé et sociaux pour vous aider à rester en bonne santé, actif et engagé en vieillissant. Faites un don dès aujourd'hui.

La traduction française du contenu destiné au grand public sur ce site Web est soutenue en partie par le Réseau québécois de recherche sur le vieillissement.
© 2012 - 2020 McMaster University | 1280 Main Street West | Hamilton, Ontario L8S4L8 | +1 905-525-9140 | Conditions d'utilisation