+AA
En

Dépistage du cancer du sein : Ce que vous devez savoir sur la mammographie

Les messages clés

  • On estime qu’au Canada, une femme sur huit développera un cancer du sein à un moment donné de sa vie.
  • La détection précoce du cancer du sein permet d’améliorer les résultats du traitement. La mammographie est une méthode de dépistage du cancer du sein qui produit une image radiographique des seins.
  • La mammographie réduit le risque de décès par cancer du sein chez les femmes âgées de 50 à 69 ans qui présentent un risque moyen de cancer du sein, mais les résultats pour les femmes de moins de 50 ans et de plus de 70 ans ne sont pas concluants.  
  • Le risque de surdiagnostic peut également augmenter avec l’utilisation de la mammographie chez les femmes de moins de 50 ans et celles âgées de 50 à 69 ans. 
  • Discutez avec votre prestataire de soins de santé de votre risque de cancer du sein, de l’opportunité et du moment de commencer à vous faire dépister par mammographie, et de la fréquence à laquelle vous devez vous faire dépister.

Au Canada, on estime qu’une femme sur huit développera un cancer du sein. Parmi celles qui luttent contre le cancer du sein, 1 sur 33 perdra la vie à cause de cette maladie (1). Comme pour les autres cancers, le dépistage précoce est important pour l’élaboration et l’exécution d’un plan de traitement et pour obtenir de meilleurs résultats pour la patiente et le traitement. L’un des moyens de dépister le cancer du sein consiste à prendre des radiographies des seins, une méthode connue sous le nom de mammographie (2 ; 3).


Diverses considérations, telles que les données sur les avantages et les inconvénients potentiels, entrent dans la formulation des lignes directrices et des recommandations en matière de dépistage. Par exemple, une étude systématique récente sur les effets d’inciter ou non les femmes au dépistage par mammographie a été entreprise afin de contribuer à la rédaction des lignes directrices européennes sur le cancer du sein. L’étude porte spécifiquement sur les femmes présentant un risque moyen de cancer du sein dans trois catégories d’âge : les femmes de moins de 50 ans, les femmes de 50 à 69 ans et les femmes de 70 à 74 ans. Le risque moyen est défini comme l’absence d’antécédents familiaux de cancer du sein ou de mutations héréditaires des gènes BRCA1 et BRCA2 (4).


Présentons les résultats concernant les différents groupes d’âge.


Ce que la recherche nous apprend

L’étude nous permet de souligner plusieurs éléments, notamment la mise en évidence de l’impact de la mammographie sur le risque de décès par cancer du sein, la probabilité d’un surdiagnostic et la détresse psychologique. Il convient de noter que ces résultats NE S’APPLIQUENT PAS aux femmes qui présentent un risque plus élevé de cancer du sein.


Chez les femmes âgées de 50 à 69 ans qui présentent un risque moyen de cancer du sein, le dépistage par mammographie peut réduire le risque de décès par cancer du sein. Une façon de comprendre cette réduction du risque est d’examiner combien de femmes en moins mourront dans cette tranche d’âge. Dans ce cas, sur 100 000 femmes invitées à se faire dépister, il y aura en moyenne entre 138 et 483 femmes de moins qui mourront du cancer du sein. Pour les femmes de moins de 50 ans ou de 70 à 74 ans, le dépistage ne semble pas réduire le risque de décès par cancer du sein. Cependant, comme la balance entre les avantages et les inconvénients du dépistage n’est pas aussi claire pour les moins de 50 ans et les 70 à 74 ans, les résultats sont jugés non concluants pour ces deux groupes.


Vient ensuite la question du surdiagnostic, qui désigne une situation dans laquelle les mammographies détectent des cancers qui ne nuiront pas à la femme au cours de sa vie (par exemple, des cancers qui ne produisent aucun symptôme, cessent de se développer ou disparaissent d’eux-mêmes). Comme nous ne pouvons pas déterminer quels cancers seront inoffensifs au moment du diagnostic, le surdiagnostic peut conduire les femmes à recevoir des traitements nocifs inutiles, tels qu’une intervention chirurgicale, la chimiothérapie et la radiothérapie. Tant chez les femmes de moins de 50 ans que chez celles âgées de 50 à 69 ans, la mammographie peut augmenter la probabilité de surdiagnostic. Pour mieux comprendre ce phénomène, nous pouvons comparer le nombre de décès évités grâce au dépistage au nombre de femmes qui se verront diagnostiquer un cancer qui ne leur sera pas nuisible par la suite. Dans le cas de ces deux groupes d’âge, pour chaque décès lié au cancer du sein que le dépistage permet d’éviter, environ quatre femmes de plus seront diagnostiquées à tort. Enfin, l’examen révèle également que les résultats faussement positifs des tests — c’est-à-dire ceux qui détectent la présence d’un cancer du sein alors qu’il n’existe pas — peuvent augmenter le risque de détresse, en particulier lorsqu’une biopsie est ensuite nécessaire. Il convient toutefois de noter que les conclusions relatives aux répercussions psychologiques se fondent sur des preuves d’un degré de certitude très faible à faible, ce qui signifie qu’il est probable que ces résultats puissent changer à mesure que d’autres recherches seront disponibles (4).


Il est intéressant de noter qu’en dépit de l’utilisation répandue de la mammographie, diverses organisations de santé mondiales et nationales préconisent des recommandations différentes quant à son utilisation, dont certaines ne correspondent pas aux conclusions de cette étude. Ces différences portent notamment sur l’âge auquel il faut commencer le dépistage et sur les groupes à dépister par rapport à ceux qui ne doivent pas l’être (4-7).


Compte tenu de la possibilité de messages contradictoires, il est essentiel que les femmes discutent avec leur prestataire de soins de santé de leur risque personnel de développer un cancer du sein, ainsi que de leurs valeurs, leurs préférences et leurs préoccupations. Ensemble, ils peuvent peser les avantages et les inconvénients de la mammographie et prendre en compte tous les facteurs pertinents pour décider si et quand le dépistage doit commencer, et à quelle fréquence.


Avez-vous besoin d’aide pour prendre une décision sur le moment où vous devriez commencer à passer des mammographies ? Cliquez ici pour obtenir une aide à la décision sur le sujet.

Ressources en vedette


Int�ress�s par les recherches sur le vieillissement? Inscrivez-vous aux alertes par courriel.
S'Inscrire
À Propos des Auteurs

Références

  1. Gouvernement du  Canada. Cancer du sein. [Internet] 2019. [consulté en août 2021]. Disponible en ligne :  https://www.canada.ca/fr/sante-publique/services/maladies-chroniques/cancer/cancer-sein.html
  2. Société canadienne du cancer. Dépistage du cancer du sein. [Internet] 2021. [consulté en août 2021]. Disponible en ligne : https://cancer.ca/fr/cancer-information/cancer-types/breast/screening
  3. Groupe d’étude canadien sur les soins de santé préventifs. Cancer du sein (mise à jour) (2018). [Internet] 2019. [consulté en août 2021]. Disponible en ligne : https://canadiantaskforce.ca/lignesdirectrives/lignes-directrices-publiees/cancer-du-sein-mise-a-jour/?lang=fr
  4. Canelo-Aybar C, Ferreira DS, Ballesteros M, et al. Avantages et inconvénients du dépistage par mammographie chez les femmes à risque moyen de cancer du sein: une revue systématique pour l'Initiative de la Commission européenne sur le cancer du sein. J Med Screen. 2021. doi: 10.1177/0969141321993866.
  5. WHO position paper on mammography screening. Genève: Organisation mondiale de la santé, 2014.
  6. Tonelli M, Gorber SC, Joffres M, et al. Recommendations on screening for breast cancer in average-risk women aged 40-74 years. Canad Med Assoc J. 2011; 183:1991-2001. doi: 10.1503/cmaj.110334. 
  7. Oeffinger KC, Fontham ET, Etzioni R, et al. Breast cancer screening for women at average risk: 2015 Guideline update from the American cancer society. JAMA. 2015; 314:1599-1614. doi: 10.1001/jama.2015.12783. 

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ: Ces résumés sont fournis à titre informatif seulement. Ils ne peuvent pas remplacer les conseils de votre propre professionnel de la santé. Les résumés peuvent être reproduits à des fins éducatives sans but lucratif. Toute autre utilisation doit être approuvée par le Portail du vieillissement optimal de McMaster (info@mcmasteroptimalaging.org).

Plusieurs de nos billets de blogue ont été rédigés avant la pandémie de COVID-19 et ne reflètent donc pas nécessairement les dernières recommandations de santé publique. Bien que le contenu de ces billets de blogue identifie des activités qui favorisent un vieillissement optimal, il est important de s'en tenir aux recommandations de santé publique les plus récentes, comme la distanciation sociale et le lavage fréquent des mains. Certaines des activités suggérées dans ces billets de blogue devront peut-être être modifiées ou évitées afin de se conformer aux recommandations actuelles en matière de distanciation sociale. Pour consulter les dernières mises à jour de l'Agence de la santé publique du Canada, veuillez visiter leur site Web.

Intéressés par les recherches sur le vieillissement? Inscrivez-vous aux alertes par courriel.

Le soutien au Portail est largement assuré par l’Initiative Labarge sur le vieillissement optimal. AGE-WELL est un partenaire contributeur. Aidez-nous à continuer à fournir un accès direct et facile à des informations fondées sur des données probantes sur des enjeux de santé et sociaux pour vous aider à rester en bonne santé, actif et engagé en vieillissant. Faites un don dès aujourd'hui.

La traduction française du contenu destiné au grand public sur ce site Web est soutenue en partie par le Réseau québécois de recherche sur le vieillissement.
© 2012 - 2020 McMaster University | 1280 Main Street West | Hamilton, Ontario L8S4L8 | +1 905-525-9140 | Conditions d'utilisation