+AA
En

Ce n’est pas toujours un jeu! Identifiez les risques de jeu pathologique chez les aînés

Les messages clés

  • Le jeu pathologique touche entre 0 et 11 % de la population. Chez les personnes âgées, il est souvent associé avec d’autres problèmes de santé.
  • Certains aînés sont plus à risque de développer une dépendance au jeu de par certaines caractéristiques personnelles et environnementales.
  • Les hommes célibataires et isolés socialement sont davantage à risque de développer un trouble de jeu pathologique.

Vous connaissez les tours d’autobus organisés pour les aînés pour visiter les casinos de la région, avec transport et repas payés? Une étude ontarienne estime que 30 % des aînés qui participent à ces activités ont un problème de jeu pathologique modéré à sévère (1).

Les aînés ont parfois beaucoup de temps à combler et la participation à ces voyages organisés leur semble une solution attrayante pour sortir de leur isolement. Ce qui reste un loisir pour la majorité d’entre eux peut toutefois devenir un enfer pour certains qui sont plus à risque de développer une dépendance.

Une revue systématique de 25 études a été effectuée pour étudier la prévalence du jeu pathologique chez les aînées de plus de 60 ans, mais aussi pour identifier les déterminants et les facteurs de risque au jeu pathologique.

Ce que nous apprend la recherche

Des facteurs personnels tels que de faibles revenus sans possibilité de gains futurs, l'isolement social, une dépendance à l’alcool ou à d’autres drogues, ainsi que des problèmes de santé physiques ou psychologiques rendent plusieurs aînés vulnérables. L’anxiété, les troubles obsessifs-compulsifs et le fait d’avoir vécu des événements stressants augmentent le risque de jeu pathologique.

Certaines études indiquent que les hommes célibataires âgés de moins de 70 ans et isolés socialement, ainsi que les femmes âgées de plus de 70 ans, sont davantage à risque de développer une dépendance au jeu, surtout si l’accès au casino est facile et fréquent. Le stress et le manque de stimulation que certains aînés vivent peuvent favoriser une réponse de satisfaction exagérée au niveau du cerveau lorsqu’ils jouent à des jeux de hasard et d’argent, ce qui augmente les risques de dépendance.

La revue systématique révèle également que les aînés ont souvent de la difficulté à admettre qu’ils ont un problème de jeu et croient pouvoir le gérer eux-mêmes. Ils sont davantage susceptibles de faire du déni et cacher leur dépendance ou problèmes financiers pour se conformer aux attentes de la société et de leur famille.

Comment éviter la dépendance au jeu? En informant les aînés sur les risques liés aux jeux de hasard et d’argent, ainsi qu’en faisant la promotion d’autres types d’activités de loisirs pour favoriser les interactions sociales et diminuer l’isolement.


À Propos des Auteurs

Références

  1. CBC. 30% of older people on casino bus tours are problem gamblers, study says. [Internet] 2017. [cité en septembre 2017]. Disponible à: http://www.cbc.ca/news/canada/toronto/casino-bus-tours-problem-gambling-1.4217695
  2. Subramaniam M, Wang P, Soh P, Vaingankar JA, Chong SA, Browning CJ, Thomas SA. La prévalence et les déterminants du trouble du jeu pathologique chez les personnes âgées: une revue systématique. Addictive Behaviors. 2015; 41: 199-209. 

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ: Les billets du blogue sont présentés à titre informatif seulement. Ils ne remplacent pas les conseils de vos propres professionnels de la santé.

La traduction française du contenu destiné au grand public sur ce site Web est soutenue en partie par le Réseau québécois de recherche sur le vieillissement.
© 2012 - 2017 McMaster University | 1280 Main Street West | Hamilton, Ontario L8S4L8 | +1 905-525-9140 | Conditions d'utilisation