+AA
En
Retour
Résumé des données probantes

Qu'est-ce qu'un Résumé des données probantes?

Les messages clés des recherches scientifiques sur lesquels on peut agir

J'ai compris, masquez ceci
  • Cote:

Chez les personnes souffrant de douleur chronique non cancéreuse, les opioïdes réduisent légèrement la douleur

Busse JW, Wang L, Kamaleldin M, et al. Les opioïdes pour la douleur chronique non cancéreuse: une revue systématique et méta-analyse. JAMA. 2018;320:2448-60.

Question abordée par la revue systématique

Est-ce que les opioïdes soulagent la douleur chez les personnes souffrant de douleur chronique non cancéreuse?

Contexte

La douleur chronique (à long terme) qui n'est pas liée au cancer est courante. Elle comprend la douleur neuropathique (douleur causée par des dommages au système nerveux), la fibromyalgie, la douleur liée à l'arthrite et d'autres types de douleurs non cancéreuses.

Les opioïdes sont une classe de médicaments antalgiques. Ils peuvent être dangereux car ils créent une dépendance et, en ralentissant la respiration et le rythme cardiaque, ils peuvent également entraîner la mort. Cette revue systématique a examiné si une classe spécifique de médicaments, les opioïdes, pouvait soulager la douleur chronique non cancéreuse.

Comment la revue a été réalisée

Les chercheurs ont procédé à une revue systématique des études disponibles jusqu'en avril 2018. Ils ont identifié 80 essais contrôlés randomisés (ECR) évaluant les opioïdes. Les ECR ont inclus plus de 20 000 personnes âgées en moyenne de 58 ans.

Les principales caractéristiques des ECR étaient les suivantes:

  • les patients souffraient d'arthrose, d'arthrite rhumatoïde, de douleurs post-traumatiques, de névralgies post-traumatiques, de neuropathies diabétiques douloureuses, de névralgies post-herpétiques, de fibromyalgie, de polyneuropathies douloureuses, de douleurs lombaires, de douleurs au membre fantôme, de douleurs chroniques au cou, ou de radiculopathie lombaire;
  • les opioïdes comprenaient la codéine, la dihydrocodéine, le fentanyl, l'hydrocodone, l'hydromorphone, la mépéridine, la morphine, l'oxycodone, l'oxymorphone, le tapentadol et le tramadol;
  • les opioïdes ont été comparés à un placebo; et
  • les personnes ont été suivies pendant 60 jours en moyenne.

Ce que les chercheurs ont trouvé

Les données probantes comparant les opioïdes au placebo étaient de grande qualité.

Par rapport au placebo, les opioïdes:

  • réduisent la gravité de la douleur d'environ 0,7 point sur un maximum de 10 points;
  • améliorent le fonctionnement physique d'environ 2 points sur un maximum de 100 points;
  • améliorent le fonctionnement social d’environ 1,6 point sur un maximum de 100 points;
  • améliorent la qualité du sommeil d'environ 3,4 points sur un maximum de 100 points;
  • n'ont pas amélioré le fonctionnement émotionnel; et
  • augmentent les vomissements, la constipation, la somnolence et d’autres effets indésirables.

Les améliorations étaient très légères et ne seraient pas perceptibles par la plupart des gens.

Conclusion

Chez les personnes souffrant de douleur chronique non cancéreuse, les opioïdes réduisent légèrement la douleur, mais cela ne serait pas perceptible pour la plupart des gens.

Opioïdes vs placebo chez les personnes souffrant de douleurs chroniques non cancéreuses

Résultats

Nombre d'études (et de personnes)

Effet des opioïdes

Gravité de la douleur (après 3 à 6 mois)

42 études (16 617 personnes)

Sur une échelle de 0 à 10, les personnes ont signalé une réduction de la douleur de 0,7 point (pouvant aller de 0,6 à 0,8 point). *

Fonctionnement physique (après 1 à 6 mois)

51 études (15 574 personnes)

Sur une échelle de 0 à 100, le fonctionnement physique des personnes présentait une amélioration de 2 points environ (pouvant aller de 1,4 à 2,7 points). *

Fonctionnement social (après 1 à 4 mois)

29 études (7 623 personnes)

Sur une échelle de 0 à 100, le fonctionnement social de la population était amélioré de 1,6 point environ (pourrait ne pas dépasser 0,5 point ou même 2,7 points). *

Qualité du sommeil (après 3 à 6 mois)

15 études (6 585 personnes)

Sur une échelle de 0 à 100, les personnes ont mieux dormi de 3,4 points (pourrait varier entre 1,6 ou 5,3 points). *

Fonctionnement émotionnel (après 1 à 4 mois)

23 études (8 962 personnes)

Rien n’indiquait que le fonctionnement émotionnel des personnes prenant des opioïdes était meilleur ou pire.

Vomissements

33 études (11 268 personnes)

Environ 7 personnes de plus sur 100 ont eu des vomissements (de 5 à 9 personnes).

* Bien que les groupes d’opioïdes et de placebo diffèrent, les différences ne sont pas suffisamment importantes pour que la plupart des patients les considèrent comme importantes.



Related Topics


Glossaire

Placebo
A harmless, inactive, and simulated treatment.

Ressources Web connexes

  • Plusieurs traitements non invasifs fonctionnent pour les douleurs au cou

    Institute for Work & Health
    Les vidéos éducatives, l'exercice et la mobilisation du cou étaient plus bénéfiques pour le traitement de la douleur au cou ou le traitement d'un coup de fouet cervical que la stimulation par ultrasons ou électrique. La thérapie au laser, l'exercice, les massage ou l'acupuncture peuvent aider à soulager la douleur chronique. Les colliers cervicaux durs ou souples ne fonctionnaient pas. Cette ressource est disponible en anglais.
  • Maux de tête: devrais-je prendre des médicaments pour prévenir les migraines?

    OHRI
    Cet outil d'aide à la décision vise à aider les personnes qui envisagent de prendre des médicaments tous les jours pour prévenir les migraines afin de décider d'utiliser ou non un traitement préventif. L'outil compare les avantages, les risques et les effets secondaires des deux options. Cette ressource est disponible en anglais.
  • Gérer la douleur liée à une fracture de la hanche: un guide pour les adultes et leurs aidants

    OHRI
    Cet outil d'aide à la décision vise à aider les personnes âgées (plus de 50 ans) qui sont hospitalisées à cause d'une fracture de la hanche afin de décider des méthodes de prise en charge de la douleur. L'outil décrit des options telles que l'utilisation de l'acétaminophène, des opioïdes, des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) et d'autres traitements. L'outil compare les avantages et les effets secondaires associés à chaque option. L'outil est disponible en anglais.
AVERTISSEMENT Ces résumés sont fournis à titre informatif seulement. Ils ne peuvent pas remplacer les conseils de votre propre professionnel de la santé. Les résumés peuvent être reproduits à des fins éducatives sans but lucratif. Toute autre utilisation doit être approuvée par le Portail du vieillissement optimal de McMaster (info@mcmasteroptimalaging.org).

Voulez-vous savoir ce que lisent les professionnels? Inscrivez-vous pour accéder gratuitement à tous les contenus professionnels.

S'inscrire
Intéressés par les recherches sur le vieillissement? Inscrivez-vous aux alertes par courriel.
La traduction française du contenu destiné au grand public sur ce site Web est soutenue en partie par le Réseau québécois de recherche sur le vieillissement.
© 2012 - 2019 McMaster University | 1280 Main Street West | Hamilton, Ontario L8S4L8 | +1 905-525-9140 | Conditions d'utilisation