+AA
En

Trouver une « solution de rechange » à la douleur névralgique : les traitements à base de plantes peuvent-ils être une source de soulagement ?

Les messages clés

  • Plus de 7 millions de Canadiens souffrent de douleurs chroniques. La douleur névralgique est une affection difficile à traiter qui contribue à ces chiffres.
  • Les personnes souffrant de douleurs névralgiques sont susceptibles d’essayer des traitements à base de plantes dans l’espoir d’obtenir une réduction de la douleur.
  • Les recherches sur l’utilisation de deux traitements à base de plantes — la noix de muscade et le millepertuis — ne fournissent pas de preuves suffisantes de leurs avantages et de leurs inconvénients, ce qui rend nécessaire la réalisation de nouvelles études.
  • Faites preuve de prudence si vous décidez d’utiliser de tels traitements, et consultez toujours votre équipe soignante avant de les entreprendre.

On estime que plus de 7 millions de Canadiens âgés de 15 ans ou plus souffrent de douleur chronique (1). Cela signifie qu’une personne sur quatre vit avec cette affection invisible et souvent débilitante qui réduit sa qualité de vie (1-3). La douleur neuropathique, plus simplement appelée douleur névralgique, est un type de douleur qui contribue à ces chiffres. La douleur névralgique est causée par des dommages aux nerfs (2). Ces lésions peuvent résulter d’une variété de blessures, d’affections et de maladies, comme le diabète, un épisode de zona ou des lésions cérébrales (2 ; 4).


Malheureusement, pour ceux et celles qui éprouvent des sensations de picotements, de brûlures et de lacérations qui accompagent un diagnostic de douleur névralgique, ce n’est pas facile d’obtenir du soulagement (2). Malgré la disponibilité de nombreuses options de traitement médicamenteux — y compris des médicaments tels que les opioïdes, les anticonvulsivants et les antidépresseurs — on rapporte que seulement de 40 à 60 % des personnes obtiennent un soulagement partiel de la douleur (2 ; 6). Ces résultats médiocres, associés aux effets secondaires des médicaments, nous aident à mieux comprendre pourquoi les personnes souffrant de douleurs névralgiques se tournent souvent vers des stratégies complémentaires et non conventionnelles (2 ; 6-9). L’une de ces stratégies est le traitement à base de plantes.


Toutefois, comme pour tout autre traitement, il est bon de se renseigner au préalable pour savoir si le traitement est efficace et s’il existe des effets secondaires nocifs. Il en va de même pour les traitements à base de plantes. C’est ce que s’est attaché à faire une revue systématique récente (2).


Ce que la recherche nous apprend

La revue systématique a porté sur l’utilisation de traitements à base de plantes chez des adultes souffrant de douleurs névralgiques modérées et n’a finalement inclus que deux petites études. Ces études portent spécifiquement sur la noix de muscade appliquée par voie topique (c’est-à-dire sur la peau) via un vaporisateur et sur le millepertuis pris par voie orale sous forme de comprimés. Les deux études ont également permis la poursuite de l’utilisation d’analgésiques. Des données de très faible qualité démontrent qu’aucun des deux traitements à base de plantes ne diminue la douleur par rapport au placebo. Une analyse plus approfondie de ces résultats montre que la noix de muscade ne semble pas apporter un soulagement significatif de la douleur de 30 % ou plus. De même, on ne démontre pas que le millepertuis réduit le score total de la douleur. Sur le plan de l’innocuité, les personnes utilisant les traitements à base de plantes et le placebo ont signalé des effets secondaires mineurs ; il n’y a pas de différence significative dans le nombre d’effets secondaires ressentis entre les deux groupes. Des douleurs oculaires et des maux de tête ainsi qu’une sensation de brûlure ou de raideur temporaire et tolérable sont signalés par les personnes utilisant la noix de muscade. Les personnes utilisant le millepertuis signalent des démangeaisons, une sécheresse de la bouche, des sueurs, des nausées, des maux d’estomac, de la fatigue et des diarrhées. Toutefois, ces résultats sont également fondés sur des données de très faible qualité.


Les personnes à la recherche d’un soulagement peuvent se demander comment interpréter ces résultats, étant donné le nombre limité d’études et la qualité des données. En fin de compte, si l’on considère l’ensemble de la situation, il reste beaucoup d’incertitude quant aux avantages et aux inconvénients possibles associés à la noix de muscade et au millepertuis. Cela signifie qu’à l’heure actuelle, nous ne pouvons pas tirer de conclusions sur leur efficacité ni sur leur innocuité, et que leur utilisation doit être envisagée avec prudence jusqu’à ce que des recherches supplémentaires soient disponibles (2). Consultez votre équipe soignante sur votre intérêt à utiliser des traitements à base de plantes avant de commencer. Cela permet d’examiner les effets secondaires potentiels et les interactions avec d’autres médicaments, ainsi que de discuter en détail de toutes les options de traitement parallèles, complémentaires ou non conventionnelles disponibles.


Int�ress�s par les recherches sur le vieillissement? Inscrivez-vous aux alertes par courriel.
S'Inscrire
À Propos des Auteurs

Références

  1. Gouvernement du Canada. Rapport du groupe de travail canadien sur la douleur : octobre 2020. Ce que nous avons entendu : Travailler ensemble pour mieux comprendre, prévenir et gérer la douleur chronique. [Internet] 2020. [consulté en août 2021]. Disponible en ligne : https://www.canada.ca/fr/sante-canada/organisation/a-propos-sante-canada/mobilisation-publique/organismes-consultatifs-externes/groupe-travail-douleur-chronique/rapport-2020.html
  2. Boyd A, Bleakley C, Hurley DA, et coll. Médicaments ou préparations à base de plantes contre la douleur neuropathique. Cochrane Database Syst Rev. 2019; 4:CD010528. doi: 10.1002/14651858.CD010528.pub4.
  3. GustorJ B, Dorner T, Likar R, et coll. Prevalence of self-reported neuropathic pain and impact on quality of life: A prospective representative survey. Acta Anaesthesiol Scand. 2008; 52:132-136. doi: 10.1111/j.1399-6576.2007.01486.x. 
  4. Dworkin R, O'Connor A, Backonja M, et coll. Pharmacologic management of neuropathic pain: Evidence-based recommendations. Pain. 2007; 132: 237-251. doi: 10.1016/j.pain.2007.08.033.
  5. National Institute for Health and Clinical Excellence. Neuropathic pain: The pharmacological management of neuropathic pain in adults in non-specialist settings. [Internet] 2020. [consulté en août 2021]. Disponible en ligne en anglais : https://www.nice.org.uk/guidance/cg173 
  6. Kanodia A, Legedza A, Davis R, et coll. Perceived benefit of complementary and alternative medicine (CAM) for back pain: A national survey. J Am Board Fam Med. 2010; 23(3):354-362. doi: 10.3122/jabfm.2010.03.080252. 
  7. Metcalfe A, Williams J, McChesney J, et coll. Use of complementary and alternative medicine by those with a chronic disease and the general population - Results of a national population based survey. BMC Complement Altern Med. 2010; 10:58-64. doi: 10.1186/1472-6882-10-58.
  8. Thomas K, Colmen P. Use of complementary or alternative medicine in general population in Great Britain, results of the National Omnibus Survey. J Public Health. 2004; 26:152-157. doi: 10.1093/pubmed/fdh139.

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ: Ces résumés sont fournis à titre informatif seulement. Ils ne peuvent pas remplacer les conseils de votre propre professionnel de la santé. Les résumés peuvent être reproduits à des fins éducatives sans but lucratif. Toute autre utilisation doit être approuvée par le Portail du vieillissement optimal de McMaster (info@mcmasteroptimalaging.org).

Plusieurs de nos billets de blogue ont été rédigés avant la pandémie de COVID-19 et ne reflètent donc pas nécessairement les dernières recommandations de santé publique. Bien que le contenu de ces billets de blogue identifie des activités qui favorisent un vieillissement optimal, il est important de s'en tenir aux recommandations de santé publique les plus récentes, comme la distanciation sociale et le lavage fréquent des mains. Certaines des activités suggérées dans ces billets de blogue devront peut-être être modifiées ou évitées afin de se conformer aux recommandations actuelles en matière de distanciation sociale. Pour consulter les dernières mises à jour de l'Agence de la santé publique du Canada, veuillez visiter leur site Web.

Intéressés par les recherches sur le vieillissement? Inscrivez-vous aux alertes par courriel.

Le soutien au Portail est largement assuré par l’Initiative Labarge sur le vieillissement optimal. AGE-WELL est un partenaire contributeur. Aidez-nous à continuer à fournir un accès direct et facile à des informations fondées sur des données probantes sur des enjeux de santé et sociaux pour vous aider à rester en bonne santé, actif et engagé en vieillissant. Faites un don dès aujourd'hui.

La traduction française du contenu destiné au grand public sur ce site Web est soutenue en partie par le Réseau québécois de recherche sur le vieillissement.
© 2012 - 2020 McMaster University | 1280 Main Street West | Hamilton, Ontario L8S4L8 | +1 905-525-9140 | Conditions d'utilisation