+AA
En

Ne vous ruinez pas: faire face aux préjudices liés aux jeux de hasard

Les messages clés

  • Bien que la plupart des gens jouent aux jeux de hasard pour le plaisir, des préjudices liés aux jeux affectent particulièrement certaines personnes et certaines communautés.
  • Davantage de données probantes sont nécessaires pour déterminer les meilleures pratiques de dépistage du jeu problématique. Toutefois, l'expansion récente du jeu en ligne peut remettre en question les outils de dépistage existants.
  • Diverses approches peuvent aider à réduire les préjudices liés aux jeux de hasard, notamment: l'établissement de limites obligatoires accompagnées de rappels; des limites de mise minimale (par exemple, 1 $); des arrêts obligatoires et des heures de fonctionnement réduites; et des horloges à l'écran affichant l'argent dépensé et restant, plutôt que les crédits.
  • Si vous reconnaissez les signes du jeu compulsif chez vous ou un proche, demandez de l'aide.

Les jeux de hasard administrés par l'État ont pris de l'expansion au cours des deux dernières décennies,(1) avec des revenus atteignant 6,6 milliards de dollars en 2014-2015 uniquement en Ontario.(2) Ces revenus soutiennent une gamme de services de santé, d'éducation et autres services sociaux, mais ils soulèvent également des préoccupations concernant les préjudices liés aux jeux de hasard.

Bien que de nombreuses personnes jouent aux jeux de hasard sans causer de tort à leur santé ou à autrui, environ 2,5% d'entre elles présentent des signes de joueurs problématiques. Une proportion similaire de joueurs problématiques a été observée chez les jeunes, mais elle semble légèrement plus élevée chez les personnes âgées.(3) Cela dit, peu de gens cherchent à obtenir des soins. On estime en effet que seulement 10% des joueurs problématiques demandent de l'aide. Il se peut que de nombreuses autres personnes qui ne cherchent pas de l’aide continuent de vivre dans la détresse, criblées de dettes ou affectées par d’autres symptômes associés au jeu problématique. Les préjudices liés aux jeux de hasard peuvent entraîner un certain nombre de problèmes individuels, notamment: des préjudices liés à la santé (y compris des problèmes de toxicomanie); une détresse émotionnelle ou psychologique; des perturbations, conflits ou ruptures dans leurs relations personnelles; des performances réduites au travail; des préjudices financiers; et des activités criminelles. Ces préjudices peuvent également toucher les membres de la famille, les communautés et l'ensemble de la population, par exemple en mettant à rude épreuve leurs relations ou en influençant négativement la situation financière des familles.

Les changements au sein de l'industrie du jeu (y compris le jeu en ligne et l'expansion des sites de jeu) et dans le secteur de la santé mentale et de la toxicomanie offrent une occasion unique d'examiner les changements qui pourraient être apportés pour réduire les préjudices liés aux jeux de hasard et mieux soutenir les joueurs problématiques.(4; 5)

Ce que nous apprend la recherche

Il existe un ensemble de données probantes susceptibles de fournir des solutions pour améliorer la disponibilité et l'accessibilité des jeux de hasard afin d'en réduire les préjudices, en particulier par le biais d'approches ciblant l'ensemble des communautés et de la population (plutôt quant ciblant les individus), notamment:

Utiliser des outils pour dépister les individus ayant des problèmes liés aux jeux

Il existe une grande variété d’outils fiables pour dépister les problèmes liés aux jeux de hasard. Cependant, il existe une certaine incertitude quant à savoir si on peut compter sur ces outils pour identifier les comportements problématiques chez ceux qui jouent en ligne en raison d'un nombre limité d'études sur le jeu en ligne et les caractéristiques très variées des joueurs en ligne (par exemple, les joueurs de poker en ligne).(6; 7)

Utiliser les nouvelles technologies pour offrir des programmes et des services

L'utilisation de l'internet et des technologies mobiles, telles que les téléphones portables et les tablettes, pour offrir des programmes et des services permettant de réduire les préjudices liés aux jeux de hasard s'est révélée prometteuse. Une telle approche s'est également révélée rapide et mène à de bons résultats avec un minimum de coûts.(8; 9)

Restreindre l'accès, modifier les prix et modifier les environnements de jeu pour favoriser des comportements sains

Différentes formes de jeux de hasard sont plus et moins sensibles aux modifications aux coûts (par exemple, exiger un droit d'entrée, augmenter le prix d'un billet de loterie ou augmenter le prix par jeu). Les données probantes révèlent que lorsque le coût des billets de loterie et des courses de chevaux augmente, moins de personnes participent à ces activités. Cependant, ce n’est pas le cas lorsque le coût des jeux au casino augmente.(10)

Les messages d’avertissement qui apparaissent sur l’écran d’un joueur et les obligent à le fermer peuvent être utilisés pour réduire les comportements à risque.(11)

De plus, il a été démontré que chacune des approches suivantes favorisait des changements de comportement sains chez les personnes qui jouent:
- une limite obligatoire du montant à dépenser en une session;
- des limites de mises minimales ayant une faible valeur monétaire, telle que 1$;
- un arrêt obligatoire à une heure donnée ou réduction des heures d’ouverture du casino; et
- des horloges à l'écran qui affichent l'argent dépensé plutôt que les crédits.(12)

Reconnaissez les signes

Le jeu n'est pas toujours un jeu. Le Centre de toxicomanie et de santé mentale a identifié les principaux signes de jeu problématique,(13) notamment:

Signes comportementaux: la personne cesse de faire ce qu’elle aimait auparavant; s'absente des événements familiaux; modifie ses habitudes de sommeil; ignore ses soins personnels ou les tâches familiales; ou a des conflits avec d'autres personnes au sujet de l'argent.

Signes émotionnels: la personne se retire de la famille et des amis; semble anxieux; ou a des sautes d'humeur et des explosions soudaines de colère.

Signes financiers: la personne emprunte souvent de l'argent; vide ses comptes d'épargne, ses comptes d'épargne-retraite ou ses régimes d'assurance; vit des périodes alternant entre être fauchées et avoir beaucoup d'argent; ou des membres de la famille se plaignent de la disparition d'objets de valeur.

Signes de santé: la personne se plaint de problèmes de santé liés au stress (par exemple, des maux de tête, des problèmes d’estomac et d’intestin, des difficultés à dormir, trop manger ou avoir perdu l’appétit).

Si vous reconnaissez ces signes, demandez de l'aide. Contactez un service d'assistance téléphonique provincial ou territorial pour obtenir des informations sur les programmes et services disponibles. Le Centre de toxicomanie et de santé mentale a également mis au point des outils d'auto-assistance disponibles en ligne.

 

Le contenu de ce billet de blogue est basé sur un document d'information à l'intention du public préparé par le McMaster Health Forum concernant l'optimisation des efforts visant à lutter contre les préjudices liés aux jeux de hasard en Ontario.

 


Intéressés par les recherches sur le vieillissement? Inscrivez-vous aux alertes par courriel.
S'Inscrire
À Propos des Auteurs

Références

  1. Waddell K, Moat, KA Lavis JN, Bullock H. Citizen brief: Strengthening collaboration to optimize efforts addressing gambling-related harms in Ontario. Hamilton: McMaster Health Forum, 2 February 2018.

  2. Ontario Lottery and Gaming Corporation. 2014-15 Annual Report. Toronto: Ontario Lottry and Gaming Corportation; 2015.

  3. Centre for Additction and Mental Health. Gambling policy framework. Toronto: Centre for Addiction and Mental Health.

  4. Smith G. The nature and scope of gambling in Canada. Addiction 2014; 109(5): 706-10

  5. Ministry of Health and Long-Term Care. Open minds, healthy minds: Ontario's comprehensive mental health and addictions strategy. Toronto: Queen's Printer for Ontario; 2011.

  6. Spice C. The effectiveness of interventions and social support for families affected by addiction: University of Birmingham; 2014.

  7. Moreau A, Chabrol H, Chauchard E. Psychopathology of online poker players: Review of literature. Journal of Behavioural Addictions 2016; 5(2): 155-68.

  8. Chebli JL, Blaszczynski A, Gainsbury SM. Internet-Based Interventions for Addictive Behaviours: A Systematic Review. Journal of Gambling Studies 2016; 32(4): 1279-304.

  9. Danielsson AK, Eriksson AK, Allebeck P. Technology-based support via telephone or web: a systematic review of the effects on smoking, alcohol use and gambling. Addictive Behaviour 2014; 39(12): 1846-68.

  10. Gallet C. Gambling demand: A meta-analysis of the price elasticity. The Journal of Gambling Business and Economics 2015; 9(1): 12-22.

  11. Ginley MK, Whelan JP, Pfund RA, Peter SC, Meyers AW. Warning messages for electronic gambling machines: Evidence for regulatory policies. Addiction Research & Theory 2017; 25(6): 495-504.

  12. Tanner J, Drawson A, Mushquash C, Mushquash A, Mazmanian D. Harm reduction in gambling: A systematic review of industry strategies. Addiction Research & Theory 2017; 25(6).

  13. Centre for Addiction and Mental Health. Problem gambling, 2010.

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ: Les billets du blogue sont présentés à titre informatif seulement. Ils ne remplacent pas les conseils de vos propres professionnels de la santé.

Intéressés par les recherches sur le vieillissement? Inscrivez-vous aux alertes par courriel.
La traduction française du contenu destiné au grand public sur ce site Web est soutenue en partie par le Réseau québécois de recherche sur le vieillissement.
© 2012 - 2019 McMaster University | 1280 Main Street West | Hamilton, Ontario L8S4L8 | +1 905-525-9140 | Conditions d'utilisation