+AA
En

« Passez-moi le substitut de sel à faible teneur en sodium, s’il vous plaît ! » Cela pourrait-il être un moyen de contrôler la pression artérielle ?

Les messages clés

  • De nombreux adultes consomment beaucoup plus de sodium — un composant du sel — que ce qui est recommandé, ce qui peut augmenter leur risque d’hypertension artérielle.
  • Les substituts de sel à faible teneur en sodium sont une stratégie qui peut être utilisée par les personnes souffrant d’hypertension pour réduire leur pression artérielle.
  • En dépit de leurs avantages potentiels, les substituts de sel peuvent ne pas être sûrs pour tout le monde, en particulier pour les personnes qui ont du mal à éliminer le potassium de leur corps en raison de certains médicaments, tels que les médicaments qui épargnent le potassium, ou les maladies, telles que les maladies du rein.
  • Les personnes devraient consulter leur fournisseur de soins de santé et lire les listes d’ingrédients afin de déterminer si les substituts de sel constituent une option sans danger pour elles. 

Couper le sel de son alimentation peut être une idée insupportable pour certains, principalement par crainte d’un manque de saveur. Heureusement, pour ceux et celles d’entre nous qui aiment cet assaisonnement, il existe de nombreux substituts du sel. La question est… sont-ils bons pour vous ?

Quel est le problème ? Le sel est une source majeure de sodium alimentaire (1 ; 2), et une consommation excessive de sodium augmente le risque d’AVC, de maladie cardiaque et, en particulier, d’hypertension artérielle (2-5 ; 6). L’hypertension artérielle qui touche plus de 4,5 millions de Canadiens (7) est connue sous le nom de « tueur silencieux », car elle se développe souvent sans symptômes. Lorsqu’elle n’est pas régulée, elle peut entraîner des crises cardiaques, une insuffisance cardiaque, des anévrismes et un syndrome métabolique (6). C’est pourquoi la réduction du sodium est maintenant reconnue comme un moyen important de prévenir les principales maladies chroniques (8 ; 9).

Le sodium n’est pas si mauvais. En fait, il est absolument nécessaire au fonctionnement du corps (1). Selon les lignes directrices canadiennes, les adultes âgés de 51 à 70 ans devraient consommer 1 300 mg de sodium par jour, tandis que les adultes âgés de plus de 70 ans devraient en consommer 1 200 mg (10). Cela équivaut à environ un quart de cuillérée à thé. Le problème est que beaucoup d’entre nous consomment beaucoup trop de sodium (2), souvent plus du double de la quantité recommandée (2 ; 11 ; 12) !

Pour réduire le sodium, certaines personnes se tournent vers l’abondante offre de substituts de sel à faible teneur en sodium. Ces substituts sont fabriqués avec moins de sodium et plus d’un autre minéral — le plus souvent du potassium. Puisque les substituts de sel sont si facilement disponibles, devrions-nous nous efforcer de les mettre sur notre liste d’épicerie ?

Ce que la recherche nous apprend

Une revue systématique récente a comparé l’utilisation de substituts de sel à faible teneur en sodium au sel normal. L’examen a révélé que ces substituts de sel peuvent abaisser la pression artérielle systolique et diastolique, à la fois chez les personnes ayant une pression artérielle normale et élevée. Fait intéressant, les substituts de sel ne semblent pas réduire le risque d’hypertension nouvelle ou existante ou de décès.

Ces résultats sont différents de ceux de la plupart des autres recherches, qui ont montré que les substituts de sel à faible teneur en sodium ont l’effet le plus notable chez les personnes souffrant d’hypertension. Pourquoi cette différence ? Dans la revue systématique récente, certaines des études portant sur les personnes présentant une pression artérielle normale sont de mauvaise qualité, soit en n’évaluant pas beaucoup de personnes soit en incluant des personnes non représentatives de la population en général. Par conséquent, les auteurs ne recommandent actuellement des substituts de sel à faible teneur en sodium qu’aux personnes hypertendues. Dans l’ensemble, des recherches supplémentaires sont nécessaires pour améliorer la solidité des preuves autour des substituts de sel à faible teneur en sodium (8).

Malgré leurs avantages potentiels, les substituts de sel ne sont pas sans danger pour tout le monde. Des problèmes d’estomac, des symptômes respiratoires et des problèmes cardiaques sont des effets secondaires potentiels, bien que très rares, documentés (1). De plus, les personnes qui ont du mal à éliminer le potassium de leur corps — telles que les personnes souffrant d’insuffisance rénale ou qui prennent des médicaments à base de potassium — devraient consulter leur prestataire de soins de santé avant d’utiliser des substituts de sel. En effet, les substituts de sel riches en potassium peuvent provoquer une accumulation dangereuse de potassium dans le corps (13-14).

Alors, devriez-vous « passer le substitut de sel » ou « vous passer du substitut de sel » ? Les substituts de sel à faible teneur en sodium sont une option facilement disponible pour vous aider à réduire votre consommation de sodium et peuvent même contribuer à réduire votre tension artérielle. Mais ils peuvent ne pas convenir à tout le monde. Avant d’échanger le sel contre un substitut du sel, parlez-en à votre prestataire de soins de santé. Quelques questions à poser sont les suivantes : 1) les substituts de sel sont-ils une bonne option pour moi, 2) existe-t-il certains types de substituts de sel que je devrais préférer ou éviter, et 3) existe-t-il des instructions sur la manière dont je devrais utiliser des substituts de sel ? ? N’oubliez pas de lire la liste des ingrédients de tout substitut de sel que vous souhaitez utiliser afin de pouvoir évaluer son impact sur votre santé !

Ressources en vedette


Int�ress�s par les recherches sur le vieillissement? Inscrivez-vous aux alertes par courriel.
S'Inscrire
À Propos des Auteurs

Références

  1. Newberry SJ, Chung M, Anderson CAM, et coll. Sodium and potassium intake: Effects on chronic disease outcomes and risks. AHRQ Comparative Effectiveness Reviews. 2018; Report No.: 18-EHC009-EF. 
  2. McLaren L, Sumar N, Barberio AM, et coll. Population-level interventions in government jurisdictions for dietary sodium reduction. Cochrane Database Syst Rev. 2016; 9:CD010166. doi: 10.1002/14651858.CD10166.pub2. 
  3. He FJ, MacGregor GA. A comprehensive review on salt and health and current experience of worldwide salt reduction programmes. J Hum Hypertens. 2009; 23(6):363-384. doi: 1038/jhh.2008.144. 
  4. Strazzullo P, D’Elia L, Kandala NB, et coll. Salt intake, stroke, and cardiovascular disease: Meta-analysis of prospective studies. BMJ. 2009; 339:b4567. doi: 10.1136/bmj.b4567. 
  5. Mohan S, Campbell NR. Salt and high blood pressure. Clin Sci (Lond). 2009; 117(1):1-11. doi: 10.1042/CS20080207. 
  6. Mayo Clinic. High blood pressure (hypertension). [Internet] 2018. [consulté en décembre 2019]. Disponible en ligne en anglais : https://www.mayoclinic.org/diseases-conditions/high-blood-pressure/symptoms-causes/syc-20373410
  7. Statistique Canada. Hypertension, selon le groupe d’âge. [Internet] 2019. [consulté en novembre 2019]. Disponible en ligne : https://www150.statcan.gc.ca/t1/tbl1/fr/tv.action?pid=1310009609&request_locale=fr
  8. Hernandez AV, Emonds EE, Chen BA, et coll. Effect of low-sodium salt substitutes on blood pressure, detected hypertension, stroke and mortality. Heart. 2019; 105(12):953-960. doi: 10.1136/heartjnl-2018-314036. 
  9. Mugavero KL, Gunn JP, Dunet DO, et coll. Sodium reduction: An important public health strategy for heart. J Public Health Manag Pract. 2014. 20(101): S1-S5. doi:10.1097/PHH.0b013e3182aa659c
  10. Santé Canada. Le sodium au Canada. [Internet] 2017. [consulté en novembre 2019]. Disponible en ligne : https://www.canada.ca/fr/sante-canada/services/aliments-nutrition/saine-alimentation/sodium.html
  11. Organisation mondiale de la santé. Réduire les apports en sel au niveau des populations : Rapport du forum et de la réunion technique OMS. [Internet] 2006. [consulté en novembre 2019]. Available from https://www.who.int/dietphysicalactivity/reducingsaltintake_FR.pdf
  12. Powles J, Fahimi S, Micha R, et coll. Global, regional and national sodium intakes in 1990 and 2010: A systematic analysis of 24 h urinary sodium excretion and dietary surveys worldwide. BMJ Open. 2013; 3(12):e003733. doi: 10.1136/bmjopen-2013-003733. 
  13. Mount DB, Sterns RH, Forman JP. Causes and evaluation of hyperkalemia in adults. [Internet] 2019. [consulté en novembre 2019]. Disponible en ligne en anglais : https://www.uptodate.com/contents/causes-and-evaluation-of-hyperkalemia-in-adults?search=salt%20substitute&source=search_result&selectedTitle=2~150&usage_type=default&display_rank=2 
  14. Olendzki, RD. Patient education: Low-sodium diet (Beyond the basics). [Internet] 2019. [consulté en novembre 2019]. Disponible en ligne en anglais : https://www.uptodate.com/contents/low-sodium-diet-beyond-the-basics?search=salt%20substitute&source=search_result&selectedTitle=1~150&usage_type=default&display_rank=1

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ: Plusieurs de nos billets de blogue ont été rédigés avant la pandémie de COVID-19 et ne reflètent donc pas nécessairement les dernières recommandations de santé publique. Bien que le contenu de ces billets de blogue identifie des activités qui favorisent un vieillissement optimal, il est important de s'en tenir aux recommandations de santé publique les plus récentes, comme la distanciation sociale et le lavage fréquent des mains. Certaines des activités suggérées dans ces billets de blogue devront peut-être être modifiées ou évitées afin de se conformer aux recommandations actuelles en matière de distanciation sociale. Pour consulter les dernières mises à jour de l'Agence de la santé publique du Canada, veuillez visiter leur site Web.

Intéressés par les recherches sur le vieillissement? Inscrivez-vous aux alertes par courriel.

Le soutien au Portail est largement assuré par l’Initiative Labarge sur le vieillissement optimal. AGE-WELL est un partenaire contributeur. Aidez-nous à continuer à fournir un accès direct et facile à des informations fondées sur des données probantes sur des enjeux de santé et sociaux pour vous aider à rester en bonne santé, actif et engagé en vieillissant. Faites un don dès aujourd'hui.

La traduction française du contenu destiné au grand public sur ce site Web est soutenue en partie par le Réseau québécois de recherche sur le vieillissement.
© 2012 - 2020 McMaster University | 1280 Main Street West | Hamilton, Ontario L8S4L8 | +1 905-525-9140 | Conditions d'utilisation