+AA
En
Retour
Résumé des données probantes

Qu'est-ce qu'un Résumé des données probantes?

Les messages clés des recherches scientifiques sur lesquels on peut agir

J'ai compris, masquez ceci
  • Cote:

Les personnes âgées atteintes de démence et leurs aidants naturels devraient participer aux décisions en matière de soins afin d’améliorer l’adoption de stratégies de prévention des chutes efficaces

Meyer C, Hill S, Dow B, et al.  Translating falls prevention knowledge to community-dwelling older PLWD: A mixed-method systematic review Gerontologist. 2013;(Epub ahead of print).

Questions à l’étude

Quelles approches sont les plus efficaces pour transmettre aux personnes âgées atteintes de démence et à leurs aidants naturels des connaissances au sujet des stratégies de prévention des chutes ?

 

Comment voient-ils et expérimentent-ils ces approches ?

Contexte

La réduction du taux de chutes et de leur impact chez personnes âgées vivant dans la collectivité est devenue un important sujet et l’objet de nombreuses études.

 

Les stratégies comme les exercices de musculation pour réduire les chutes se sont avérées efficaces bien que difficiles à mettre en place avec les personnes âgées atteintes de démence, compte tenu de la diminution du fonctionnement mental lié à la maladie.

 

Il est important de comprendre comment communiquer efficacement au sujet de ces approches afin d’assurer que les personnes âgées atteintes de démence et leurs aidants naturels les connaissent et sachent les utiliser.

Comment la revue a été menée

On a cherché dans plusieurs banques de données électroniques les études publiées entre janvier 1990 et juillet 2012 et on a mené aussi des recherches dans des listes de références. Les études étaient sélectionnées si elles se penchaient sur le transfert de connaissances au sujet des stratégies de prévention des chutes aux personnes âgées atteintes de démence vivant dans la communauté et à leurs aidants naturels.

 

Au total, les recherches électroniques ont relevé 14 312 études, et 22 études additionnelles ont été trouvées dans les listes de références. On a évalué l’admissibilité de toutes ces études et finalement 11 d’entre elles ont été incluses dans la revue critique.

 

L’auteur principal de la revue critique a reçu le soutien du Dementia Collaborative Research Centre et de la Alzheimer’s Australia Dementia Research Foundation.

Ce que les chercheurs ont trouvé

La participation des professionnels de la santé et des aidants naturels aux stratégies de prévention des chutes est essentielle à leur succès.

 

La transmission passive d’informations aux personnes âgées atteintes de démence et à leurs aidants naturels sur les stratégies de prévention des chutes ne suffit pas à s’assurer que les programmes sont adoptés.

 

Il vaut mieux tenir compte des préférences individuelles des personnes âgées atteintes de démence quand on les fait participer aux décisions concernant leurs soins, cela peut améliorer l’utilisation et l’efficacité des stratégies de prévention des chutes efficaces.

Conclusion

Les personnes âgées atteintes de démence vivant dans la collectivité et leurs aidants naturels doivent participer avec les professionnels de la santé aux processus décisionnels concernant les soins afin de promouvoir la communication au sujet de stratégies de prévention des chutes efficaces ainsi que leur utilisation.

 

Le présent résumé se base sur une revue critique qu’une évaluation par l’outil AMSTAR considère comme de qualité méthodologique moyenne.




Ressources Web connexes

  • Cancer du sein - risques et bénéfices, 50–69 ans

    Groupe d'etude canadien sur les soins de sante preventifs
    Votre risque de mourir d'un cancer du sein est légèrement réduit si vous avez un dépistage régulier. Cependant, un dépistage régulier augmente vos chances d'un résultat faussement positif, de subir une biopsie et d'avoir une partie ou tout le sein enlevé inutilement.
  • Cancer du sein - algorithme pour les patientes

    Groupe d'etude canadien sur les soins de sante preventifs
    Le Groupe d'étude canadien sur les soins de santé préventifs recommande aux femmes âgées entre 50 et 74 ans, qui ne sont pas à risque élevé, de se faire dépister pour le cancer du sein tous les 2 à 3 ans. Parlez à votre médecin des options de dépistage si vous êtes à risque élevé ou si vous êtes âgée de plus de 74 ans.
  • Cancer du sein - questions fréquemment posées par les patientes

    Groupe d'etude canadien sur les soins de sante preventifs
    Le Groupe d'étude canadien sur les soins de santé préventifs recommande aux femmes âgées de 50 à 74 ans, qui ne sont pas à risque élevé de cancer du sein, de se faire dépister pour le cancer du sein tous les deux à trois ans.
AVERTISSEMENT Ces résumés sont fournis à titre informatif seulement. Ils ne peuvent pas remplacer les conseils de votre propre professionnel de la santé. Les résumés peuvent être reproduits à des fins éducatives sans but lucratif. Toute autre utilisation doit être approuvée par le Portail du vieillissement optimal de McMaster (info@mcmasteroptimalaging.org).

Voulez-vous savoir ce que lisent les professionnels? Inscrivez-vous pour accéder gratuitement à tous les contenus professionnels.

S'inscrire
Intéressés par les recherches sur le vieillissement? Inscrivez-vous aux alertes par courriel.

Le soutien au Portail est largement assuré par l’Initiative Labarge sur le vieillissement optimal. AGE-WELL est un partenaire contributeur. Aidez-nous à continuer à fournir un accès direct et facile à des informations fondées sur des données probantes sur des enjeux de santé et sociaux pour vous aider à rester en bonne santé, actif et engagé en vieillissant. Faites un don dès aujourd'hui.

La traduction française du contenu destiné au grand public sur ce site Web est soutenue en partie par le Réseau québécois de recherche sur le vieillissement.
© 2012 - 2020 McMaster University | 1280 Main Street West | Hamilton, Ontario L8S4L8 | +1 905-525-9140 | Conditions d'utilisation