+AA
En

Le cannabis offre-t-il un nouvel espoir aux personnes atteintes de la maladie de Crohn et de la colite ulcéreuse ?

Les messages clés

  • Environ 400 000 Canadiens vivront avec une maladie inflammatoire de l’intestin (MII) d’ici 2030.
  • La maladie de Crohn et la colite ulcéreuse sont les formes les plus courantes de MII (6). 
  • Des données de haute qualité pour soutenir l’utilisation du cannabis et de son huile chez les personnes atteintes de la forme active de la maladie de Crohn ou de la colite ulcéreuse font défaut, de sorte qu’on ne peut tirer aucune conclusion solide quant à leur innocuité et à leur efficacité pour le moment.    
  • Lorsque vous envisagez de consommer du cannabis ou son huile comme stratégie de traitement, déterminez dans votre processus de prise de décision où en sont les données actuelles et parlez à votre prestataire de soins de santé des avantages et des inconvénients.

Des douleurs à l’estomac, des crampes, de la diarrhée, de la fatigue, des saignements rectaux, de la fièvre, une perte de poids — ce ne sont là que quelques-uns des symptômes bien connus des personnes atteintes d’une maladie inflammatoire de l’intestin (MII) (1-4). Bien que les personnes atteintes d’une MII se sentent souvent gênées par leur état, il n’y a aucune honte à cela. Parler des MII peut conduire à trouver de meilleures façons d’y faire face.


Les maladies inflammatoires de l’intestin sont un terme générique qui décrit les affections inflammatoires chroniques qui affectent le tube digestif — ce qui inclut la bouche, l’œsophage, l’estomac et le petit et le gros intestins (1-5). La maladie de Crohn et la colite ulcéreuse sont les formes les plus courantes de MII (6). En Amérique du Nord, plus de 1,6 million de personnes vivent avec une MII (1 ; 7-8), dont environ 270 000 Canadiens, soit 400 000 d’ici 2030 (9). Et vous l’avez deviné… le groupe de Canadiens atteints de MII qui connaît la croissance la plus rapide est celui des personnes âgées de 65 ans et plus (9 ; 10).


La cause des MII demeure toujours un mystère, mais on pense qu’elles surviennent lorsque des facteurs environnementaux (par exemple, des infections, des antibiotiques, etc.) poussent le système immunitaire à attaquer par erreur des micro-organismes et des aliments dans l’intestin, provoquant une inflammation dans le tube digestif. La génétique peut également jouer un rôle dans l’augmentation du risque de MII (1-4 ; 11). Typiquement, la maladie alterne entre des périodes d’inactivité (également connu sous le nom de rémissions) et des périodes où les symptômes éclatent (les rechutes) (2-4).


Malheureusement, il n’y a pas de remède contre les MII. Au lieu de cela, les médicaments de référence visent souvent à réduire l’inflammation ou à supprimer le système immunitaire pour obtenir une rémission et y maintenir les personnes (2-5). Beaucoup de ces médicaments peuvent entraîner des effets secondaires potentiellement graves, tels que des lymphomes, des cancers cutanés autres que le mélanome et des problèmes hépatiques (8).


Une option de traitement alternative populaire mais vivement débattue est le cannabis (2 ; 4). Avec le cannabis présenté comme une panacée pour bon nombre de nos besoins médicaux et son accessibilité croissante grâce à la légalisation, où en sont les données sur son utilisation pour la maladie de Crohn et la colite ulcéreuse, en particulier ?


Ce que la recherche nous apprend

Deux revues systématiques récentes — une incluant des patients activement atteints de la maladie de Crohn (2) et l’autre incluant des patients activement atteints de colite ulcéreuse (4) - ont examiné l’effet des cigarettes de cannabis et de son huile sur les résultats cliniques tels que les rémissions ou les rechutes, l’inflammation, les effets secondaires et la qualité de vie.


Dans les cas signalés, aucune revue systématique n’a révélé que les cigarettes de cannabis ou l’huile de cannabis induisent une rémission chez les patients atteints d’une maladie active ou aident à l’inflammation (2 ; 4). Dans la maladie de Crohn et la colite ulcéreuse, les cigarettes de cannabis entraînent une réduction de l’activité de la maladie (2 ; 4), mais chez les patients atteints de maladie de Crohn, cela s’accompagne d’une augmentation des effets secondaires légers tels qu’une perte de mémoire, de la somnolence, de la confusion, des étourdissements et des troubles de concentration (2). L’huile de cannabis produit des augmentations potentiellement significatives de la qualité de vie dans les deux types de MII (2 ; 4), mais chez les patients atteints de colite ulcéreuse, cette stratégie est associée à des effets secondaires légers à modérément graves tels que des maux de tête, de la fatigue, des étourdissements, des nausées et de la difficulté à se concentrer (4).


Alors, que devraient faire de ces résultats les soignants et les patients et affectés par la maladie de Crohn et la colite ulcéreuse ?


En fin de compte, les données probantes sur l’utilisation du cannabis et de son huile pour la maladie de Crohn ou la colite ulcéreuse ne sont pas de grande qualité. Cela signifie, pour le moment, qu’on ne peut tirer aucune conclusion solide sur l’efficacité ou l’innocuité du cannabis et de son huile. Idéalement, les recherches futures devraient inclure un plus grand nombre de participants, tenir compte des différents statuts de la maladie (par exemple, les rémissions et les rechutes) et évaluer différents types/doses de cannabis (2 ; 4).


Si vous envisagez d’utiliser du cannabis ou son huile pour traiter la maladie de Crohn ou la colite ulcéreuse, contactez votre prestataire de soins de santé pour vous aider à découvrir les inconvénients et les avantages potentiels et pour déterminer où en sont les données actuelles.

Ressources en vedette


Int�ress�s par les recherches sur le vieillissement? Inscrivez-vous aux alertes par courriel.
S'Inscrire
À Propos des Auteurs

Références

  1. Mikocka‐Walus  A, Prady  SL, Pollok  J, et coll. Le traitement adjuvant avec des antidépresseurs pour la gestion de la maladie inflammatoire de l'intestin. Cochrane Database Syst Rev. 2019; 4:CD012680. doi: 10.1002/14651858.CD012680.pub2.
  2. Kafil TS, Nguyen TM, MacDonald JK, et coll. Le cannabis pour le traitement de la maladie de Crohn. Cochrane Database Syst Rev. 2018; 11:CD012853. doi: 10.1002/14651858.CD012853.pub2.
  3. Friedman S, Blumberg RS. Chapter 295: Inflammatory Bowel Disease. Harrison’s Principles of Internal Medicine. 18th Edition. The McGraw-Hill Companies, 2012.
  4. Kafil TS, Nguyen TM, MacDonald JK, et coll. Le cannabis pour le traitement de la colite ulcéreuse. Cochrane Database Syst Rev. 2018; 11:CD012954. doi: 10.1002/14651858.CD012954.pub2.
  5. Lahat A, Lang A, Ben-Horin S. Impact of cannabis treatment on the quality of life, weight and clinical disease activity in inflammatory bowel disease patients: A pilot prospective study. Digestion. 2012; 85(1):1-8. doi: 10.1159/000332079. 
  6. Limketkai  BN, Iheozor‐Ejiofor  Z, Gjuladin‐Hellon  T, et coll. Les interventions alimentaires pour l'induction et le maintien de la rémission dans les maladies inflammatoires de l'intestin. Cochrane Database Syst Rev. 2019; 2:CD012839. doi: 10.1002/14651858.CD012839.pub2.
  7. Crohn’s and Colitis Foundation of America. About the Epidemiology of IBD. 2012. Disponible en ligne en anglais : https://www.crohnscolitisfoundation.org/
  8. Rocchi A, Benchimol EI, Bernstein CN, et coll. Inflammatory bowel disease: A Canadian burden of illness review. Can J Gastroenterol. 2012; 26(11):811-817. doi: 10.1155/2012/984575. 
  9. Crohn’s and Colitis Canada. 2018 Impact des maladies inflammatoires de l’intestin au Canad . 2018. [consulté en février 2020]. Disponible en ligne : http://www.crohnetcolite.ca/Crohns_and_Colitis/documents/reports/2018-Impact-Report-FRENCH-FINAL-LR.PDF?ext=.pdf
  10. Benchimol EI, Manuel DG, Guttmann A, et coll. Changing age demographics of inflammatory bowel disease in Ontario, Canada: A population-based cohort study of epidemiology trends. Inflamm Bowel Dis. 2014; 20(10):1761-1769. doi: 10.1097/MIB.0000000000000103. 
  11. Abraham C, Cho JH. Inflammatory bowel disease. N Engl J Med. 2009; 361:2066‐2078. doi: 10.1056/NEJMra0804647.

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ: Plusieurs de nos billets de blogue ont été rédigés avant la pandémie de COVID-19 et ne reflètent donc pas nécessairement les dernières recommandations de santé publique. Bien que le contenu de ces billets de blogue identifie des activités qui favorisent un vieillissement optimal, il est important de s'en tenir aux recommandations de santé publique les plus récentes, comme la distanciation sociale et le lavage fréquent des mains. Certaines des activités suggérées dans ces billets de blogue devront peut-être être modifiées ou évitées afin de se conformer aux recommandations actuelles en matière de distanciation sociale. Pour consulter les dernières mises à jour de l'Agence de la santé publique du Canada, veuillez visiter leur site Web.

Intéressés par les recherches sur le vieillissement? Inscrivez-vous aux alertes par courriel.

Le soutien au Portail est largement assuré par l’Initiative Labarge sur le vieillissement optimal. AGE-WELL est un partenaire contributeur. Aidez-nous à continuer à fournir un accès direct et facile à des informations fondées sur des données probantes sur des enjeux de santé et sociaux pour vous aider à rester en bonne santé, actif et engagé en vieillissant. Faites un don dès aujourd'hui.

La traduction française du contenu destiné au grand public sur ce site Web est soutenue en partie par le Réseau québécois de recherche sur le vieillissement.
© 2012 - 2020 McMaster University | 1280 Main Street West | Hamilton, Ontario L8S4L8 | +1 905-525-9140 | Conditions d'utilisation