+AA
En

Créez votre communauté : les projets de cohabitation pour soutenir un vieillissement en santé

Les messages clés

  • Faire partie d’une communauté assure confiance, reconnaissance, soutien, identité et sécurité.

  • Le « cohabitat » est une option de logement pour les aînés visant à les aider à conserver leur autonomie, assurer leur sécurité, et maintenir une vie sociale et communautaire active.

  • Apprenez-en plus sur le cohabitat (et sur vous!) afin de savoir si ce modèle résonne avec vos valeurs et peut répondre à vos besoins; informez-vous sur les projets de cohabitation qui existent ou qui sont en développement afin de mieux connaître leurs caractéristiques respectives et leurs membres; ou encore démarrez un projet de cohabitation avec votre cercle d’amis.

Malgré la volonté de vieillir chez soi, plusieurs personnes âgées n’ont pas toujours les moyens financiers, la santé ou le soutien social pour rester seules ou pour louer un logement adapté. La rareté des logements abordables, le stress engendré par un déménagement, ainsi que le fait de devoir s’éloigner sont autant de facteurs qui isolent encore plus les aînés.

Bien des aînés font face à des décisions complexes (et parfois) déchirantes en matière de logement.(1) Lorsque l’on pense aux options de logement pour les aînés, on pense bien souvent à leur propre domicile, aux maisons de retraite, aux résidences pour aînés, ou aux centres d’hébergement et de soins de longue durée. Mais d’autres options existent, comme le « cohabitat ».

Le cohabitat est une idée ayant émergée au Danemark dans les années 1960.(2) Il s’agit d’une communauté de maisons privées regroupées autour d'un espace partagé. Le cohabitat privilégie le « vivre en commun », sans toutefois ressembler à une commune! Chaque maison dispose de chambres, d’une cuisine et d’une salle de bain privées. Les espaces partagés comportent généralement un bâtiment commun, qui peut comprendre une grande cuisine et un coin repas, une buanderie et des espaces récréatifs. L'espace extérieur partagé peut comprendre un stationnement, des allées, un espace ouvert et des jardins. Chaque individu ou famille a des revenus indépendants et une vie privée, mais les membres d’un projet de cohabitat vont planifier et gérer les activités communautaires et les espaces partagés de manière collaborative. Les projets de cohabitat sont bien souvent multigénérationnels, mais peuvent parfois cibler les aînés. Les projets de cohabitat véhiculent des valeurs d’engagement, de collaboration, d’interdépendance, de soutien mutuel et même de soins partagés (les membres prennent ainsi soins de leur voisinage).

Ce modèle semble gagner en popularité. Le réseau Canadien de cohabitation recense d’ailleurs des dizaines de communautés à différents stades de développement à travers le pays.(3) Mais quels sont les facteurs de succès des projets de cohabitation pour les aînés?

Ce que la recherche nous apprend

Une récente revue systématique de 60 articles a examiné les raisons évoquées par les aînés pour soutenir le cohabitat, les enjeux interpersonnels dans de tels projets, et d’autres considérations de mise en œuvre comme l’intimité, l’accessibilité et la sécurité.(4)

Les raisons de cohabiter
Le cohabitat implique une façon de vivre qui valorise autant la vie privée que la vie communautaire ce qui semble particulièrement attrayant pour les aînés. Les études révèlent également que les aînés qui se tournent vers la cohabitation apprécient être en mesure de réduire les coûts de logement, se sentir en sécurité, partager les tâches ménagères et accroître leurs interactions sociales.

Le profil des membres des projets de cohabitat
Bien que les aînés envisagent positivement la cohabitation avec de plus jeunes générations et n’excluent pas les groupes minoritaires, ils veulent toutefois avoir leur mot à dire sur les personnes avec qui ils partageront leur quotidien pour s’assurer qu’il y ait une bonne compatibilité.

Les mécanismes pour maintenir des relations interpersonnelles saines sont essentiels dans les projets de cohabitation. Il faut apprendre le respect, la tolérance et l’art du compromis, évidemment, mais aussi établir des règles claires en lien avec les processus décisionnels, l’utilisation et l’entretien des espaces partagés, le bruit, le partage des coûts, les visiteurs, les animaux de compagnie, la consommation d’alcool, ou encore le tabagisme. Les études révèlent que de telles règles semblent primordiales pour assurer un vivre-ensemble réussi.

Et n’oubliez pas d’apprendre à connaître les personnes avec qui vous cohabiterez, assurez-vous que les règles sont acceptées de tous et vérifiez leurs antécédents. L’aide externe de tiers, comme des organismes de jumelage, permet de bien planifier la cohabitation.

L’intimité, l’accessibilité et la sécurité
L’équilibre entre les espaces partagés et les espaces privés est un facteur clé dans tout projet de cohabitat réussi. Le vivre en commun ne doit pas compromettre le besoin d’intimité des résidents.

De plus, peu importe s’il s’agit du partage de maisons existantes ou de nouvelles constructions dédiées à la cohabitation, il faut garder en tête que l’accessibilité et la sécurité doivent être pensées en fonction des besoins des aînés (besoins qui peuvent d’ailleurs évoluer en fonction de leur état de santé). La proximité du projet de cohabitat avec les services de santé et sociaux demeure ainsi une considération importante.

Dans le cas d’une nouvelle construction, il faut par ailleurs s’assurer d’obtenir les conseils de professionnels afin de respecter les règlements existants en matière de logement et d’urbanisme propre à votre municipalité.

Le cohabitat vous intéresse ?

  • Apprenez-en plus sur le cohabitat (et sur vous!) afin de savoir si ce modèle résonne avec vos valeurs et peut répondre à vos besoins.(5)

  • Informez-vous sur les projets de cohabitation qui existent ou qui sont en développement afin de mieux connaître leurs caractéristiques respectives et leurs membres (et n’hésitez pas en prendre contact avec eux afin de faire des visites).(3)

  • Démarrez un projet de cohabitation si aucun projet n’existe dans votre communauté ou si aucun ne semble répondre à vos besoins et vos valeurs, pourquoi ne pas démarrez votre propre projet avec votre cercle d’amis.(6)


Int�ress�s par les recherches sur le vieillissement? Inscrivez-vous aux alertes par courriel.
S'Inscrire
À Propos des Auteurs

Références

  1. Roy N, Dube R, Despres C, et al.  Choisir entre rester à la maison ou déménager: une revue systématique des facteurs influençant les décisions en matière de logement chez les aînés fragiles  PLoS ONE. 2018; 13(1).

  2. Réseau canadien de cohabitation. Historique de la cohabitation. 2020.

  3. Réseau canadien de cohabitation. Cohousing communities. 2020.

  4. Baldwin C, Dendle K, McKinlay A. Initier le co-logement chez les personnes âgées: personnes, lieu et sécurité à long terme Journal of Housing for the Elderly. 2019; 33(4): 358-381.

  5. Réseau canadien de cohabitation. Qu'est-ce que la cohabitation. 2020.

  6. Réseau canadien de cohabitation. Comment créer une communauté de cohabitation. 2020.

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ: Les billets du blogue sont présentés à titre informatif seulement. Ils ne remplacent pas les conseils de vos propres professionnels de la santé.

Intéressés par les recherches sur le vieillissement? Inscrivez-vous aux alertes par courriel.

Le soutien au Portail est largement assuré par l’Initiative Labarge sur le vieillissement optimal. AGE-WELL est un partenaire contributeur. Aidez-nous à continuer à fournir un accès direct et facile à des informations fondées sur des données probantes sur des enjeux de santé et sociaux pour vous aider à rester en bonne santé, actif et engagé en vieillissant. Faites un don dès aujourd'hui.

La traduction française du contenu destiné au grand public sur ce site Web est soutenue en partie par le Réseau québécois de recherche sur le vieillissement.
© 2012 - 2019 McMaster University | 1280 Main Street West | Hamilton, Ontario L8S4L8 | +1 905-525-9140 | Conditions d'utilisation