+AA
En

Enrichissez votre vie sociale grâce à l’activité physique

Les messages clés

  • De plus en plus de personnes vivent seules, se sentent seules ou souffrent d'isolement.
  • L'activité physique aide à établir des relations sociales entre les personnes qui partagent un intérêt commun, améliore les compétences sociales et la confiance en soi, génère le sentiment d'avoir un but et réduit la solitude.
  • L'activité physique maintient également les compétences cognitives telles que la mémoire, soulage les symptômes associés à la dépression et à l'anxiété, et améliore l'humeur.

De plus en plus de gens vivent seuls, se sentent seuls ou souffrent de solitude. Selon Statistique Canada, 1 aîné sur 5 vit de la solitude, estime manquer de compagnie, a le sentiment d’être délaissé ou isolé.(1) De tels sentiments se sont exacerbés durant la pandémie de COVID-19 compte tenu des mesures de distanciation physique, de confinement ou de couvre-feu. Cela dit, les campagnes de vaccination allant bon train et le nombre d’infection diminuant à travers le pays semblent offrir une lueur d’espoir de reprendre bientôt une vie sociale active.

Cours de danse ou d’aérobie, musculation, marche nordique, cours d’aquaforme… Nous connaissons tous les bienfaits de l’activité physique pour améliorer nos capacités cardiorespiratoires ou augmenter notre masse musculaire. Saviez-vous toutefois que l’activité physique pourrait aussi avoir des effets bénéfiques sur votre santé sociale?

Ce que la recherche nous apprend

Une revue systématique de 38 articles a examiné les effets de diverses interventions liées à l’activité physique sur la santé psychosociale de 5 288 participants.(2) Les études provenaient de nombreux pays : États-Unis, Royaume-Uni, Japon, Australie, Taïwan, Chine, Canada, Pays-Bas, Nouvelle-Zélande, Corée, Suède, Danemark, Finlande, Turquie, Espagne, Brésil, Hongrie et Géorgie. Les participants ont été recrutés de multiples façons, par exemple dans des cliniques externes, des centres médicaux universitaires ou communautaires, par l’intermédiaire de professionnels du système de soins de santé ou de services municipaux, ou encore via des programmes de dépistage du cancer du sein.

Les participants comptaient 67 % de femmes, étaient âgés de 51 à 82 ans, étaient en bonne santé ou atteints de maladies chroniques courantes comme les maladies cardiorespiratoires, l’ostéoporose, la dépression, l’obésité, l’insomnie ou le cancer. Les personnes ayant des déficiences cognitives (la démence, par exemple) ont toutefois été exclues des études.

Les activités physiques étaient principalement de nature aérobique ou de renforcement musculaire. Ces activités avaient lieu au gym, à domicile, dans les centres communautaires ou les centres d’hébergement, en ligne ou par téléphone, en groupe ou en individuel. Des volets informatifs permettaient aussi d’aborder divers sujets touchant la santé.

Que peut-on retenir de ces études?
Malgré le manque de données qui auraient permis d’analyser les résultats sur les composantes de la solitude et du soutien social, on sait que certains aspects spécifiques ont une influence positive sur la santé sociale.

- L’activité physique facilite l’établissement de relations sociales entre les personnes qui partagent un intérêt commun.

- L’activité physique améliore les compétences sociales et la confiance en soi.

- L’exercice génère un sentiment de but et réduit la solitude.

- Au niveau biologique, l’activité physique est associée à la production de plusieurs hormones liées au bien-être et à la libération d’endorphines qui interviennent dans le contrôle de l’humeur, à la réduction de l’hormone du stress, ainsi qu’à l’activation de la matière grise.

Comment améliorer votre santé sociale ?

Si votre condition physique vous le permet, faites de la marche en groupe ! Cette activité d’intensité légère à modérée offre de bonnes possibilités d’interaction sociale et génère davantage de bien-être. Aussi, l’aquaforme et le tai-chi sont des activités physiques douces qui vous feront du bien, au corps et à l’âme !

Si votre état de santé ou la perte de mobilité vous empêche de pratiquer un sport, joignez-vous à un groupe de loisirs ! Que ce soit un cours de cuisine, une activité d’artisanat ou un cours en ligne, vous pourrez retirer les bienfaits liés au simple fait de faire partie d’un groupe et d’avoir un sentiment d’appartenance et des échanges sur un sujet qui vous intéresse. En rencontrant d’autres passionnés, comme vous, vous aurez davantage de possibilités de nouer des liens et de créer un solide réseau social.

Mais rappelez-vous que la pandémie n’est pas encore terminée et qu’il est important de respecter les mesures en vigueur dans votre communauté.


Int�ress�s par les recherches sur le vieillissement? Inscrivez-vous aux alertes par courriel.
S'Inscrire
À Propos des Auteurs

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ: Plusieurs de nos billets de blogue ont été rédigés avant la pandémie de COVID-19 et ne reflètent donc pas nécessairement les dernières recommandations de santé publique. Bien que le contenu de ces billets de blogue identifie des activités qui favorisent un vieillissement optimal, il est important de s'en tenir aux recommandations de santé publique les plus récentes, comme la distanciation sociale et le lavage fréquent des mains. Certaines des activités suggérées dans ces billets de blogue devront peut-être être modifiées ou évitées afin de se conformer aux recommandations actuelles en matière de distanciation sociale. Pour consulter les dernières mises à jour de l'Agence de la santé publique du Canada, veuillez visiter leur site Web.

Intéressés par les recherches sur le vieillissement? Inscrivez-vous aux alertes par courriel.

Le soutien au Portail est largement assuré par l’Initiative Labarge sur le vieillissement optimal. AGE-WELL est un partenaire contributeur. Aidez-nous à continuer à fournir un accès direct et facile à des informations fondées sur des données probantes sur des enjeux de santé et sociaux pour vous aider à rester en bonne santé, actif et engagé en vieillissant. Faites un don dès aujourd'hui.

La traduction française du contenu destiné au grand public sur ce site Web est soutenue en partie par le Réseau québécois de recherche sur le vieillissement.
© 2012 - 2020 McMaster University | 1280 Main Street West | Hamilton, Ontario L8S4L8 | +1 905-525-9140 | Conditions d'utilisation