+AA
En

Les troubles cognitifs et la démence : pratiquer l’entraînement cognitif pour faire face à la dépression qui les accompagne

Les messages clés

  • De nombreuses personnes atteintes de troubles cognitifs légers (TCL) ou de démence font également face à la dépression qui accompagne souvent de tels problèmes de santé. 
  • L’entraînement cognitif, que ce soit un entraînement cognitif informatisé, un entraînement cognitif avec réadaptation ou une stimulation cognitive, peut aider à réduire la gravité des symptômes de la dépression. 
  • Les stratégies individuelles qui comprennent l’entraînement cognitif peuvent produire des réductions de gravité allant de faible à modérée.
  • Si vous ou un de vos proches souffrez de TCL ou de démence et que recherchez une façon de prendre en charge la dépression, envisagez d’essayer l’entraînement cognitif ou suggérer leur de l’essayer

Parmi les défis auxquels les personnes vivant avec un trouble cognitif léger (TCL) sont confrontées, mentionnons d’une part le manque de concentration et la difficulté à apprendre de nouvelles choses ou à prendre des décisions importantes ce qui affecte la vie quotidienne et d’autre part le risque élevé de développer une démence (1 ; 2). Pour ceux et celles qui progressent vers la démence, le déclin cognitif se combine à une diminution du fonctionnement, entraînant une perte d’indépendance et une diminution de la capacité à accomplir les activités de base de la vie quotidienne (2 ; 3) — comme s’habiller, maintenir une bonne hygiène et se nourrir.


Il est clair que les conséquences de ces problèmes de santé sur la vie des personnes diagnostiquées peuvent être lourdes. Il n’est donc pas surprenant que de nombreuses personnes atteintes de TCL et de démence développent également une dépression (4). Quand on considère que des millions de personnes vivent avec un TCL et qu’environ 50 millions de personnes vivent avec la démence, il est clair que des stratégies qui aident les gens à faire face à leurs impacts négatifs existants ou imminents sur la santé mentale sont nécessaires (1 ; 5).


Une revue systématique récente a examiné l’effet de l’entraînement cognitif sur les symptômes de la dépression chez les personnes atteintes de TCL ou de démence. Ici, on utilisera l’entraînement cognitif comme un terme générique qui englobe plusieurs approches différentes. Premièrement, il y a l’entraînement cognitif informatisé, qui demande aux personnes d’exécuter une tâche en utilisant un ordinateur. Deuxièmement, il y a l’entraînement cognitif avec réadaptation, qui demande aux gens d’accomplir des tâches qui exigent des processus mentaux particuliers tels que la mémoire ou l’attention tout en étant sous supervision personnalisée. Troisièmement, on trouve la thérapie de stimulation cognitive, qui fait participer les gens à des programmes avec des activités thématiques, un exemple étant la thérapie de réminiscence (par exemple, l’utilisation de divers sens pour déclencher des souvenirs). Ces programmes sont animés par des professionnels (4).


Avec les diverses approches disponibles, approfondissons ce que chacune a à offrir du point de vue de la santé mentale.


Ce que la recherche nous apprend

La revue systématique trouve plusieurs résultats encourageants en comparant la dépression chez les personnes recevant un entraînement cognitif à celles recevant des soins habituels, participant à des activités sociales et récréatives ou exposées à d’autres stratégies psychosociales.


Dans l’ensemble, l’entraînement cognitif peut réduire la gravité de la dépression de manière modérée. Plus précisément, l’entraînement cognitif informatisé et la thérapie de stimulation cognitive donnent tous deux des résultats similaires — des réductions modérées de la gravité de la dépression, par opposition à l’entraînement cognitif avec réadaptation, qui peut réduire légèrement la gravité de la dépression (4).


Prendre des mesures pour améliorer le bien-être mental est une approche permettant d’améliorer la qualité de vie. Si vous ou un proche souffrez de TCL ou de démence, envisagez d’essayer un entraînement cognitif ou suggérez-leur d’essayer. Consulter un professionnel de la santé pour obtenir plus d’informations sur l’entraînement cognitif et sur la stratégie qui convient le mieux à votre situation spécifique est toujours un bon point de départ.  

Ressources en vedette


Int�ress�s par les recherches sur le vieillissement? Inscrivez-vous aux alertes par courriel.
S'Inscrire
À Propos des Auteurs

Références

  1. Song D, Yu D, Li P, et coll. L'efficacité de l'exercice physique sur les résultats cognitifs et psychologiques chez les personnes ayant une déficience cognitive légère: une revue systématique et méta-analyse. Int J Nurs Stud. 2018; 79:155-164. doi: 10.1016/j.ijnurstu.2018.01.002. 
  2. Hill N, Mowszowski L, Naismith S, et coll. La formation cognitive informatisée chez les personnes âgées ayant une déficience cognitive ou une démence légère: une revue systématique et méta-analyse. Am J Psychiatry. 2017; 74(4):329-340. doi: 10.1176/appi.ajp.2016.16030360. 
  3. Fink HA, Jutkowitz J, McCarten R, et coll. Les interventions pharmacologiques pour prévenir le déclin cognitif, la déficience cognitive légère et la démence clinique de type Alzheimer: une revue systématique. Ann Intern Med. 2018; 168(1):39-51. doi: 10.7326/M17-1529. 
  4. Chan JYC, Chan TK, Kwok TCY, et coll. Cognitive training interventions and depression in mild cognitive impairment and dementia: A systematic review and meta-analysis of randomized controlled trials. Age Ageing. 2020; 49:738-747. doi: 10.1093/ageing/afaa063. 
  5. Organisation mondiale de la santé. La démence. [Internet] 2020. [consulté en décembre 2020]. Disponible en ligne : https://www.who.int/fr/news-room/fact-sheets/detail/dementia

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ: Plusieurs de nos billets de blogue ont été rédigés avant la pandémie de COVID-19 et ne reflètent donc pas nécessairement les dernières recommandations de santé publique. Bien que le contenu de ces billets de blogue identifie des activités qui favorisent un vieillissement optimal, il est important de s'en tenir aux recommandations de santé publique les plus récentes, comme la distanciation sociale et le lavage fréquent des mains. Certaines des activités suggérées dans ces billets de blogue devront peut-être être modifiées ou évitées afin de se conformer aux recommandations actuelles en matière de distanciation sociale. Pour consulter les dernières mises à jour de l'Agence de la santé publique du Canada, veuillez visiter leur site Web.

Intéressés par les recherches sur le vieillissement? Inscrivez-vous aux alertes par courriel.

Le soutien au Portail est largement assuré par l’Initiative Labarge sur le vieillissement optimal. AGE-WELL est un partenaire contributeur. Aidez-nous à continuer à fournir un accès direct et facile à des informations fondées sur des données probantes sur des enjeux de santé et sociaux pour vous aider à rester en bonne santé, actif et engagé en vieillissant. Faites un don dès aujourd'hui.

La traduction française du contenu destiné au grand public sur ce site Web est soutenue en partie par le Réseau québécois de recherche sur le vieillissement.
© 2012 - 2020 McMaster University | 1280 Main Street West | Hamilton, Ontario L8S4L8 | +1 905-525-9140 | Conditions d'utilisation