+AA
En

La contribution des aînés autochtones : un exemple de solidarité intergénérationnelle

Les messages clés

  • La participation sociale des aînés autochtones entraîne des effets positifs individuels et collectifs, comme l’amélioration de l’éducation, la promotion de la santé, le renforcement des attitudes positives et de l’identité culturelle.

  • La participation sociale est un déterminant important de la santé et d’un vieillissement actif, pour les aînés de toutes les cultures.

  • Pour surmonter les défis sanitaires et sociaux actuels, la mise en œuvre d’actions intergénérationnelles qui favorisent la sécurité culturelle est essentielle.

Dans les cultures autochtones, la participation sociale des aînés est reconnue et fortement valorisée. Grâce à leur implication et leur sagesse, ils contribuent à leur propre bien-être, mais aussi à celui des jeunes, des familles et de la collectivité tout entière.

L’approche holistique des cultures autochtones est porteuse de sens et d’espoir : par sa contribution à la solidarité intergénérationnelle, la participation sociale des aînés autochtones peut aider à répondre aux besoins en matière de santé et de bien-être.(1)

Que nous apprend la recherche sur les différentes façons que les aînés autochtones peuvent contribuer au bien-être individuel et collectif dans leur communauté ?

Ce que la recherche nous apprend

Une récente revue systématique de qualité modérée s’est penchée sur les effets de la participation sociale des aînés autochtones sur le bien-être individuel et communautaire.(1) Des intervenants œuvrant dans des centres de santé ou des conseils de bande et des aînés autochtones de huit des onze nations autochtones du Québec ont permis de mettre la main sur des documents pertinents qui n’auraient pas pu être trouvés en utilisant les méthodes de recherche scientifique conventionnelles. Mais bien que l’étude ait été conçue pour inclure des sources autochtones, pour des raisons de faisabilité, la recherche été limitée aux documents en français et en anglais, ainsi qu’au contexte canadien. Au total, 144 documents ont été inclus et plusieurs constats peuvent être faits.

L’analyse a révélé que les aînés autochtones contribuent au mieux-être par :
- les relations et les interactions qu’ils entretiennent avec les membres de la communauté et avec les non-autochtones;
- les communications intergénérationnelles orales et écrites;
- la vie communautaire, sociale et civique;
- le bénévolat et l’emploi; et
- la vie familiale.

Les contributions des aînés visent les jeunes, la famille et les communautés, favorisant ainsi la solidarité intergénérationnelle, notamment en :
- partageant leur expertise et enseignant les langues autochtones;
- s’occupant des petits-enfants et favorisant la résolution de conflits familiaux;
- intégrant les pratiques de guérison traditionnelles dans les centres de santé et transmettant des connaissances traditionnelles;
- promouvant des attitudes et des comportements individuels et collectifs positifs comme la réciprocité, la résilience, la gestion de la colère, la persévérance, ou encore la dignité;
- renforçant la cohésion sociale;
- prévenant les maladies et promouvant la santé mentale et physique; et
- favorisant l’acceptabilité des services de santé et des services sociaux.

Se tourner vers les aînés en temps de pandémie

La pandémie de COVID-19 a eu des effets sur tous les pans de nos vies. Chez les enfants et les jeunes, cela a également eu d’importantes répercussions avec, entre autres, les fermetures temporaires ou prolongées des écoles. La plupart ont dû se tourner vers l’enseignement à distance (derrière leur écran) ce qui a pu contribuer à un sentiment d’isolement, de solitude, d’angoisse, et bien plus encore.(2; 3)

Certaines communautés autochtones ont plutôt misé sur l’enseignement en plein air. En s’appuyant sur les aînés, ces communautés ont ainsi pu offrir sur le terrain des activités d'apprentissage expérientiel. Ce fut une occasion de miser sur la culture et les pratiques traditionnelles afin de surmonter les défis de la pandémie.(4; 5)

Un tel exemple reflète l’importance des relations intergénérationnelles, mais aussi le rôle fondamental que peuvent avoir les aînés afin de partager leurs savoirs et contribuer au bien-être de leur communauté. Il s’agit également de pratiques prometteuses qui pourraient inspirer les conseils scolaires afin d’aider les éducateurs à travailler en partenariat avec les communautés autochtones locales et les aînés pour explorer des activités de plein air qui intègrent les savoirs autochtones à l'éducation environnementale.(4)


Int�ress�s par les recherches sur le vieillissement? Inscrivez-vous aux alertes par courriel.
S'Inscrire
À Propos des Auteurs

Références

  1. Viscogliosi C, Asselin H, Basile S, Borwick K, Couturier Y, Drolet M-J, et al. Importance des contributions des aînés autochtones au bien-être individuel et communautaire : résultats d'un examen de la portée de la participation sociale et de la solidarité intergénérationnelleCanadian Journal of Public Health. 2020;111(5): 667-681.

  2. Viner R, Russell S, Saulle R, et al. Impacts of school closures on physical and mental health of children and young people: A systematic review. medRxiv, 2021.

  3. Chaabane S, Doraiswamy S, Chaabna K, Mamtani R, Cheema S. The impact of COVID-19 school closure on child and adolescent health: A rapid systematic review. Children 2021; 8(5).

  4. Davis J. COVID-19 and schools reopening: Now is the time to embrace outdoor educationThe Conversation, August 25, 2020.

  5. Antony J. COVID-era school design takes lessons from Indigenous educators. CBC News, March 10, 2021.

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ: Ces résumés sont fournis à titre informatif seulement. Ils ne peuvent pas remplacer les conseils de votre propre professionnel de la santé. Les résumés peuvent être reproduits à des fins éducatives sans but lucratif. Toute autre utilisation doit être approuvée par le Portail du vieillissement optimal de McMaster (info@mcmasteroptimalaging.org).

Plusieurs de nos billets de blogue ont été rédigés avant la pandémie de COVID-19 et ne reflètent donc pas nécessairement les dernières recommandations de santé publique. Bien que le contenu de ces billets de blogue identifie des activités qui favorisent un vieillissement optimal, il est important de s'en tenir aux recommandations de santé publique les plus récentes, comme la distanciation sociale et le lavage fréquent des mains. Certaines des activités suggérées dans ces billets de blogue devront peut-être être modifiées ou évitées afin de se conformer aux recommandations actuelles en matière de distanciation sociale. Pour consulter les dernières mises à jour de l'Agence de la santé publique du Canada, veuillez visiter leur site Web.

Intéressés par les recherches sur le vieillissement? Inscrivez-vous aux alertes par courriel.

Le soutien au Portail est largement assuré par l’Initiative Labarge sur le vieillissement optimal. AGE-WELL est un partenaire contributeur. Aidez-nous à continuer à fournir un accès direct et facile à des informations fondées sur des données probantes sur des enjeux de santé et sociaux pour vous aider à rester en bonne santé, actif et engagé en vieillissant. Faites un don dès aujourd'hui.

La traduction française du contenu destiné au grand public sur ce site Web est soutenue en partie par le Réseau québécois de recherche sur le vieillissement.
© 2012 - 2020 McMaster University | 1280 Main Street West | Hamilton, Ontario L8S4L8 | +1 905-525-9140 | Conditions d'utilisation