+AA
En

L'isolement social : qu’est-ce que c'est et pourquoi est-ce important pour votre santé ?

Les messages clés

On doit considérer l'isolement social comme un risque pour la santé. Nous avons besoin de plus de données scientifiques sur la façon de faire face à l’isolement social.

Pourquoi l’isolement social est-il un problème de santé ?

L' être humain est un animal social. Nous vivons avec les autres, et nous nous soutenons mutuellement ; c’est ce qui nous a donné un avantage évolutif. Que se passe-t-il lorsqu’on n’a personne autour de soi -- quand on est socialement isolé ? Les personnes âgées sont particulièrement à risque d’être socialement isolées. La majorité des octogénaires vivent seuls, surtout en raison du veuvage. C’est particulièrement le cas pour les femmes âgées qui sont plus susceptibles d’avoir perdu leur conjoint. Les réseaux sociaux des personnes âgées rétrécissent, pour d’autres raisons que le veuvage – les enfants et les petits-enfants se sont éloignés, et les frères et sœurs et les amis âgés sont peut-être morts. 

Que nous apprend la recherche sur ceux qui sont socialement isolés ?

Pendant de nombreuses décennies, les chercheurs se sont intéressés à l’isolement social et à ses impacts sur la santé. Ils ont examiné la question à savoir si ceux qui ont de nombreuses relations sociales ou du soutien vivent plus longtemps que ceux qui en ont moins. Dans ces études, on interroge les gens sur leurs relations sociales à un moment donné dans le temps ; quelques années plus tard, les chercheurs font le suivi et déterminent qui est toujours vivant et qui est décédé dans l’intervalle. Dans une étude, des chercheurs (1) ont examiné 148 études qui portaient sur la mortalité et les relations sociales. Dans toutes ces études, les personnes ayant des relations sociales nombreuses ou riches ont vécu plus longtemps.

Une autre recherche a examiné le genre d'activités sociales auxquelles s'adonnaient les gens et les effets qu'elles avaient sur leur santé. Par exemple, dans une grande étude (2) bien menée, on interrogeait les gens sur les activités sociales auxquelles ils s'adonnaient, comme de rendre visite à des parents ou des amis ou de participer à des groupes tels que les centres de personnes âgées. On leur a aussi demandé si elles avaient des incapacités. Environ 5 ans plus tard, les gens étaient interrogés à nouveau notamment sur leurs incapacités. Sur cette base, les chercheurs ont pu déterminer qui avait eu des incapacités depuis la première entrevue. Les chercheurs ont constaté que les personnes plus socialement engagés étaient moins susceptibles de souffrir d’une incapacité (43 % moins de risques) et ce, même en tenant compte d'autres facteurs importants, tels que l’activité physique.

Il faut cependant interpréter ces résultats avec prudence, parce qu’il est possible que d'autres facteurs soient en jeu. Les personnes qui sont socialement isolés peuvent être différentes de celles qui ne le sont pas de nombreuses autres manières en plus de l’isolement social ; par exemple, génétiquement, dans leur comportement, ou de quelque autre façon. Les chercheurs essaient de tenir compte de plusieurs de ces autres facteurs possibles dans leurs études, mais ils ne peuvent pas tenir compte de tous les facteurs. Cela signifie que nous ne pouvons pas affirmer que l’isolement social est une cause de problèmes de santé ; tout ce que nous pouvons dire c'est que c'est un facteur de risque qui augmente la probabilité de problèmes de santé.

Les données de la recherche sont moins claires sur ce que nous pouvons faire pour réduire l’isolement social. La réponse évidente semblerait être de mettre les gens en relation les uns avec les autres et de nombreux programmes essaient justement de faire cela. Par exemple, il y a plusieurs centres ou des clubs de personnes âgées qui permettent aux gens de se réunir. On manque cependant de preuves suffisantes qui montrent que ces programmes réduisent en fait l’isolement social et, en fin de compte, produisent des avantages pour la santé. Aussi, nous ne savons pas s’ils atteignent les personnes les plus à risque d’être socialement isolés. Si les gens ne se présentent pas de leur propre chef, c’est difficile d’identifier ceux qui sont socialement isolées et de les aider à devenir plus socialement engagé.

Que peut-on faire pour aider ceux qui sont socialement isolés ?

Beaucoup de personnes âgées sont socialement isolées. Cela devrait être un sujet de préoccupation pour chacun d'entre nous, en tant que membres de la famille, soignants, prestataires de services ou voisins. Il faut se soucier des personnes âgées qui vivent seules, qui sortent rarement de la maison et qui reçoivent rarement des visiteurs. Passer un appel téléphonique à un membre de la famille ou lui rendre visite ou se soucier d’un voisin ne prend pas beaucoup de temps, mais peut faire une grande différence dans la vie de quelqu'un. Les communications par Internet facilitent également le fait de rester en contact malgré les distances géographiques. Et de nombreuses organisations offrent des possibilités d’engagement social, telles que les centres de personnes âgées. Les prestataires de services devraient être au courant de ces possibilités et y référer leurs clients qui sont socialement isolés.


Intéressés par les recherches sur le vieillissement? Inscrivez-vous aux alertes par courriel.
S'Inscrire
À Propos des Auteurs

Références

  1. Holt-Lunstad J, Smith TB, Layton JB. Social relationships and mortality risk: a meta-analytic review. PLoS Med Juillet 2010;7(7):e1000316.
  2. James BD, Boyle PA, Buchman AS, Bennett DA. Relation of late-life social activity with incident disability among community-dwelling older adults. J Gerontol A Biol Sci Med Sci Avril 2011;66(4):467-73.

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ: Les billets du blogue sont présentés à titre informatif seulement. Ils ne remplacent pas les conseils de vos propres professionnels de la santé.

Intéressés par les recherches sur le vieillissement? Inscrivez-vous aux alertes par courriel.
La traduction française du contenu destiné au grand public sur ce site Web est soutenue en partie par le Réseau québécois de recherche sur le vieillissement.
© 2012 - 2019 McMaster University | 1280 Main Street West | Hamilton, Ontario L8S4L8 | +1 905-525-9140 | Conditions d'utilisation