+AA
En

L’échinacée est-elle efficace contre les infections des voies respiratoires supérieures ?

Les messages clés

  • L’échinacée est un supplément alimentaire populaire qui est utilisé pour la prévention et le traitement des infections des voies respiratoires supérieures telles que le rhume. 
  • L’échinacée peut réduire un peu le risque de contracter une infection des voies respiratoires supérieures sans effets secondaires importants, mais des différences dans la façon dont les préparations et les produits d’échinacée sont fabriqués et consommés peuvent influer sur l’ampleur de ce bénéfice. 
  • La durée d’une infection des voies respiratoires supérieures ne semble pas être réduite par l’utilisation de l’échinacée.
  • Assurez-vous de savoir comment l’échinacée pourrait interagir avec vous en tant qu’individu, en tenant compte votre état de santé existant et des interactions possibles avec d’autres suppléments ou médicaments que vous prenez. Complétez toujours vos propres recherches avec l’avis de votre prestataire de soins de santé.  

Du sélénium pour le cancer à la vitamine D pour le diabète, en passant par les capsules d’huile de poisson pour l’hypertension artérielle, de plus en plus de personnes se tournent vers les suppléments alimentaires pour prévenir et traiter toutes sortes de problèmes de santé (1-3). Les infections des voies respiratoires supérieures telles que le rhume, qui affectent le pharynx (la gorge), le larynx (siège des cordes vocales), les sinus ou le nez ne font certainement pas exception (4-5).


Pour traiter ou prévenir les infections des voies respiratoires supérieures, de nombreuses personnes se tournent vers l’échinacée, un groupe de fleurs sauvages d’Amérique du Nord appartenant à la famille des marguerites (4 ; 6-9). Trois espèces en particulier — E. angustifolia, E. purpurea et E. pallida — sont utilisées à des fins médicinales. Les produits d’échinacée varient dans la combinaison des espèces qu’ils contiennent (4), la partie de la plante qu’ils utilisent (c.-à-d. la plante entière, par rapport à la racine, la fleur, la tige ou les feuilles), la façon dont les composés médicinaux sont extraits et la présence ou non d’autres composants naturels (10). Ils se présentent également sous de nombreuses formes, telles que des capsules et des comprimés, du jus, des infusions, des extraits, des gouttes et des poudres (4).


Combien de personnes suivent la tendance et consomment de l’échinacée ? Avec des ventes annuelles aux États-Unis allant de 10 à 100 millions de dollars, il est sûr de dire… « un grand nombre ». Compte tenu de l’ampleur de ce fan-club dévoué, vous pourriez être surpris d’apprendre que l’innocuité et l’efficacité de l’échinacée font toujours l’objet de débats (4 ; 11-15). Une revue systématique récente a tenté de faire avancer la question en examinant spécifiquement si l’échinacée peut prévenir ou traiter les infections des voies respiratoires supérieures (4).


Ce que la recherche nous apprend

La revue a comparé les personnes utilisant l’échinacée sous diverses formes et doses (p. ex., des capsules, du jus, etc.) à celles utilisant un placebo comme l’huile végétale, la cire d’abeille, la poudre de fines herbes ou un sirop aromatisé au chocolat. La revue systématique a révélé que l’échinacée a un petit effet, réduisant de 12 % à 22 % le risque de développer une infection des voies respiratoires supérieures. En revanche, l’échinacée n’a aucun effet sur la durée d’une infection des voies respiratoires supérieures une fois que l’infection s’est installée.


Il convient de noter que les études incluses dans la revue ne sont pas toujours de haute qualité et qu’il y a de grandes différences dans la façon dont elles ont été menées. Il est donc difficile de déterminer le type de produits d’échinacée à recommander et la quantité à prendre. La variation dans la façon dont les produits d’échinacée sont préparés et comment les gens les utilisent pourrait également affecter la façon dont l’échinacée fonctionne dans le monde réel, en dehors d’un cadre de recherche. Heureusement, l’utilisation à court terme de l’échinacée ne semble pas s’accompagner d’un risque accru d’effets secondaires négatifs, mais des recherches supplémentaires sont nécessaires sur l’innocuité de ces produits s’ils sont utilisés à long terme (4).


Alors, l’échinacée mérite-t-elle une place dans votre armoire à pharmacie ? En fin de compte, les gens doivent garder à l’esprit qu’il est important de peser les avantages limités de l’échinacée par rapport à l’incertitude entourant son innocuité à long terme. Comme pour tout autre supplément, en plus de faire vos propres recherches, assurez-vous de consulter votre prestataire de soins de santé pour comprendre comment l’échinacée pourrait interagir avec votre état de santé courant ou avec d’autres médicaments et suppléments que vous prenez, ainsi que tout autre risque avec son utilisation.


AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : Compte tenu de la situation actuelle autour de la Covid-19, il est important de noter qu’aucune des études incluses dans la revue n’a examiné spécifiquement la Covid-19 et qu’elles ne doivent pas être utilisées pour orienter les actions visant à réduire votre risque de contracter la Covid -19. Afin de réduire votre risque de contracter et de propager la Covid -19 et d’autres maladies respiratoires, veuillez suivre les directives de santé publique en vigueur, y compris la distance physique, une bonne hygiène (par exemple, se laver les mains, ne pas se toucher le visage, se couvrir la bouche et le nez pour tousser ou pour éternuer, nettoyer les surfaces), la limitation des déplacements, et plus. Renseignez-vous sur ces lignes directrices en détail sur le site Web du gouvernement du Canada : https://www.canada.ca/fr/sante-publique/services/maladies/2019-nouveau-coronavirus/prevention-risques.html

Ressources en vedette


Int�ress�s par les recherches sur le vieillissement? Inscrivez-vous aux alertes par courriel.
S'Inscrire
À Propos des Auteurs

Références

  1. Vinceti M, Filippini T, Del Giovane C, et coll. Le sélénium pour la prévention du cancer. Cochran Database Syst Rev. 2018; 1:CD005195. doi: 1002/14651858.CD005195.pub4.
  2. Wu C, Qiu S, Zhu X, et coll. La supplémentation en vitamine D et le contrôle glycémique chez les patients diabétiques de type 2: une revue systématique et méta-analyse. Metabolism. 2017; 73:67-76. doi: 10.1016/j.metabol.2017.05.005.
  3. Campbell F, Dickinson HO, Critchley JA, et coll. Les suppléments d’huile de poisson abaissent légèrement la pression sanguine chez les adultes atteints d’hypertension. Eur J Prev Cardiol. 2013; 20:107-120. 
  4. David S, Cunningham R. L'échinacée pour la prévention et le traitement des infections des voies respiratoires supérieures: une revue systématique et méta-analyse. Complement Ther Med. 2019; 44:18-26.
  5. Mayo Clinic. Throat cancer. 2018. [consulté en mars 2019]. Disponible en ligne en anglais : https://www.mayoclinic.org/diseases-conditions/throat-cancer/symptoms-causes/syc-20366462
  6. Clarke TC, Black LI, Stussman BJ, et coll. Trends in the use of complementary health approaches among adults: United States, 2002–2012. Natl Health Stat Rep. 2015; 10:116. 
  7. Craft R, Kindscher K. Echinacea. 2016; 177-187.
  8. Richters. World production of Echinacea. 1998. Disponible en ligne en anglais : https://www.richters.com/show.cgi?page=QandA/Commercial/19980331-13.html
  9. Saper RB. Clinical use of echinacea. 2019. [consulté en mars 2019]. Disponible en ligne en anglais : https://www.uptodate.com/contents/clinical-use-of-echinacea
  10. Karsch-Volk M, Barrett B, Kiefer D, et coll. L'échinacée pour prévenir et traiter le rhume. Cochrane Database Syst Rev. 2014; 2:CD000530. doi: 1002/14651858.CD000530.pub3.
  11. Schapowal A, Klein P, Johnston SL. Echinacea reduces the risk of recurrent respiratory tract infections and complications: A meta-analysis of randomized controlled trials. Adv Ther. 2015; 32:187-200.
  12. Shah SA, Sander S, White CM, et coll. Evaluation of echinacea for the prevention and treatment of the common cold: A meta-analysis. Lancet Infect Dis. 2007; 7:473-480.
  13. Schoop R, Klein P, Suter A, et coll. Echinacea in the prevention of induced rhinovirus colds: A meta-analysis. Clin Ther. 2006; 28:174-183.
  14. Barrett B, Vohmann M, Calabresse C. Echinacea for upper respiratory infection. J Fam Pract. 1999; 48:628-635.
  15. Anheyer D, Cramer H, Lauche R, et coll. Herbal medicine in children with respiratory tract infection: Systematic review and meta-analysis. Acad Pediatr. 2018; 8-19. 

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ: Plusieurs de nos billets de blogue ont été rédigés avant la pandémie de COVID-19 et ne reflètent donc pas nécessairement les dernières recommandations de santé publique. Bien que le contenu de ces billets de blogue identifie des activités qui favorisent un vieillissement optimal, il est important de s'en tenir aux recommandations de santé publique les plus récentes, comme la distanciation sociale et le lavage fréquent des mains. Certaines des activités suggérées dans ces billets de blogue devront peut-être être modifiées ou évitées afin de se conformer aux recommandations actuelles en matière de distanciation sociale. Pour consulter les dernières mises à jour de l'Agence de la santé publique du Canada, veuillez visiter leur site Web.

Intéressés par les recherches sur le vieillissement? Inscrivez-vous aux alertes par courriel.

Le soutien au Portail est largement assuré par l’Initiative Labarge sur le vieillissement optimal. AGE-WELL est un partenaire contributeur. Aidez-nous à continuer à fournir un accès direct et facile à des informations fondées sur des données probantes sur des enjeux de santé et sociaux pour vous aider à rester en bonne santé, actif et engagé en vieillissant. Faites un don dès aujourd'hui.

La traduction française du contenu destiné au grand public sur ce site Web est soutenue en partie par le Réseau québécois de recherche sur le vieillissement.
© 2012 - 2020 McMaster University | 1280 Main Street West | Hamilton, Ontario L8S4L8 | +1 905-525-9140 | Conditions d'utilisation