+AA
En

Les programmes d’autoprise en charge du diabète fonctionnent-ils vraiment?

Les messages clés

  • Les personnes âgées atteintes de diabète peuvent avoir des difficultés à gérer la maladie, surtout si elles ont d’autres maladies chroniques ou des problèmes de santé liés à l’âge.
  • Les programmes d'autoprise en charge qui sont adaptés aux individux et qui répondent à leurs problèmes psychologiques (comme la dépression) aident à améliorer les symptômes du diabète.
  • Les programmes d'autogestion utilisant des technologies telles que les applications pour téléphones cellulaires peuvent aider à contrôler le taux de sucre dans le sang.
  • Le dépistage des autres complications (par exemple, les troubles cognitifs), l'inclusion des membres de la famille et des aidants naturels dans le plan de soins et les suivis fréquents sont d’autres moyens de soutenir les personnes âgées atteintes de diabète.

Le vieillissement et le diabète. Le premier est inévitable ; l’autre est de plus en plus commun (1). Chacun vient avec son lot de difficultés, mais si on les met ensemble et on obtient une poudrière potentielle des problèmes de santé avec laquelle il faut composer.


Les soins du diabète chez les personnes âgées comportent un ensemble unique de difficultés, souligne Dre Diana Sherifali – infirmière clinicienne spécialisée du Programme de recherche et de soins en matière de diabète de l'Association des sciences de la santé de Hamilton.  Beaucoup de personnes âgées vivent avec plus d’une maladie (multimorbidité) et doivent jongler avec plusieurs médicaments pour traiter ou gérer leurs affections. « Ce n’est pas seulement le diabète qui est en compétition pour attirer leur attention. Ça pourrait être l’arthrite, l’ostéoporose, les maux de dos chroniques, la pression artérielle, l'insuffisance cardiaque... pour en nommer quelques uns, » dit Dre Sherifali, « nous pouvons prescrire des médicaments pour le diabète, mais comment cela influe-t-il ou que  interfère-t-il  avec les autres problèmes de santé ? ». Il s'agit selon elle d'une « énorme énigme » qui doit être abordée afin d’aider les personnes âgées diabétiques à vivre aussi bien que possible.


Des maladies chroniques comme le diabète sont souvent « autoprises en charge » un modèle de soins largement approuvé qui permet aux patients d’être en contrôle de leurs propres traitements (2). Mais vu le nombre de personnes âgées qui gèrent aussi d'autres maladies, des médicaments et d'autres questions liées à l’âge, reste à savoir si cette approche est bonne pour tout le monde. Pour combler cette lacune dans les connaissances, Dre Sherifali a mené une revue systématique et une méta-analyse de 13 essais cliniques aléatoires pour déterminer quelles dispositions  d’un programme d’autoprise en charge du diabète sont les plus efficaces pour aider les personnes âgées à surmonter avec succès la maladie (3).


Les études faisaient appel à plus de 4 500 participants – tous plus âgés que 65 ans et atteints de diabète. Environ la moitié d'entre eux ont été assignés au hasard à l’un des quatre programmes d’autoprise en charge, chacun se concentrant sur une approche particulière : soutien sur mesure/individualisé  ; soutien dispensé en groupe ; éducation et rétroaction ; et mise en valeur des problèmes psychologiques. La glycémie, la pression artérielle et les taux de cholestérol des participants ont été mesurés et comparés à ceux des participants des groupes témoins ou des programmes d’éducation en matière de diabète habituels (3).


Ce que nous dit la recherche

Selon les données de la revue systématique, les programmes individuels d'autoprise en charge du diabète peuvent bénéficier aux personnes âgées. Il y a une baisse petite mais significative  de la glycémie, aussi bien que de légères diminutions de la pression artérielle et du taux de cholestérol chez les participants du groupe expérimental. Les programmes qui offrent un soutien personnalisé basé sur les besoins, les buts et la situation de l'individu sont les plus efficaces, suivis des programmes qui s'intéressent aux questions psychologiques, y compris la détresse et la dépression (3). Les programmes d'autogestion ayant recours aux technologies peuvent également être utiles aux personnes qui prennent en charge leur diabète - une étude récente a révélé que les applications de téléphones cellulaires peuvent aider à contrôler le taux de sucre dans le sang chez les personnes atteintes de diabète de type 2 (4).


 Dre Sherifali affirme qu’elle n'est pas étonnée par les résultats (3) et qu'elle croit que la personnalisation des programmes en fonction des différents besoins des personnes est la seule manière d'agir étant donné la diversité dans la population aînée en termes de santé et façons de vivre. « Nous connaissons des gens qui ont 65 ans qui semblent en avoir 85 et qui sont immobiles ou frêles. Et nous connaissons des gens de 80 ans qui sont encore actifs et qui courent des demi-marathons ! »


De même, les programmes qui insistent sur l'aide psychologique répondent autant aux besoins physiques qu'émotifs des personnes âgées car les uns affectent directement les autres et ils ont ensemble des répercussions sur la manière dont elles prennent soin d'elles-mêmes : « S’en tirent-elles bien ? Sont-elles isolés ? Ont-elles du soutien ? Peut-être ont-elles perdu un être cher, leur permis de conduire ou ont-elles pris leur retraite. Certaines de ces choses font partie intégrante du vieillissement. Mais les émotions négatives peuvent également découler de leur multimorbidité ou de leurs médicaments. » Dr. Sherifali indique que d'avoir une « vue d'ensemble » est la première étape pour comprendre comment mieux soutenir les patients dans la gestion de leur diabète.


Elle affirme que l'étape suivante consiste à adapter les programmes afin de mieux répondre à leurs limitations et leurs besoins uniques. Cela pourrait signifier que les prestataires de soins de santé programment plus de temps avec les patients afin de se renseigner sur leur situation, de développer un programme réalisable, de dépister d'autres maladies qui pourraient compliquer davantage l'autoprise en charge (un trouble cognitif, par exemple) et de consulter au besoin les membres de la famille et les aidants.


L'autoprise en charge peut être une stratégie efficace de soin pour les personnes âgées atteintes de diabète, mais cela ne signifie pas qu'elles doivent tout faire par elles-mêmes. Comme Dre Sherifali le maintient, le soutien personnalisé et les suivis fréquents contribueront beaucoup à préserver les personnes de l'hôpital et à les rendre capables de profiter de leurs années de retraite.


Apprenez davantage au sujet de la gestion des problèmes de santé multiples et de la consommation de nombreux médicaments qui en découlent :

Équilibrer les lignes directrices et les médicaments chez les personnes atteintes de plusieurs problèmes de santé

Lisez notre série de quatre blogues sur la polypharmacie - la gestion de plusieurs médicaments


Int�ress�s par les recherches sur le vieillissement? Inscrivez-vous aux alertes par courriel.
S'Inscrire
À Propos des Auteurs
À Propos des Auteurs

Références

  1. Agence de santé publique du Canada. Le diabète au Canada : Rapport du Système national de surveillance du diabète, 2009. [Internet] 2009. [cité en avril 2016]. Disponible en ligne: https://www.canada.ca/fr/sante-publique/services/rapports-publications/diabete-canada-rapport-systeme-national-surveillance-diabete-2009.html
  2. Chodosh J, Morton S, Mojica W et al. Meta-analysis: chronic disease self-management programs for older adults. Annal Intern Med. 2005; 143:427-438.
  3. Sherifali D, Bai J, Kenny M et al. Les programmes d'autogestion du diabète chez les personnes âgées: une revue systématique et méta-analyse. Diabet Med. 2015; 32(11):1404-1414.
  4. Hou C, Carter B, Hewitt J, et al. Les applications de téléphones cellulaires améliorent-elles le contrôle glycémique (HbA1c) dans l'autogestion du diabète? Une revue systématique, une méta-analyse et une évaluation GRADE de 14 essais randomisés. Diabetes Care. 2016; 39(11):2089-2095. 

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ: Les billets du blogue sont présentés à titre informatif seulement. Ils ne remplacent pas les conseils de vos propres professionnels de la santé.

Intéressés par les recherches sur le vieillissement? Inscrivez-vous aux alertes par courriel.

Le soutien au Portail est largement assuré par l’Initiative Labarge sur le vieillissement optimal. AGE-WELL est un partenaire contributeur. Aidez-nous à continuer à fournir un accès direct et facile à des informations fondées sur des données probantes sur des enjeux de santé et sociaux pour vous aider à rester en bonne santé, actif et engagé en vieillissant. Faites un don dès aujourd'hui.

La traduction française du contenu destiné au grand public sur ce site Web est soutenue en partie par le Réseau québécois de recherche sur le vieillissement.
© 2012 - 2019 McMaster University | 1280 Main Street West | Hamilton, Ontario L8S4L8 | +1 905-525-9140 | Conditions d'utilisation