+AA
En
Retour
Résumé des données probantes

Qu'est-ce qu'un Résumé des données probantes?

Les messages clés des recherches scientifiques sur lesquels on peut agir

J'ai compris, masquez ceci
  • Cote:

Chez les adultes présentant une pré-hypertension ou une hypertension établie, l'approche diététique pour arrêter l'hypertension (approche DASH) peut être la stratégie non médicamenteuse la plus efficace pour réduire la tension artérielle

Fu J, Liu Y, Zhang L, et al. Interventions non pharmacologiques pour réduire la tension artérielle chez les adultes atteints de préhypertension à une hypertension établie J Am Heart Assoc. 2020; 9:e016804.

Question abordée par la revue systématique

Quel est l'effet des différentes stratégies non médicamenteuses sur la tension artérielle chez les adultes présentant une pré-hypertension ou une hypertension établie par rapport aux soins habituels ? Comment ces stratégies se comparent-elles les unes aux autres ? Quelle est la stratégie la plus efficace ?

Contexte

L'hypertension, également connue sous le nom d'hypertension artérielle, est l'un des principaux facteurs de risque de développer une maladie cardiaque. D'ici 2025, environ 1,5 milliard de personnes vivront avec l'hypertension en raison de facteurs tels que l'âge et de mauvaises habitudes de vie. Les médicaments, qui abaissent la tension artérielle, sont des options de traitement primaires efficaces, mais ils sont associés à des effets secondaires et à un risque de résistance au traitement, ainsi qu'à des obstacles tels que les coûts. Des options non médicamenteuses pour la prévention et la gestion de l'hypertension ont été étudiées dans le passé et sont recommandées dans diverses lignes directrices sur l'hypertension. Cependant, des recherches plus complètes qui comparent mieux les différentes stratégies non médicamenteuses et fournissent des données probantes concrètes pour soutenir leur utilisation sont nécessaires.

Comment la revue a été réalisée

Il s'agit d'une méta-analyse en réseau de 126 essais contrôlés randomisés. Les études ont été publiées entre 1973 et 2016 et comprenaient un total de 14 923 participants. Les principales caractéristiques des études étaient les suivantes :

  • Les participants étaient des adultes (âge moyen de 51,2 ans) présentant une pré-hypertension (c'est-à-dire un risque de développer une hypertension) ou une hypertension établie.
  • Les participants se sont engagés dans l'une des sept stratégies qui consistaient en un total de 22 interventions non médicamenteuses. Celles-ci comprenaient : des approches diététiques (c'est-à-dire une approche diététique pour arrêter l'hypertension [DASH], une faible teneur en sodium et une forte teneur en potassium, ou une restriction en sel); l’exercice physique (c'est-à-dire l’exercice aérobique, l'entraînement isométrique, l'entraînement en résistance, le tai-chi ou le qigong); des interventions de réduction du stress (c'est-à-dire contrôle de la respiration, méditation, réduction du stress basée sur la pleine conscience, relaxation musculaire progressive ou yoga); des interventions de perte de poids (c'est-à-dire régime hypocalorique, exercice ou les deux); la restriction de la consommation d'alcool; des interventions combinées (c'est-à-dire l’exercice aérobique plus DASH, l’exercice aérobique et l’entraînement contre résistance, la restriction en sel plus DASH, la restriction en sel plus le régime hypocalorique plus l’exercice ); ou une modification complète des habitudes de vie.
  • Les chercheurs ont mesuré les changements dans la tension artérielle systolique et diastolique.
  • Les résultats ont été comparés à ceux des groupes témoins participant aux soins habituels—en gardant leurs habitudes de vie sans apporter de changements—ou à d'autres interventions non médicamenteuses.
  • Les études ont duré entre 4 et 144 semaines.

Ce que les chercheurs ont trouvé

Chez les personnes présentant une pré-hypertension ou une hypertension établie, des données probantes de qualité faible à élevée montrent que l’approche DASH, à faible teneur en sodium et à haute teneur en potassium, la restriction en sel, le régime hypocalorique, le régime hypocalorique plus l’exercice, le contrôle de la respiration, l’exercice aérobique, l'entraînement isométrique, le yoga et une modification complète des habitudes de vie peuvent réduire la tension artérielle systolique et diastolique, par rapport aux soins habituels. En particulier, des données probantes de haute qualité montrent que l’approche DASH peut être l'approche la plus efficace par rapport aux autres stratégies non médicamenteuses testées. Bien qu'un certain nombre de stratégies non médicamenteuses puissent réduire la tension artérielle, leurs effets peuvent varier selon les populations et les résultats ciblés (c’est-à-dire la tension systolique ou diastolique). Cela signifie que certaines stratégies peuvent être efficaces pour les personnes souffrant de pré-hypertension et non pour celles qui ont une hypertension établie et vice versa, ce qui est important de noter au moment de décider d'un plan de traitement.

Conclusion

Diverses stratégies non médicamenteuses qui relèvent des catégories d'approche diététique, d'exercice physique, de restriction en sel, d'intervention de perte de poids, d'intervention de réduction du stress et d'interventions sur les habitudes de vie peuvent être bénéfiques pour abaisser la tension artérielle chez les personnes à risque d'hypertension ou ayant une hypertension établie. L’approche DASH semble être particulièrement efficace chez les personnes présentant une pré-hypertension ou une hypertension établie.




Ressources Web connexes

  • Cancer du sein - risques et bénéfices, 50–69 ans

    Groupe d'etude canadien sur les soins de sante preventifs
    Votre risque de mourir d'un cancer du sein est légèrement réduit si vous avez un dépistage régulier. Cependant, un dépistage régulier augmente vos chances d'un résultat faussement positif, de subir une biopsie et d'avoir une partie ou tout le sein enlevé inutilement.
  • Cancer du sein - algorithme pour les patientes

    Groupe d'etude canadien sur les soins de sante preventifs
    Le Groupe d'étude canadien sur les soins de santé préventifs recommande aux femmes âgées entre 50 et 74 ans, qui ne sont pas à risque élevé, de se faire dépister pour le cancer du sein tous les 2 à 3 ans. Parlez à votre médecin des options de dépistage si vous êtes à risque élevé ou si vous êtes âgée de plus de 74 ans.
  • Cancer du sein - questions fréquemment posées par les patientes

    Groupe d'etude canadien sur les soins de sante preventifs
    Le Groupe d'étude canadien sur les soins de santé préventifs recommande aux femmes âgées de 50 à 74 ans, qui ne sont pas à risque élevé de cancer du sein, de se faire dépister pour le cancer du sein tous les deux à trois ans.
AVERTISSEMENT Ces résumés sont fournis à titre informatif seulement. Ils ne peuvent pas remplacer les conseils de votre propre professionnel de la santé. Les résumés peuvent être reproduits à des fins éducatives sans but lucratif. Toute autre utilisation doit être approuvée par le Portail du vieillissement optimal de McMaster (info@mcmasteroptimalaging.org).

Voulez-vous savoir ce que lisent les professionnels? Inscrivez-vous pour accéder gratuitement à tous les contenus professionnels.

S'inscrire
Intéressés par les recherches sur le vieillissement? Inscrivez-vous aux alertes par courriel.

Le soutien au Portail est largement assuré par l’Initiative Labarge sur le vieillissement optimal. AGE-WELL est un partenaire contributeur. Aidez-nous à continuer à fournir un accès direct et facile à des informations fondées sur des données probantes sur des enjeux de santé et sociaux pour vous aider à rester en bonne santé, actif et engagé en vieillissant. Faites un don dès aujourd'hui.

La traduction française du contenu destiné au grand public sur ce site Web est soutenue en partie par le Réseau québécois de recherche sur le vieillissement.
© 2012 - 2020 McMaster University | 1280 Main Street West | Hamilton, Ontario L8S4L8 | +1 905-525-9140 | Conditions d'utilisation