+AA
En

3 conseils fondés sur des données probantes pour vivre avec l’insuffisance cardiaque

Les messages clés

  • Environ 600 000 Canadiens et Canadiennes vivent actuellement avec un diagnostic d’insuffisance cardiaque — faisant face à des symptômes tels que l’essoufflement, la fatigue et la rétention d’eau.  
  • Chez certaines personnes atteintes d’insuffisance cardiaque chronique, l’exercice peut aider à améliorer la fonction physique et la qualité de vie, par rapport au fait de ne pas faire d’exercice ou de recevoir les soins habituels.
  • Les plans d’autogestion de la santé personnalisés, les stratégies psychologiques spécifiques (comme la thérapie cognitivo-comportementale) et les « aides à la décision » sont des approches qui peuvent être utilisées pour améliorer les pratiques d’autogestion.
  • Les données montrent que les programmes de visites à domicile et les cliniques d’insuffisance cardiaque peuvent réduire les risques de réadmission à l’hôpital et de décès dans les six mois suivant une première hospitalisation due à une insuffisance cardiaque. 
  • Consultez votre prestataire de soins de santé sur les tenants et les aboutissants de la prise en charge de l’insuffisance cardiaque — posez des questions spécifiques sur l’exercice, les pratiques d’autogestion efficaces et les options de soins de transition. 

Une respiration sifflante, un sentiment de fatigue et de faiblesse, des difficultés de concentration, une sensation de gonflement, un rythme cardiaque rapide ou irrégulier, de l’essoufflement à l’effort ou au repos — et un gain de poids soudain causé par la rétention de liquide par le corps. Ce ne sont là que quelques-uns des symptômes que les personnes atteintes d’insuffisance cardiaque éprouvent couramment (1).


Si vous souffrez d’insuffisance cardiaque, vous partagez ce fardeau avec les quelque 600 000 Canadiens qui vivent actuellement avec cette maladie (2) ; et les 90 000 adultes supplémentaires de plus de 40 ans qui sont diagnostiqués chaque année (3). Bien qu’il puisse être terrifiant d’accepter la prise en charge d’un tel diagnostic, de même que de faire face aux impacts sur votre vie quotidienne, il y a des choses que vous et vos prestataires de soins de santé pouvez faire pour améliorer certains aspects de votre plan de traitement et de votre bien-être (4 ; 6-10).


Une recherche sur le portail sur le Vieillissement optimal de McMaster présente les trois conseils suivants pour vivre avec l’insuffisance cardiaque. Cliquez sur chaque titre pour obtenir plus d’informations.


1. Soyez physiquement actif.

L’insuffisance cardiaque est un autre problème de santé qui vous oblige à être physiquement actif. Quel est l’avantage dans ce cas ? Eh bien, faire de l’exercice peut améliorer considérablement la fonction physique et la qualité de vie des personnes souffrant d’insuffisance cardiaque chronique sans aucune aggravation des symptômes. On constate ces effets positifs en comparant ceux et celles qui font de l’exercice à ceux et celles qui ne font pas d’exercice ou à ceux et celles qui reçoivent des soins habituels. Mieux encore, il semble que des détails tels que le type d’exercice effectué (en particulier l’entraînement aérobique, la musculation, la combinaison des deux ou encore l’exercice dans des piscines thérapeutiques), sa durée, sa fréquence, son intensité et le lieu où on le pratique semblent sans importance (4). Cela signifie que vous et votre prestataire de soins de santé avez plusieurs options pour identifier une prescription d’exercice qui est sûre et durable pour vous.


2.  Améliorez vos pratiques d’autogestion de la santé.

Comme le dit l’adage, certaines choses sont plus faciles à dire qu’à faire. Prendre soin de soi-même en fait partie. En ce qui concerne l’autogestion de la santé, certaines personnes souffrant d’insuffisance cardiaque ont du mal à mettre en œuvre les changements de style de vie recommandés, comme l’activité physique dont nous venons de parler (5). Si vous éprouvez des difficultés, diverses méthodes existent pour renforcer vos efforts en matière d’autogestion de la santé. Il s’agit notamment : 1) de collaborer avec votre prestataire de soins de santé pour créer un plan d’autogestion de la santé personnalisé qui tient compte de vos symptômes, de vos besoins, de vos préférences et de vos capacités ; 2) d’utiliser des « aides à la décision » pour vous aider à faire des choix difficiles ; et 3) d’envisager des stratégies psychologiques — comme la thérapie cognitivocomportementale — qui motivent et vous aident à affronter les pensées négatives et les sentiments conflictuels que vous pourriez ressentir (6 ; 7).


3. Envisagez différentes options de soins de transition. 

L’hospitalisation est une réalité pour certaines personnes souffrant d’insuffisance cardiaque, tout comme la réhospitalisation peu après leur retour à la maison (8). Cela souligne l’importance de soins de transition qui continuent de répondre aux besoins médicaux des personnes lors de la transition de l’hôpital à leur domicile (9 ; 10). Ce type de soins peut être reçu à distance par le biais d’une assistance téléphonique ou en personne par des visites à domicile d’un professionnel de la santé ou par la fréquentation de cliniques d’insuffisance cardiaque. Les données montrent que les programmes de visites à domicile et les cliniques d’insuffisance cardiaque peuvent réduire les risques de réadmission à l’hôpital et de décès dans les six mois suivant une première hospitalisation due à une insuffisance cardiaque. Si vous faites face au défi d’une transition de l’hôpital à votre domicile, assurez-vous de consulter votre prestataire de soins de santé au sujet des options de soins de transition qui s’offrent à vous (11).


Int�ress�s par les recherches sur le vieillissement? Inscrivez-vous aux alertes par courriel.
S'Inscrire
À Propos des Auteurs

Références

  1. Mayo Clinic. Heart failure. [Internet] 2020. [consulté en septembre 2020].  
  2. Fondation des maladies du cœur et de l’AVC du Canada. Qu’est-ce qu’une insuffisance cardiaque? [Internet] 2020. [consulté en septembre 2020]. Disponible en ligne: https://www.coeuretavc.ca/coeur/problemes-de-sante/insuffisance-cardiaque
  3. Gouvernement du Canada. Les maladies du cœur au Canada : Faits saillants du Système canadien de surveillance des maladies chroniques. [Internet] 2017. [consulté en septembre 2020]. Disponible en ligne : https://www.canada.ca/fr/sante-publique/services/publications/maladies-et-affections/maladies-coeur-canada-fiche-technique.html 
  4. Palmer K, Bowles KA, Paton M, et coll. L'insuffisance cardiaque chronique et la réadaptation par l'exercice: une revue systématique et méta-analyse. Arch Phys Med Rehabil. 2018; 99(12):2570-2582. doi: 10.1016/j.apmr.2018.03.015.  
  5. Spaling M, Currie K, Strachan P, et coll. Améliorer le soutien pour les patients atteints d'insuffisance cardiaque: une revue systématique visant à comprendre les points de vue des patients sur l'autosoins. J Adv Nurs. 2015; 71(11):2478-2489.
  6.  Strachan PH, Currie K, Harkness K, et coll. Context matters in heart failure self-care: A qualitative systematic review. J Card Fail. 2014; 20(6):448-455.
  7. Jiang Y, Shorey S, Seah B. L'efficacité des interventions psychologiques sur les soins personnels, les résultats psychologiques et de santé chez les patients atteints d'insuffisance cardiaque chronique: une revue systématique et méta-analyse. Int J Nurs Stud. 2018; 78:16-25. doi: 10.1016/j.ijnurstu.2017.08.006.
  8. Dharmarajan K, Hsieh AF, Lin Z, et coll. Diagnosis and timing of 30-day readmissions after hospitalization for heart failure, acute myocardial infarction, or pneumonia. JAMA. 2013; 309:355-363.
  9. Stauffer BD, Fullerton C, Fleming N, et coll. Effectiveness and cost of a transitional care program for heart failure: a perspective study with concurrent controls. Arch Intern Med. 2011; 171:1238-1243.
  10. Naylor MD, Aiken LH, Kurtzman ET, et coll. The care span: The importance of transitional care in achieving health reform. Health Aff (Millwood). 2011; 13:746-754.
  11. Feltner C, Jones CD, Cené CW, et coll. Les interventions de soins de transition visant à prévenir les réadmissions pour les personnes souffrant d'insuffisance cardiaque : une revue systématique et méta-analyse. Ann Intern Med. 2014; 160(11):774-784.

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ: Plusieurs de nos billets de blogue ont été rédigés avant la pandémie de COVID-19 et ne reflètent donc pas nécessairement les dernières recommandations de santé publique. Bien que le contenu de ces billets de blogue identifie des activités qui favorisent un vieillissement optimal, il est important de s'en tenir aux recommandations de santé publique les plus récentes, comme la distanciation sociale et le lavage fréquent des mains. Certaines des activités suggérées dans ces billets de blogue devront peut-être être modifiées ou évitées afin de se conformer aux recommandations actuelles en matière de distanciation sociale. Pour consulter les dernières mises à jour de l'Agence de la santé publique du Canada, veuillez visiter leur site Web.

Intéressés par les recherches sur le vieillissement? Inscrivez-vous aux alertes par courriel.

Le soutien au Portail est largement assuré par l’Initiative Labarge sur le vieillissement optimal. AGE-WELL est un partenaire contributeur. Aidez-nous à continuer à fournir un accès direct et facile à des informations fondées sur des données probantes sur des enjeux de santé et sociaux pour vous aider à rester en bonne santé, actif et engagé en vieillissant. Faites un don dès aujourd'hui.

La traduction française du contenu destiné au grand public sur ce site Web est soutenue en partie par le Réseau québécois de recherche sur le vieillissement.
© 2012 - 2020 McMaster University | 1280 Main Street West | Hamilton, Ontario L8S4L8 | +1 905-525-9140 | Conditions d'utilisation