+AA
En

De la violence envers les personnes âgées chez le voisin ! Volet 3 : Que croient les Canadiens au sujet de la maltraitance par rapport aux données concernant l’ampleur du problème ?

Les messages clés

  • Lors d’un sondage d’opinion publique, la plupart des Canadiens étaient au courant de la maltraitance des personnes âgées et croyaient que c’est fréquent. Toutefois, ils ne croyaient pas que cela constitue le plus important problème concernant les personnes âgées.
  • Les estimations pour la prévalence auto-déclarée de toute forme de maltraitance envers les personnes âgées vivant dans la collectivité au Canada sont d’environ 4 % l’an dernier. Il s’agit très probablement d’une sous-estimation du problème.
  • Il est difficile de comparer les taux de maltraitance entre les pays et les études en raison de la façon dont les mauvais traitements sont définis et mesurés. Les recherches futures visent à obtenir des estimations plus précises de ce problème au Canada.

Dans le volet 3 de cette série en quatre volets, nous examinons le point de vue des Canadiens sur la maltraitance des personnes âgées par rapport aux données concernant l'ampleur de ce problème. Il est important de comprendre la perception du public en matière de mauvais traitements si l'on veut élaborer des stratégies efficaces pour prévenir la maltraitance.

Dans le volet 1 et le  volet 2, nous avons défini la maltraitance envers les personnes âgées et détaillé les facteurs de risque et les types spécifiques de mauvais traitements. Dans le volet 4, nous examinons les avantages et les inconvénients des interventions pour aider les personnes âgées qui subissent de mauvais traitements.

Que croient les Canadiens au sujet de la maltraitance des personnes âgées ?

Nous ne disposons pas encore de bonnes informations documentant l'ampleur du problème de la maltraitance des personnes âgées au Canada. Nous avons discuté de certaines des raisons pour expliquer cela dans le volet 1 de cette série de billets de blogue. Cela comprend la peur et la honte associées à la dénonciation des mauvais traitements infligés aux personnes âgées et le manque d'uniformité de la définition de maltraitance. Cependant, nous disposons de certaines informations raisonnables sur l’opinion des Canadiens en matière de maltraitance des personnes âgées. Le gouvernement du Canada a parrainé deux enquêtes demandant aux citoyens leur opinion sur la maltraitance des personnes âgées. L'évaluation de l’opinion publique au sujet de la maltraitance des personnes âgées est importante afin de mettre en place des campagnes de sensibilisation dans le cadre d’une stratégie de prévention.

Voici quelques faits saillants d’une étude récente de l’enquête 2008-2009 :

  • 93 % avaient entendu parler de maltraitance envers les personnes âgées et seulement 7 % ont indiqué qu’ils n'en avaient pas entendu parler (1)
  • 1 % a évalué la maltraitance comme le problème le plus important concernant les personnes âgées de 65 ans et plus (2). En revanche, 43 % pensent que les problèmes de santé sont le problème le plus important concernant les personnes âgées, suivi du manque de revenu et de soutien financier (19 %) (2)
  • 47 % pensent que plus de la moitié de toutes les personnes âgées de 65 ans ou plus subissent une forme quelconque de mauvais traitements (1 ; 2)
  • 63 % estiment que la majeure partie des mauvais traitements sont infligés par des membres de la famille (surtout les enfants adultes et à un moindre degré les petits-enfants) (2)

Ces données de sondage suggèrent que les Canadiens sont certainement au courant de l'existence de la maltraitance et qu’ils croient qu'elle est fréquente, mais ils ne la voient pas comme un problème majeur pour les personnes âgées.

Sur la base des mêmes données de sondage, 43 % des Canadiens croient que la négligence est le type le plus fréquent de maltraitance, suivi par les violences psychologiques (25 %). Seulement 8 % des Canadiens croient que la violence physique est la forme la plus courante de maltraitance que les aînés subissent (2). C’est surprenant, puisque les répondants au sondage mentionnent immédiatement la violence physique quand on les interroge sur la maltraitance des personnes âgées en général. L’autre point remarquable est que la plupart des répondants ne considèrent pas les abus sexuels comme un problème chez les personnes âgées. Ce n'est pas clair pourquoi les Canadiens formulent ces opinions sur la maltraitance des personnes âgées, puisque les preuves scientifiques sont limitées quant à l’ampleur du problème en général et aux différents types de mauvais traitements en particulier.

Quelles sont les données sur l'ampleur du problème de la maltraitance des personnes âgées ?

Tenter d’évaluer la fréquence du problème de la maltraitance des personnes âgées au Canada est un peu compliqué. Les données sont limitées car elles se basent sur la déclaration volontaire par les personnes maltraités et que les personnes âgées vivant en établissement ne sont pas incluses. Deux enquêtes ont été menées au Canada sur la maltraitance des personnes âgées de 65 ans ou plus ; on leur a demandé si elles subissaient des mauvais traitements.

Un sondage téléphonique réalisé en 1989 a montré que

  • 4 % des aînés vivant dans la collectivité (c'est-à-dire ne vivant pas en institutions) ont déclaré avoir subi une forme quelconque de mauvais traitements durant l’année écoulée (depuis qu'ils ont eu 65 ans) (3 ; 4)

Une deuxième enquête téléphonique menée en 1999 a révélé que

  • 7 % des aînés vivant dans la collectivité ont indiqué des mauvais traitements psychologiques et  1 % (4, 5) des mauvais traitements financiers au cours des cinq dernières années

Il est difficile de dire si les taux ont vraiment changé au cours de la décennie écoulée entre les deux enquêtes. La comparaison est encore plus hasardeuse car on a mesuré la maltraitance envers les personnes âgées de façon différente dans les deux enquêtes.

Un nouveau projet de recherche évaluant les taux de maltraitance des personnes âgées dans la population générale au Canada est actuellement en cours et sera terminée en 2015 (2 ; 6).  Cette nouvelle étude sera très utile pour estimer l'ampleur du problème de la maltraitance à l'égard des personnes âgées au Canada ; nous disposerons aussi de meilleurs renseignements sur la fréquence des différents types de mauvais traitements.

Comment nous comparons-nous aux autres pays ?

Il est difficile de comparer les taux au Canada avec ceux d’autres pays qui ont tenté de mesurer la maltraitance à l'égard des personnes âgées. Une revue systématique a comparé des études internationales rendant compte de la fréquence de toute forme de violence (physique, psychologique ou émotionnelle, etc.) (4). La plupart de ces études ont été effectuées en Amérique du Nord ou en Europe. Les estimations varient considérablement entre les pays ; en Espagne, par exemple, les taux de mauvais traitements signalés varient entre 2,6 % et 29,3 %. Bien que plusieurs raisons puissent expliquer pourquoi les études rapportent des taux différents de mauvais traitements infligés aux personnes âgées, l’une des principales raisons est liée à la définition de ce problème de santé. Nous avons noté que le contexte culturel est un facteur important dans la définition de la maltraitance. Il n'est donc pas surprenant de constater des différences des taux de maltraitance à l'égard des personnes âgées entre les pays. Ce dont nous pouvons être sûrs, c’est que la maltraitance à l'égard des personnes âgées semble se trouver dans presque tous les pays où on l'a évaluée.

Quelle est l'essentiel sur les mauvais traitements infligés aux personnes âgées ?

Bien que la plupart des Canadiens (97 %) croient que les mauvais traitements infligés aux personnes âgées passent inaperçus, la bonne nouvelle est que la majorité d’entre eux (78 %) sont conscients que de l'aide est disponible pour ce problème (1). En fait, la plupart des Canadiens (77 %) estiment que beaucoup de types de mauvais traitements infligés aux personnes âgées sont des crimes (1).

Dans cette série en quatre volets de billets de blogue, nous discutons plusieurs aspects des mauvais traitements infligés aux personnes âgées :

  • Dans le volet 1, nous examinons la définition générale des mauvais traitements infligés aux personnes âgées
  • Dans le volet 2, nous examinons les facteurs de risque importants liés à la maltraitance à l'égard des personnes âgées et les différents types de mauvais traitements
  • Dans le volet 3 nous comparons ce que les Canadiens croient sur les mauvais traitements et les éléments de preuve sur l'ampleur de ce problème de santé au Canada et dans le monde
  • Dans le volet 4, nous discuterons les avantages et les inconvénients possibles des interventions en matière de maltraitance à l'égard des personnes âgées.

Intéressés par les recherches sur le vieillissement? Inscrivez-vous aux alertes par courriel.
S'Inscrire
À Propos des Auteurs

Références

  1. ENVIRONICS Research Group. Awareness and Perceptions of Canadians Toward Elder Abuse.  2008.
  2. EKOS Research Associates Inc. Follow-Up and Final Awareness and Perceptions of Elder Abuse Survey 2010.  EKOS of Canada; 2011. Report No.: 1.
  3. Podnieks E, Pillemer K, Nicholson J, et coll. National survey on abuse of the elderly in Canada: Preliminary findings.  1989. Toronto, ON, Ryerson Polytechnical Institute.
  4. MacDonald L. Synopsis Report: Defining and Measuring Elder Abuse and Neglect - Preparatory Work Required to Measure the Prevalence of Abuse and Neglect of Older Adults in Canada. HRSDC: NICE; 2012.
  5. Pottie-Bunge. Family Violence in Canada: A Statistical Profile.  2000.
  6. Initiative nationale pour le soin des personnes âgées (NICE). National Survey on the Mistreatment of the Elderly. http://www.nicenet.ca/de.aspx?id=265 (consulté en mai 2014)

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ: Les billets du blogue sont présentés à titre informatif seulement. Ils ne remplacent pas les conseils de vos propres professionnels de la santé.

Intéressés par les recherches sur le vieillissement? Inscrivez-vous aux alertes par courriel.
La traduction française du contenu destiné au grand public sur ce site Web est soutenue en partie par le Réseau québécois de recherche sur le vieillissement.
© 2012 - 2019 McMaster University | 1280 Main Street West | Hamilton, Ontario L8S4L8 | +1 905-525-9140 | Conditions d'utilisation