+AA
En

« Ton ami, c’est moi » : vos pairs peuvent-ils vous aider à rester actif ?

Les messages clés

  • Être physiquement actif présente des avantages pour la perte de poids et sa gestion, la santé des os, la mobilité, la santé mentale et bien plus encore.  
  • Dans le monde, 1 adulte sur 4 ne pratique pas suffisamment d’activité physique.
  • Les obstacles financiers, physiques et sociaux — comme le coût, la maladie, le fait de n’avoir personne avec qui faire de l’exercice, les installations d’exercice discriminatoires et le manque de personnes âgées dirigeant des programmes d’exercice — dissuadent les personnes âgées de faire de l’activité physique. 
  • Les programmes d’exercices dirigés par les pairs et les programmes de soutien par les pairs peuvent améliorer l’observance de l’activité physique chez les personnes âgées.  
  • Envisagez de trouver un programme d’exercices dirigé par des pairs ou un programme de soutien par les pairs dans votre collectivité. 

Jour après jour, la liste des façons dont l’exercice aide à affermir nos esprits, nos corps et nos âmes ne fait que s’allonger. Les récompenses telles que le maintien d’une ossature solide, le sentiment de bien-être mental, l’atteinte d’un poids corporel plus sain, et la réduction du risque de maladie chronique ne sont que quelques-uns des avantages qui se trouvent sur cette liste (1-5). Cependant, comme nous l’avons vu maintes et maintes fois, juste parce que quelque chose est bon pour nous cela ne signifie pas qu’il va trouver sa place dans notre routine habituelle. Le fait qu’un adulte sur quatre ne fait pas suffisamment d’exercice le démontre bien, ce qui fait du manque d’activité physique l’un des principaux facteurs de risque de décès dans le monde (6).


Qu’est-ce qui empêche les gens, notamment les personnes âgées, d’enfiler leurs chaussures de course et de s’inscrire à un cours ou à un programme d’exercice dans leur collectivité ? Il s’avère qu’il y a une variété d’obstacles à surmonter, y compris ceux qui sont financiers (p. ex., le coût), physiques (p. ex., la maladie) et sociaux (p. ex., ne pas avoir de compagnon ou de compagne d’exercice) (7-10). Pour mieux comprendre pourquoi certaines personnes âgées ne profitent pas des possibilités de faire de l’exercice, nous devons également tenir compte du fait que les milieux de conditionnement physique, comme les gymnases ou les centres récréatifs, ont tendance à mieux répondre aux besoins, aux désirs et aux préférences des jeunes. De plus, les programmes d’exercices ont tendance à être offerts par de jeunes professionnels de la santé, ce qui creuse l’écart entre ceux qui élaborent et dirigent ces programmes et ceux qui y participent potentiellement (7).


En réponse à certains de ces obstacles, une nouvelle revue systématique a examiné si les programmes d’exercices dirigés par des pairs et les programmes de soutien par les pairs sont efficaces pour motiver les personnes âgées à faire de l’exercice, ainsi que pour influencer sur leurs résultats en matière de santé.


Ce que la recherche nous apprend

Dans le cadre de la revue systématique, les programmes d’exercices dirigés par des pairs exigent le concours de personnes âgées qualifiées pour offrir le programme. D’autre part, les programmes de soutien par les pairs exigent le concours de personnes âgées pour prodiguer aux participants des conseils, des encouragements, de l’éducation et du mentorat aux côtés de professionnels de la santé qui offrent le programme. Dans l’ensemble, la revue systématique souligne que les programmes d’exercices dirigés par des pairs peuvent être efficaces pour maintenir la participation des personnes âgées aux programmes d’exercices, et peut-être au même degré que les programmes dirigés par des professionnels. De plus, on constate également un impact positif sur l’adhésion pour les programmes de soutien par les pairs. Cela dit, un petit nombre d’études incluses dans la revue systématique révèlent que les programmes dirigés par des pairs ne sont pas plus efficaces pour améliorer les résultats en matière de santé comme la fonction physique.


Étant donné qu’il s’agit de la première revue systématique à aborder ce sujet, davantage de recherche, avec un plus grand nombre de participants, est nécessaire pour mieux comprendre les effets des programmes dirigés par les pairs et du soutien assuré par les pairs sur la fonction physique (7).


Afin de récolter les fruits de l’exercice, les Lignes directrices canadiennes sur l’activité physique recommandent aux adultes âgés de 18 ans et plus de participer à des exercices qui affermissent les muscles et renforcent les os au moins deux fois par semaine. En outre, l’exercice aérobique doit être effectué pendant un minimum de 150 minutes chaque semaine à intensité modérée ou vigoureuse (1). Si vous ne parvenez pas à respecter ces normes par vous-même, envisagez de trouver un programme d’exercice au sein de votre collectivité dirigé par des pairs qualifiés ou comprenant des éléments de soutien par les pairs. Cela peut vous donner l’impulsion supplémentaire dont vous avez besoin.

Ressources en vedette


Int�ress�s par les recherches sur le vieillissement? Inscrivez-vous aux alertes par courriel.
S'Inscrire
À Propos des Auteurs

Références

  1. Société canadienne de physiologie de l’exercice. Directives canadiennes en matière d’activité physique à l’intention des adultes âgés de 65 ans et plus [Internet] 2020. [consulté en septembre 2020]. Disponible en ligne : https://csepguidelines.ca/wp-content/uploads/2018/04/CSEP_PAGuidelines_older-adults_fr.pdf
  2.  Murtagh EM, Michols L, Mohammed MA, et coll. Effet de la marche sur les facteurs de risque de maladie cardiovasculaire : mise à jour d'une revue systématique et une méta-analyse d'essais contrôlés randomisés. Prev Med. 2015; 72:34-43. doi: 10.1016/j.ypnmed.2014.12.041.
  3. Zhao R, Zhang M, Zhang Q. L'efficacité des interventions ayant recours à des exercices combinés pour prévenir la perte osseuse post-ménopausique: une revue systématique et méta-analyse. J Orthop Sports Phys Ther. 2017; 47(4):241-251. doi: 10.2519/jospt.2017.6969.
  4. Gordon BR, McDowell CP, Hallgren M, et coll. Association de l'efficacité de l'entraînement contre résistance avec des symptômes dépressifs: une méta-analyse et méta-régression d'essais cliniques randomisés. JAMA Psychiatry. 2018; 75(6):566-576.doi: 10.1001/jamapsychiatry.2018.0572. 
  5. Batacan RB Jr, Duncan MJ, Dalbo VJ, et coll. Les effets de l'entraînement par intervalles à haute intensité sur la santé cardiométabolique: une revue systématique et méta-analyse des études d'interventions. Br J Sports Med. 2017; 51(6):494-503. doi: 10.1136/bjsports-2015-095841.
  6. Organisation mondiale de la santé. Activité physique. [Internet] 2018. [consulté en septembre 2020]. Disponible en ligne : https://www.who.int/fr/news-room/fact-sheets/detail/physical-activity
  7. Burton E, Farrier K, Hill KD, et coll. L'efficacité des pairs afin d'assurer la prestation de programmes d'activités physiques ou d'inciter des personnes âgées à accroître leur participation à des activités physiques: une revue systématique et méta-analyse. J Sports Sci. 2018; 36(6): 699-678.
  8. Baert V, Gorus E, Mets T, et coll. Motivators and barriers for physical activity in the oldest old: A systematic review. Ageing Res Rev. 2011; 10:464-474. doi: 10.1016/j.arr.2011.04.001.
  9. Burton E, Farrier K, Lewin G, et coll. Motivators and barriers for older people participating in resistance training: A systematic review. J Aging Phys Act. 2016; 25(2):311-324. doi: 10.1123/japa.2015-0289.
  10. Hill AM, Hoffmann T, McPhail S, et coll. Factors associated with older patients’ engagement in exercise after hospital discharge. Arch Phys Med Rehabil. 2011; 92(9): 1395-1403. doi: 10.1016/j.apmr.2011.04.009. 

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ: Plusieurs de nos billets de blogue ont été rédigés avant la pandémie de COVID-19 et ne reflètent donc pas nécessairement les dernières recommandations de santé publique. Bien que le contenu de ces billets de blogue identifie des activités qui favorisent un vieillissement optimal, il est important de s'en tenir aux recommandations de santé publique les plus récentes, comme la distanciation sociale et le lavage fréquent des mains. Certaines des activités suggérées dans ces billets de blogue devront peut-être être modifiées ou évitées afin de se conformer aux recommandations actuelles en matière de distanciation sociale. Pour consulter les dernières mises à jour de l'Agence de la santé publique du Canada, veuillez visiter leur site Web.

Intéressés par les recherches sur le vieillissement? Inscrivez-vous aux alertes par courriel.

Le soutien au Portail est largement assuré par l’Initiative Labarge sur le vieillissement optimal. AGE-WELL est un partenaire contributeur. Aidez-nous à continuer à fournir un accès direct et facile à des informations fondées sur des données probantes sur des enjeux de santé et sociaux pour vous aider à rester en bonne santé, actif et engagé en vieillissant. Faites un don dès aujourd'hui.

La traduction française du contenu destiné au grand public sur ce site Web est soutenue en partie par le Réseau québécois de recherche sur le vieillissement.
© 2012 - 2020 McMaster University | 1280 Main Street West | Hamilton, Ontario L8S4L8 | +1 905-525-9140 | Conditions d'utilisation