+AA
En

La thérapie cognitivo-comportementale : Prévenir la dépression avant qu’elle n’apparaisse

Les messages clés

  • Au Canada, un adulte sur huit souffrira de dépression à un moment ou un autre de sa vie. 
  • Des approches psychologiques ou éducatives telles que la thérapie cognitivo-comportementale peuvent aider à prévenir la dépression. 
  • Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour déterminer quelle approche préventive est la plus efficace pour la dépression. 

Personne ne choisit de suivre la route souvent longue et difficile de la dépression. Et pourtant, beaucoup de gens — pas moins d’un adulte sur huit au Canada — s’y retrouvent à un moment ou un autre de leur vie (1). En fait, la dépression est le trouble psychiatrique le plus répandu chez les personnes âgées de 60 ans et plus (2 ; 3 ; 4 ; 5).

Lorsque la dépression frappe, elle peut ressembler à un brouillard épais qui s’installe, enveloppant la personne dans la tristesse et l’affligeant d’une perte d’intérêt à l’égard de ce qu’elle aime faire habituellement. La colère, la frustration et l’épuisement peuvent également s’y greffer (6). Bien que la dépression puisse toucher des personnes de tout âge, elle est particulièrement difficile à diagnostiquer chez les personnes âgées (2 ; 7). Les symptômes à surveiller dans ce groupe d’âge comprennent les problèmes de mémoire, les changements de personnalité, la douleur physique, la fatigue, le manque d’appétit, le fait de rester à la maison ou les pensées suicidaires (6).

Lorsqu’une personne est en pleine dépression, le bonheur peut sembler se trouver à des millions de kilomètres. Heureusement, il existe diverses options (les médicaments et la thérapie) pour traiter la dépression. Des recherches sont également en cours afin d’explorer les moyens d’échapper à son emprise avant qu’elle ne se développe.

L’une de ces méthodes est la thérapie cognitivo-comportementale (TCC). La TCC est un type de psychothérapie qui vise à identifier les pensées négatives ou fausses et à les remplacer par des pensées saines et plus positives. Cela permet aux personnes de réagir plus efficacement aux situations difficiles (8 ; 9 ; 10). Nous savons déjà que la TCC peut aider à traiter la dépression et que la thérapie cognitive basée sur la pleine conscience peut aider à éviter les rechutes. Mais, la TCC ou d’autres approches peuvent-elles en fait aider à prévenir la dépression ?

Ce que la recherche nous apprend

Une revue systématique a permis de déterminer si des approches psychologiques ou éducatives (telles que la TCC, le développement personnel, le counseling, l’éducation ou le soutien) peuvent aider à prévenir la dépression. On a évalué l’impact de ces stratégies sur la prévention de la dépression chez des personnes n’ayant pas reçu un véritable diagnostic de dépression, bien que certaines puissent avoir éprouvé des symptômes y ressemblant, tandis que d’autres présentaient un risque élevé de dépression.

La revue en question révèle que la TCC — l’approche la plus couramment utilisée — et d’autres approches psychologiques et éducatives, proposées par divers prestataires, ont un effet modeste sur la prévention de la dépression. De plus, les avantages de ces thérapies augmentent lorsque les participants qui les reçoivent ne présentent pas déjà de symptômes de dépression. Bien que les preuves actuelles soient prometteuses, des recherches supplémentaires sont nécessaires pour déterminer quels types de programmes de prévention de la dépression sont les plus efficaces et comment ces effets perdurent à long terme (8).

Comme l’affirme le proverbe, la prévention est le meilleur remède. Heureusement, les approches psychologiques et éducatives, y compris la thérapie cognitive, semblent aider à repousser la dépression avant qu’elle ne se manifeste. Les programmes de prévention développés autour de ces approches peuvent simplement aider les gens à éviter ce chemin difficile.


Intéressés par les recherches sur le vieillissement? Inscrivez-vous aux alertes par courriel.
S'Inscrire
À Propos des Auteurs

Références

  1. Pearson C, Janz T, Ali J. Troubles mentaux et troubles liés à l’utilisation de substance􀁖 au Canada. [Internet] 2013. [consulté en décembre 2018] Disponible en ligne : http://publications.gc.ca/collections/collection_2013/statcan/82-624-x/82-624-x2013001-2-fra.pdf  
  2. Heinzel S, Lawrence JB, Kallies G, et coll. Using exercise to fight depression in older adults: A systematic review and meta-analysis. Gero Psych. 2015; 28(4):149-162.
  3. Blazer DG. Depression in late life: Review and commentary. J Gerontol A Biol Sci Med Sci. 2003; 58:249–265.
  4. Mulsant BH, Ganguli M. Epidemiology and diagnosis of depression in late life. J Clin Psychiatry. 1999; 60 (Suppl 20):9-15.
  5. Steffens DC, Skoog I, Norton MC, et coll. Prevalence of depression and its treatment in an elderly population: The Cache County study. Arch Gen Psychiatry. 2000; 57(6):601-607.
  6. Mayo Clinic. Depression (major depressive disorder). [Internet] 2018. [consulté en décembre 2018]. Disponible en ligne en anglais : https://www.mayoclinic.org/diseases-conditions/depression/symptoms-causes/syc-20356007
  7. Birrer RB, Vemuri SP. Depression in later life: A diagnostic and therapeutic challenge. Am Fam Physician. 2004; 69:2375–2382. 
  8. Bellón JÁ, Moreno-Peral P, Motrico E, et coll. Effectiveness of psychological and/or educational interventions to prevent the onset of episodes of depression: A systematic review of systematic reviews and meta-analysis. Prev Med. 2015; 76 Suppl: S22-32. doi: 10.1016/j.ypmed.2014.11.003.
  9. Liu TW, Ng GYF, Chung RCK, et coll. Cognitive behavioural therapy for fear of falling and balance among older people: A systematic review and meta-analysis. Age Ageing. 2018. doi: 10.1093/ageaging/afy010. 
  10. Mayo Clinic. Cognitive behavioral therapy. [Internet] 2017. [consulté en décembre 2018]. https://www.mayoclinic.org/tests-procedures/cognitive-behavioral-therapy/about/pac-20384610

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ: Les billets du blogue sont présentés à titre informatif seulement. Ils ne remplacent pas les conseils de vos propres professionnels de la santé.

Intéressés par les recherches sur le vieillissement? Inscrivez-vous aux alertes par courriel.
La traduction française du contenu destiné au grand public sur ce site Web est soutenue en partie par le Réseau québécois de recherche sur le vieillissement.
© 2012 - 2019 McMaster University | 1280 Main Street West | Hamilton, Ontario L8S4L8 | +1 905-525-9140 | Conditions d'utilisation