+AA
En

Des applications mobiles pourraient-elles aider les aînés à faire face aux phénomènes météorologiques extrêmes?

Les messages clés

  • Les aînés sont plus susceptibles d'être vulnérables lors d'événements météorologiques extrêmes, que ce soit en raison de facteurs sociaux tels que l'isolement social, des facteurs physiques tels que les maladies chroniques ou une diminution de leur capacité à réguler leur température corporelle.

  • Les applications mobiles qui fournissent des informations agrégées sur l'environnement externe pourraient aider à réduire les impacts d'événements météorologiques extrêmes, ainsi qu'à améliorer la santé globale des aînés.

  • Cependant, les applications mobiles actuelles conçues pour les aînés ciblent généralement un seul problème de santé au lieu d'adopter une approche plus globale de la santé qui prend en compte la personne dans son ensemble et la manière dont elle interagit avec son environnement.

Au cours des dernières années, nous avons assisté à une augmentation d'événements météorologiques extrêmes, qu'il s'agisse de vagues de chaleur tout au long de l'été ou de vagues de froid intense en hiver.(1, 2) Si certains sont des événements ponctuels, d'autres font partie des effets à long terme des changements climatiques à l'échelle mondiale. Cela étant dit, il existe de plus en plus de données probantes de recherche sur l'impact négatif des phénomènes météorologiques extrêmes sur la santé humaine (et en particulier sur les aînés).(3)

Prenons l'exemple des vagues de chaleur. Les recherches ont montré que les aînés étaient plus susceptibles d'être vulnérables, que ce soit en raison de facteurs sociaux tels que l'isolement social ou de facteurs physiques tels que les maladies chroniques (par exemple, maladies cardiovasculaires, emphysème, asthme, maladies du rein, maladies neurologiques, hypertension, ou encore diabète) ou une diminution de la capacité de réguler leur température corporelle.(4)

Est-il possible de mieux aider les aînés à gérer leur santé et leur bien-être, en particulier lors d'événements météorologiques extrêmes? Existe-t-il des applications mobiles combinant des informations sur leur état de santé avec des informations sur l'environnement à l'extérieur de leur domicile (par exemple, des températures extrêmes, des conditions glacées ou une mauvaise qualité de l'air)?

Ce que la recherche nous apprend

Une récente revue systématique a examiné 35 études sur l’utilisation des applications mobiles pour les aînés afin de prévenir et gérer les maladies chroniques, ainsi que sur la promotion des activités à l'extérieur de leur domicile (5). Ces applications mobiles sont des programmes informatiques ou des applications logicielles conçues pour fonctionner sur des appareils mobiles tels que des téléphones intelligents ou des tablettes.

La revue a identifié un large éventail d’applications mobiles pouvant favoriser l’autogestion par les aînés (par exemple, le suivi d’informations sur leur santé, leurs symptômes, leurs médicaments, leur alimentation et leurs exercices), aider à effectuer des tests à domicile et à communiquer électroniquement les résultats à un professionnel de la santé; permettre une surveillance continue à domicile et effectuer des auto-évaluations gériatriques.

Cependant, la revue a révélé certaines limites des applications mobiles actuelles. Ces applications ont généralement été développées pour cibler un seul problème de santé (par exemple, la maladie coronarienne, la démence ou le diabète de type 2), plutôt que d'adopter une approche plus holistique de la santé qui prend en compte la personne dans son ensemble et la manière dont elle interagit avec son environnement. Aucune des applications mobiles identifiées n'a été conçue pour accéder à des informations sur l'environnement à l'extérieur du domicile des aînés.

Les auteurs de la revue encouragent le développement d'applications mobiles holistiques capables d'intégrer des informations et des données provenant de sources multiples (y compris sur la santé des aînés et leur environnement externe). De telles applications pourraient contribuer à la prévention et à la gestion des maladies chroniques et à l’amélioration de la santé et du bien-être des aînés. Par exemple, ces applications pourraient fournir des avertissements personnalisés (et des recommandations) en fonction de la localisation de la personne, des conditions météorologiques et de l'état de santé, à l'aide des coordonnées GPS et des données de santé.

Le potentiel inachevé des applications mobiles

Cette revue révèle le potentiel inachevé des applications mobiles. Dans un contexte où les aînés ont une attitude positive à l'égard technologies et sont de plus en plus connectés, les applications mobiles vont probablement devenir de plus en plus populaires. Les résultats d'un récent sondage commandé par AGE-WELL, un réseau de centres d'excellence financé par le gouvernement fédéral et mené par Environics Research, indiquent que:
- 74% des personnes âgées de 65 ans et plus et 80% des personnes âgées de 50 à 64 ans déclarent avoir confiance en l'utilisation des technologies;
- plus de 8 Canadiens sur 10 âgés de 65 ans et plus estiment que les progrès technologiques peuvent aider les aînés à vivre en sécurité, autonomes et plus longtemps chez elles;
- 86% des Canadiens de 65 ans et plus et 94% des Canadiens de 50 ans et plus affirment être en ligne quotidiennement; et
- 58% des Canadiens âgés de 65 ans et plus et près de 8 sur 10 (78%) âgés de 50 à 64 ans possèdent un téléphone intelligent (6).

Cependant, certains professionnels ont fait valoir que nous devions être prudents. Bien que les applications mobiles puissent avoir un grand potentiel, elles peuvent également amener certaines personnes à ressentir une angoisse inutile vis-à-vis de leur état de santé. (7)


Int�ress�s par les recherches sur le vieillissement? Inscrivez-vous aux alertes par courriel.
S'Inscrire
À Propos des Auteurs

Références

  1. Radio-Canada. Climat : les épisodes de chaleur mortelle multipliés. 4 août 2018.

  2. European Academies' Science Advisory Council. Extreme weather events in Europe: Preparing for climate change adaptation: an update on EASAC's 2013 study, Brussels: Belgium, 2018.

  3. Climate change and older Americans: State of the science, Environmental Health Perspectives, 2013, 121(1).

  4. Li M, Gu S, Bi P, Yang J, Liu Q. Heat waves and morbidity: Current knowledge and further direction - Comprehensive literature review. International Journal of Environmental Research and Public Health, 2015, 12(5): 5256-5283.

  5. Black DA, O'Loughlin K, Wilson LA. Climate change and the health of older people in Australia: A scoping review on the role of mobile applications (apps) in ameliorating impact. Australasian Journal on Ageing, 2019, 37(2): 99–106.

  6. AGE-WELL. 7 in 10 Canadians over the age of 65 feel confident about technology use and 86% are online daily, Toronto: Canada, 16 September 2019.

  7. Evidence-based Living. Evidence gap: What we don't know about health apps, Cornell University, Ithaca: United States, 2015.

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ: Les billets du blogue sont présentés à titre informatif seulement. Ils ne remplacent pas les conseils de vos propres professionnels de la santé.

Intéressés par les recherches sur le vieillissement? Inscrivez-vous aux alertes par courriel.

Le soutien au Portail est largement assuré par l’Initiative Labarge sur le vieillissement optimal. AGE-WELL est un partenaire contributeur. Aidez-nous à continuer à fournir un accès direct et facile à des informations fondées sur des données probantes sur des enjeux de santé et sociaux pour vous aider à rester en bonne santé, actif et engagé en vieillissant. Faites un don dès aujourd'hui.

La traduction française du contenu destiné au grand public sur ce site Web est soutenue en partie par le Réseau québécois de recherche sur le vieillissement.
© 2012 - 2019 McMaster University | 1280 Main Street West | Hamilton, Ontario L8S4L8 | +1 905-525-9140 | Conditions d'utilisation