+AA
En

Les traumatismes du passé peuvent-ils entraver la capacité à vieillir chez soi ?

Les messages clés

  • « Vieillir chez soi » est la préférence de bien des gens.
  • Vieillir chez soi contribue au bien-être des personnes âgées en leur permettant de maintenir leur qualité de vie et leur indépendance, mais cela nécessite du soutien à plusieurs niveaux.
  • L’idée de vieillir chez soi peut prendre une tout autre tournure pour les personnes ayant vécu des traumatismes comme de la maltraitance, de l’oppression, des abus sexuels, de la violence, un deuil complexe, ou tout autre évènement extrêmement éprouvant de la vie.

« Vieillir chez soi » est la préférence de bien des gens, car ceux-ci veulent conserver le confort de leur foyer, rester dans leur communauté et de conserver leurs points de repère.(1) Mais la décision de vieillir chez soi ou de déménager n’est pas si simple. Une revue systématique s’est penchée sur les facteurs influençant la prise de décision en matière de logement des aînés en perte d’autonomie âgés de plus de 65 ans (et sans déficience cognitive).(2) Cette revue a permis d’identifier 88 facteurs influençant la prise de décision, variant de considérations liées à la santé et à l’accès aux soins, aux finances, à l’environnement bâti, mais aussi à des considérations psychologiques et psychosociales.

L’idée de vieillir chez soi peut prendre une tout autre tournure pour les personnes ayant vécu des traumatismes comme de la maltraitance, de l’oppression, des abus sexuels, de la violence, un deuil complexe, ou tout autre évènement extrêmement éprouvant de la vie. En effet, l’environnement de vie peut amplifier ou réactiver ces sentiments éprouvants.

À titre d’exemple, près du tiers des Canadiens ont subi des sévices sexuels ou physiques, et parfois les deux, de la part d'un adulte, et ce, avant l'âge de 15 ans.(3) Cela est sans compter les traumatismes vécus à l’âge adulte… Ces personnes gardent des séquelles qui peuvent limiter leur capacité d’adaptation tout au long de leur vie, augmenter les risques liés à la santé (anxiété, dépression, syndrome de stress post-traumatique, maladies cardiaques et plus encore) et engendrer des comportements risqués liés à la violence physique ou sexuelle, la maladie mentale, la toxicomanie, le chômage et même mener au sans-abrisme.

Les personnes ayant subi un traumatisme pendant l’enfance ou l’âge adulte ont-elles la résilience nécessaire pour vieillir chez elles ou s’adapter à un environnement qui pourrait leur offrir une meilleure qualité de vie ?

 

Ce que la recherche nous apprend

Une récente revue systématique de 32 études s’est intéressée au lien entre les personnes âgées ayant des antécédents de traumatismes et ce que cela signifie de vieillir chez soi.(4) Bien que l’analyse n’ait pas permis d’établir de lien évident, elle a tout de même mis en lumière des constats importants :

- Vieillir chez soi ne signifie pas nécessairement vivre dans la même maison toute sa vie, mais reflète plutôt la possibilité d’obtenir les soins requis dans l’environnement de son choix.

- L’incertitude et les insécurités liées au vieillissement peuvent être exacerbées par des expériences traumatiques antérieures.

- Habiter dans un logement inadéquat et non sécuritaire par manque d’options ne favorise pas l’indépendance et la qualité de vie.

- Le stress et l’hypersensibilité aux stimuli sensoriels liés au logement (par exemple, des couleurs criardes, de l’insalubrité, des sons ambiants dérangeants, des odeurs nauséabondes, de l’éclairage intense ou trop faible, etc.) peuvent résulter d’événements traumatisants passés et causer un nouveau traumatisme menant à des problèmes de santé mentale.

- La précarité ou l’absence de logement est une expérience traumatisante associée à une grande vulnérabilité, à l’exacerbation des effets du vieillissement et à une mortalité plus élevée.

- Les logements supervisés avec services de soutien sont une ressource importante pour les personnes en crise.

- Des adaptations sont requises et du soutien communautaire est essentiel pour répondre aux besoins des adultes qui veulent vieillir chez soi (ou dans l’environnement de leur choix).

 

Que vous ayez vécu ou non des traumatismes, il est possible de créer une expérience de vieillissement plus saine. Des solutions de logement abordable existent et des adaptations sont possibles pour vous permettre de vous y sentir chez vous et en sécurité.

Si vous avez besoin de soutien après avoir vécu un traumatisme et que vous traversez une crise, il est important de demander de l'aide. Des ressources locales sont là pour vous aider : cliquez ici pour trouver une ressource près de chez vous.


Int�ress�s par les recherches sur le vieillissement? Inscrivez-vous aux alertes par courriel.
S'Inscrire
À Propos des Auteurs

Références

  1. Chum K, Fitzhenry G, Robinson K, Murphy M, Phan D, Alvarez J, Hand C, Laliberte Rudman D, McGrath C. Examining community-based housing models to support aging in place: A scoping review The Gerontologist. 2020.
  2. Roy N, Dubé R, Després C, Freitas A, Légaré F. Choosing between staying at home or moving: A systematic review of factors influencing housing decisions among frail older adults. PLoS ONE. 2018; 13(1): e0189266.
  3. Statistics Canada. Family violence in Canada: A statistical profile, 2015. Ottawa: Canada, 2017.
  4. Danielson RA, Ray-Degges S. Aging in place among older adults with histories of traumatic experiences: A scoping review. Gerontologist. 2022 Jan 14;62(1):e1-e16. doi: 10.1093/geront/gnab127. PMID: 34436570.

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ: Ces résumés sont fournis à titre informatif seulement. Ils ne peuvent pas remplacer les conseils de votre propre professionnel de la santé. Les résumés peuvent être reproduits à des fins éducatives sans but lucratif. Toute autre utilisation doit être approuvée par le Portail du vieillissement optimal de McMaster (info@mcmasteroptimalaging.org).

Plusieurs de nos billets de blogue ont été rédigés avant la pandémie de COVID-19 et ne reflètent donc pas nécessairement les dernières recommandations de santé publique. Bien que le contenu de ces billets de blogue (qu’ils soient nouveaux ou plus anciens) identifie des activités qui favorisent un vieillissement optimal, il est important de s'en tenir aux recommandations de santé publique les plus récentes en matière de prévention et de risques. Il se peut que certaines des activités suggérées dans ces billets de blogue doivent être modifiées ou évitées complètement afin de se conformer aux nouvelles recommandations en matière de santé publique. Pour consulter les dernières mises à jour de l'Agence de la santé publique du Canada, veuillez visiter son site Web.

Intéressés par les recherches sur le vieillissement? Inscrivez-vous aux alertes par courriel.

Le soutien au Portail est largement assuré par l’Initiative Labarge sur le vieillissement optimal. AGE-WELL est un partenaire contributeur. Aidez-nous à continuer à fournir un accès direct et facile à des informations fondées sur des données probantes sur des enjeux de santé et sociaux pour vous aider à rester en bonne santé, actif et engagé en vieillissant. Faites un don dès aujourd'hui.

La traduction française du contenu destiné au grand public sur ce site Web est soutenue en partie par le Réseau québécois de recherche sur le vieillissement.
© 2012 - 2020 McMaster University | 1280 Main Street West | Hamilton, Ontario L8S4L8 | +1 905-525-9140 | Conditions d'utilisation