+AA
En

Les anomalies du rythme cardiaque : Comment se comparent les différents médicaments ?

Les messages clés

  • La fibrillation auriculaire est une maladie qui cause une irrégularité des battements du cœur et augmente le risque d’accident vasculaire cérébral.
  • Différents types d’anticoagulants sont utilisés pour traiter la fibrillation auriculaire : les antagonistes de la vitamine K (la warfarine), les nouveaux anticoagulants oraux (NACO - par exemple, l’apixaban, le dabigatran, le rivaroxaban, l’édoxaban) et l’aspirine. 
  • La warfarine réduit le risque d’AVC et de blocage des vaisseaux sanguins par les caillots sanguins par rapport à l’aspirine, sans augmentation du risque d’hémorragie majeure.
  • Par rapport à la warfarine, les nouveaux anticoagulants oraux (NACO) sont plus efficaces pour réduire le risque d’accident vasculaire cérébral ou d’obstruction des vaisseaux sanguins et d’hémorragies majeures
  • Consultez votre prestataire de soins de santé pour savoir quelle option de traitement vous convient le mieux.

Lorsque vous faites une fibrillation auriculaire, ou « FA », votre rythme cardiaque est anormal (1). Ainsi, votre cœur peut s’emballer et palpiter, mais pas dans le bon sens.

Si vous souffrez de fibrillation auriculaire, vous n’êtes pas seul. La fibrillation auriculaire est le type d’anomalie du rythme cardiaque le plus répandu chez les adultes (2 - 6), touchant 350 000 Canadiens (7) et environ 1 adulte sur 4 âgé de 40 ans et plus (3 ; 8). À mesure que la population mondiale vieillit, cette situation devrait devenir encore plus courante (3 ; 9-11).

Au cours de la fibrillation auriculaire, le cœur bat souvent plus vite que la normale, la moitié supérieure du cœur se désynchronise de la moitié inférieure (1). Cela signifie que le sang n’entre pas et ne sort pas de votre cœur comme il le devrait. Bien que la fibrillation auriculaire ne menace généralement pas la vie, elle nécessite parfois un traitement médical d’urgence (1-3 ; 12). Cela peut également entraîner des complications — les personnes atteintes de fibrillation auriculaire présentent un risque plus élevé d’AVC et de caillots sanguins potentiellement dangereux dans les veines ou les poumons. On pense que ce risque accru résulte de modifications du débit sanguin, de la composition sanguine ou de la paroi des vaisseaux sanguins (3 ; 13).

Les personnes atteintes de fibrillation auriculaire sont souvent traitées avec des anticoagulants afin de réduire le risque de développer un caillot sanguin. L’aspirine et les antagonistes de la vitamine K tels que la warfarine font partie des anticoagulants plus anciens. Les nouveaux anticoagulants oraux (NACO), comme le dabigatran, le rivaroxaban, l’apixaban et l’édoxaban (2 ; 14) sont plus récents.

Chaque type d’anticoagulant a ses propres risques et avantages. Mais quels sont ceux qui fonctionnent le mieux pour prévenir les AVC et les caillots sanguins et dans quelle mesure sont-ils sûrs ? Une revue systématique récente a exploré les données disponibles (2 ; 3).

Ce que la recherche nous apprend

Dans l’ensemble, la revue systématique a montré que la warfarine peut réduire le risque d’AVC et de blocage des vaisseaux sanguins par des caillots sanguins et le décès chez les personnes âgées de 65 ans et plus avec fibrillation auriculaire, par rapport à l’aspirine ou à l’absence de traitement. De plus, il n’y a pas de risque accru de saignement majeur.

Les personnes âgées qui prennent les NACO semblent s’en tirer encore mieux que ceux qui prennent de la warfarine. En tant que groupe, les NACO sont associés à un risque plus faible d’AVC et de formation de caillots sanguins, ainsi qu’à un risque réduit d’hémorragie majeure (2 ; 3) et de décès (2) par rapport à la warfarine. Cela dit, ces résultats peuvent différer selon la personne et le NACO utilisé — alors que certains d’entre eux sont supérieurs à la warfarine, d’autres sont à égalité avec elle en matière d’AVC ou de caillots sanguins et d’hémorragies majeures (2).

Il est important de garder à l’esprit que les NACO ne conviennent pas à tout le monde. Comme pour tout médicament, des facteurs tels que votre état de santé, les autres médicaments que vous prenez, et bien d’autres choses encore, jouent un rôle dans la capacité de votre prestataire de soins de santé de vous le prescrire. Le prix est également un facteur, car les NACO ont tendance à être plus chers que la warfarine.

Bien que la fibrillation auriculaire puisse semer un chaos temporaire de votre rythme cardiaque, ce chaos n’a pas besoin de causer le désordre dans votre vie. Les nouveaux anticoagulants peuvent constituer un moyen plus sûr et plus efficace d’atténuer les battements de votre cœur et les complications qui en découlent. Consultez votre prestataire de soins de santé pour savoir quelle option de traitement vous convient le mieux et avant d’apporter des changements à votre médication.


Int�ress�s par les recherches sur le vieillissement? Inscrivez-vous aux alertes par courriel.
S'Inscrire
À Propos des Auteurs

Références

  1. Mayo Clinic. Atrial fibrillation. [Internet] 2018. [consulté en mai 2019]. Disponible en ligne en anglais : https://www.mayoclinic.org/diseases-conditions/atrial-fibrillation/symptoms-causes/syc-20350624
  2. Bai Y, Guo SD, Deng H, et coll. Effectiveness and safety of oral anticoagulants in older patients with atrial fibrillation: A systematic review and meta-regression analysis. Age Ageing. 2018; 47(1):9–17. doi: 10.1093/ageing/afx103.  
  3. Bruins Slot KM, Berge E. Factor Xa inhibitors versus vitamin K antagonists for preventing cerebral or systemic embolism in patients with atrial fibrillation. Cochrane Database Syst Rev. 2018; (3):CD008980. doi: 10.1002/14651858.CD008980.pub3. 
  4. Go AS, Hylek EM, Philips KA, et coll. Prevalence of diagnosed atrial fibrillation in adults. National implications for rhythm management and stroke prevention: The AnTicoagulation and Risk Factors in Atrial Fibrillation (ATRIA) Study. JAMA. 2001; 285: 2370–2375. doi: 10.1001/jama.285.18.2370. 
  5. Lip GY, Brechin CM, Lane DA. The global burden of atrial fibrillation and stroke: A systematic review of the epidemiology of atrial fibrillation in regions outside North America and Europe. Chest. 2012; 142:1489–1498. 
    doi: 10.1378/chest.11-2888.
  6. Sun GZ, Guo L, Wang XZ, et coll. Prevalence of atrial fibrillation and its risk factors in rural China: A cross-sectional study. Int J Cardiol. 2015; 182:13–17. doi: 10.1016/j.ijcard.2014.12.063.
  7. Coeur + AVC. Fibrillation auriculaire. [Internet] 2018. [consulté en mai 2019]. Disponible en ligne : https://www.coeuretavc.ca/coeur/problemes-de-sante/fibrillation-auriculaire
  8. Lloyd‐Jones DM, Wang TJ, Leip EP, et coll. Lifetime risk for developing atrial fibrillation: The Framingham Heart Study. Circulation. 2007; 110:1042–1046.
  9. Wattigney WA, Mensah GA, Croft JB. Increasing trends in hospitalisation for atrial fibrillation in the United States, 1985 through 1999: Implications for primary prevention. Circulation 2003; 108:711–716.
  10. Miyasaki Y, Barnes ME, Gersh BJ, et coll. Secular trends in incidence of atrial fibrillation in Olmsted County, Minnesota, 1980 to 2000, and implications on the projection for future prevalence. Circulation. 2006; 114:119–125.
  11. Krijthe BP, Kunst A, Benjamin EJ, et coll. Projections on the number of individuals with atrial fibrillation in the European Union, from 2000 to 2060. Eur Heart J. 2013; 34:2746–2751. doi: 10.1093/eurheartj/eht280.
  12. Wolf PA, Abbott RD, Kannel WB. Atrial fibrillation as an independent risk factor for stroke: The Framingham Study. Stroke. 1991; 22:983–938. doi: 10.1161/01.str.22.8.983.
  13. Watson T, Shantsila E, Lip GYH. Mechanisms of thrombogenesis in atrial fibrillation: Virchow’s triad revisited. Lancet. 2009; 373:155–166. doi: 10.1016/S0140-6736(09)60040-4.
  14. Lane DA, Wood K. A patient’s guide to taking the non-vitamin K antagonist oral anticoagulants (NOACs) for atrial fibrillation. Circulation. 2015; 131(16):e412-e415. doi: 10.1161/CIRCULATIONAHA.114.012808. 

 

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ: Les billets du blogue sont présentés à titre informatif seulement. Ils ne remplacent pas les conseils de vos propres professionnels de la santé.

Intéressés par les recherches sur le vieillissement? Inscrivez-vous aux alertes par courriel.

Le soutien au Portail est largement assuré par l’Initiative Labarge sur le vieillissement optimal. AGE-WELL est un partenaire contributeur. Aidez-nous à continuer à fournir un accès direct et facile à des informations fondées sur des données probantes sur des enjeux de santé et sociaux pour vous aider à rester en bonne santé, actif et engagé en vieillissant. Faites un don dès aujourd'hui.

La traduction française du contenu destiné au grand public sur ce site Web est soutenue en partie par le Réseau québécois de recherche sur le vieillissement.
© 2012 - 2019 McMaster University | 1280 Main Street West | Hamilton, Ontario L8S4L8 | +1 905-525-9140 | Conditions d'utilisation