+AA
En

Les œstrogènes par voie vaginale soulagent les symptômes communs de la ménopause

Les messages clés

  • Les symptômes du «syndrome génito-urinaires de la ménopause» comprennent la sécheresse vaginale, les sensations de brûlure ou de démangeaisons, les relations sexuelles douloureuses, les infections des voies urinaires et l'incontinence urinaire.
  • Près de la moitié des femmes ménopausées ont des douleurs et de l'inconfort qui affectent leur qualité de vie.
  • Malheureusement, beaucoup de femmes ne cherchent pas à obtenir une aide médicale qui peut les aider.
  • Les œstrogènes vaginaux améliorent les symptômes communs de la ménopause avec un faible risque d’effets secondaires.

«Le retour d'âge». C’est l’expression consacrée pour parler de la ménopause et de la vaste gamme de symptômes désagréables, frustrants et/ou déconcertants que les femmes peuvent éprouver au début, au milieu ou à la fin du processus. L’expression est plutôt vieillotte, mais c’est essentiellement ce qui se passe: des changements physiques – plus précisément la diminution des œstrogènes – déclenchent des bouffées de chaleur, des sueurs nocturnes, des sautes d’humeur, de l'irritabilité et d'autres inconforts généralement associées à la transition (1).

D’autres symptômes sont de nature plus « délicate ». Le syndrome génito-urinaire de la ménopause se réfère aux problèmes de l’appareil reproducteur (par exemple, la sécheresse vaginale, les démangeaisons, les brûlures, l'irritation ou les rapports sexuels douloureux) ou aux problèmes des voies urinaires inférieures (par exemple, les infections, les mictions plus fréquentes ou l'incontinence urinaire) (2).

Bien que les bouffées de chaleur et les autres symptômes disparaissent généralement une fois que « le changement » est terminé, des symptômes urinaires et génitaux peuvent persister et disparaissent rarement sans traitement (3). C’est un problème répandu et pénible qui affecte environ la moitié des femmes ménopausées (4). Les symptômes plus fréquemment rapportés sont la sécheresse vaginale, ainsi que les démangeaisons ou l’irritation (5). Et pourtant, c’est un problème de santé très peu signalé et insuffisamment traité. Seulement 25% à 50% des femmes éprouvant des symptômes consultent un médecin (4; 6).

C’est malheureux puisque des traitements efficaces sont disponibles sous la forme d’œstrogènes par voie vaginale: des crèmes, des gels, des comprimés ou des anneaux contenant de faibles doses d’œstrogènes sont appliqués à la zone vaginale. Ils se sont avérés efficaces pour les symptômes vaginaux (7), mais beaucoup de femmes semblent réticentes à commencer ou à continuer à les utiliser (4 ; 6). Cela a incité la Société des chirurgiens gynécologiques des États-Unis à entreprendre une nouvelle revue systématique portant sur l’efficacité et la sécurité des œstrogènes par voie vaginale dans le but ultime d’aider les médecins et les patientes à faire des choix de traitement éclairés (8).

La revue systématique comprend 44 études de durées variables qui comparent les différents types d’œstrogènes vaginaux à l'absence de traitement, à un placebo, soit des hydratants ou des lubrifiants sans hormones, ou à des œstrogènes systémiques (par exemple, des pilules ou des timbres cutanés qui libèrent des hormones dans le sang).

Ce que la recherche nous apprend

Pour certains symptômes uniques – telle la sécheresse vaginale – les lubrifiants et les crèmes hydratantes en vente libre peuvent apporter un soulagement adéquat. Mais, pour des  symptômes multiples ou graves, les œstrogènes par voie vaginale sont recommandés comme prochaine étape.

Les données probantes montrent que tous les types de traitements sont plus efficaces que l'absence de traitement ou qu'un placebo pour soulager les symptômes du syndrome génito-urinaire de la ménopause (8). Certaines données probantes indiquent que les œstrogènes par voie vaginale aident à réduire la fréquence des infections urinaires.

Bien que les œstrogènes par voie vaginale soient considérés comme sécuritaires et qu'ils contiennent de faibles doses d'hormones (peu de ces hormones étant libérées dans le sang), plus de recherches sont nécessaires afin de mesurer leurs effets à long terme (8). 

La ménopause peut être associée à une baisse des œstrogènes, mais cela ne doit pas signifier une diminution de la qualité de vie. Une consultation avec votre médecin et la prescription d’œstrogènes par voie vaginale peuvent soulager ces symptômes désagréables et apporter des changements bénéfiques.


À Propos des Auteurs

Références

  1. Nelson HD. Menopause. Lancet. 2008; 371(9614): 760-770. doi: 10.1016/S0140-6736(08)60346-3
  2. Portman DJ, Gass ML.. Genitourinary syndrome of menopause: New terminology for vulvovaginal atrophy from the International Society for the Study of Women’s Sexual Health and the North American Menopause Society. Menopause. 2014; 21(10):1063–8. doi: 10.1097/GME.0000000000000329.
  3. Management of symptomatic vulvovaginal atrophy: 2013 Position statement of the North American Menopause Society. Menopause. 2013; 20(9):888–902. doi: 10.1097/GME.0b013e3182a122c2.
  4. Kingsberg SA, Wysocki S, Magnus L et al. Vulvar and vaginal atrophy in postmenopausal women: Findings from the REVIVE (REal Women’s VIews of Treatment Options for Menopausal Vaginal ChangEs) survey. J Sex Med. 2013; 10(7):1790–1799. doi: 10.1111/jsm.12190.
  5. Pastore LM, Carter RA, Hulka BS et al. Self-reported urogenital symptoms in postmenopausal women: Women’ Health Initiative. Maturitas. 2004; 49(4):292–303.
  6. Sturdee DW, Panay N. Recommendations for the management of postmenopausal vaginal atrophy. Climacteric. 2010; 13(6):509–522.  doi: 10.3109/13697137.2010.522875. 
  7. ACOG Practice Bulletin No. 141: Management of menopausal symptoms. Obstet Gynecol. 2014; 123(1):202–216. doi: 10.1097/01.AOG.0000441353.20693.78.
  8. Rahn DD, Carberry C, Sanses TV et al. Vaginal estrogen for genitourinary syndrome of menopause: A systematic review. Obstet Gynecol. 2014; 124(6):1147-1156. doi: 10.1097/AOG.0000000000000526.

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ: Les billets du blogue sont présentés à titre informatif seulement. Ils ne remplacent pas les conseils de vos propres professionnels de la santé.

La traduction française du contenu destiné au grand public sur ce site Web est soutenue en partie par le Réseau québécois de recherche sur le vieillissement.
© 2012 - 2017 McMaster University | 1280 Main Street West | Hamilton, Ontario L8S4L8 | +1 905-525-9140 | Conditions d'utilisation