+AA
En

Réalité ou fiction: les recherches lèvent le voile sur des médicaments courants

Les messages clés

  • Les idées fausses sur les médicaments peuvent avoir des répercussions négatives, allant de la déception (que le traitement ne fonctionne pas) aux effets secondaires graves.
  • De nouveaux résultats issues de recherches scientifiques contredisent les idées reçues sur six médicaments couramment utilisés.
  • Consultez votre médecin et votre pharmacien pour vous assurer que vous suivez des recommandations fondées sur des données probantes récentes pour tous vos médicaments.  

Les gens croient toutes sortes de choses qui ne sont pas nécessairement vraies. Avons-nous réellement besoin d’attendre une heure après un repas avant d’aller nager? Attraperons-nous un rhume si nous sortons avec les cheveux mouillés? Il n’y a souvent pas de mal à croire les mythes populaires au sujet de la santé. Toutefois, lorsqu’il s’agit des médicaments que vous prenez, les mythes et les idées fausses peuvent potentiellement être dangereuses.

Les recherches révèlent que certains médicaments ne sont pas aussi efficaces que l'on peut croire. En fait, certains médicaments peuvent même causer d’autres problèmes de santé. Voici six exemples récents. Cliquez sur les liens pour en apprendre davantage sur les recherches qui ont permis de déboulonner des mythes.


1. L’hormonothérapie pour la santé du coeur?
Depuis de nombreuses années, les femmes consentent volontiers à l’hormonothérapie de remplacement croyant que cela ne serait pas seulement utile contre les symptômes gênants de la ménopause, mais que cela offrirait également une protection contre les maladies du coeur. Les données d’études à grande échelle révèlent que l’hormonothérapie de remplacement augmente en fait le risque de caillots de sang et d’accidents vasculaires cérébraux (1).

Des nouvelles fraîches pour les femmes: les derniers résultats au sujet de l’hormonothérapie pour la ménopause et les maladies cardiaques


 2. Les opioïdes pour la douleur chronique?
La dépendance aux opioïdes — et les coûts de soins de santé ainsi que les surdoses tragiques qui en résultent — a atteint des proportions épidémiques. Ainsi, le vent commence à tourner sur la prescription généralisée d'opioïdes pour soulager la douleur chronique. Les données probantes issues de recherches scientifiques suggèrent que les opioïdes offrent seulement un soulagement limité. Les médecins sont exhortés à recommander en premier lieu des traitements alternatifs, pour prendre en charge la douleur chronique, y compris les antidépresseurs, l’exercice, l’acupuncture ou la pleine conscience (2 ; 3).

Un examen plus approfondi de l'utilisation des opioïdes pour la douleur chronique


 3. Les médicaments hypocholestérolémiants pour diminuer le risque de démence?
Des données prometteuses ont suggéré que la prise de statines — les médicaments hypocholestérolémiants qui améliorent la santé cardiovasculaire — pouvait également réduire le risque de démence. Malheureusement, ce n’est pas aussi simple qu’on le pense.

Les médicaments pour diminuer le cholestérol contribuent-ils à prévenir la démence?


 4. Les antipsychotiques pour les personnes atteintes de démence?
Les comportements troublants associés à la démence, notamment l’agressivité, l’agitation, les hallucinations, les délires, l’errance et les fugues — sont les plus difficiles pour les proches aidants. Les médicaments antipsychotiques aident jusqu’à un certain point, c’est pourquoi ils sont largement prescrits. Cela dit, ils ont beaucoup d’effets secondaires. Les données probantes issues de recherches scientifiques donnent à penser que les approches non médicamenteuses devraient être envisagées en premier lieu. Les soins axés sur la personne, la stimulation sensorielle et l’écoute de musique sont trois stratégies de traitement non pharmacologique fondées sur des données probantes pour aider à atténuer ces comportements difficiles à gérer (4).

Le traitement des problèmes comportementaux de la démence: quand la confusion mène à la controverse

La démence et les médicaments antipsychotiques


5. Les suppléments de vitamines pour la vision?
Les problèmes courants de vision liée à l’âge incluent les cataractes et la dégénérescence maculaire. Les compagnies qui produisent des vitamines et des suppléments prétendent souvent que la prise d’antioxydants vous aidera à prévenir ces maladies. Méfiez-vous, chers consommateurs! Les données probantes issues de recherches scientifiques indiquent avec certitude que ces suppléments n'empêchent pas, ou ne ralentissent pas, la progression de ces problèmes de vision (5).

Les vitamines anti-oxydantes pour la santé oculaire? Les données probantes nous éclairent


 6. Les médicaments prescrits contre les brûlures d’estomac?
Les inhibiteurs de la pompe à proton (IPP) — les médicaments qui suppriment la production d’acide dans l’estomac — sont parmi les médicaments les plus couramment prescrits dans le monde. Cela commence à changer, car on s’aperçoit qu’ils ne sont pas nécessaires pour beaucoup de personnes. Les recommandations actuelles préconisent d’éviter complètement les IPP. Si on doit en prendre, ce doit être à la dose la plus faible et pour de courtes périodes (6).

Vous souffrez de brûlures d’estomac? Évitez de consommer des médicaments inhibiteurs de la sécrétion d’acide

Restez informés pour éviter de prendre des médicaments inutiles
Bien sûr, vous pouvez boire du lait chaud avant d’aller au lit et éviter de lire dans la pénombre. Mais ne soyez pas si confiant lorsqu’il s’agit des médicaments que vous prenez!

Les chercheurs médicaux travaillent toujours pour examiner l’efficacité des médicaments et des traitements ainsi que pour évaluer les risques d’effets secondaires. De nouveaux résultats peuvent souvent contredire des idées bien ancrées. Garder un contact régulier avec votre médecin et votre pharmacien vous aidera à vous assurer que les médicaments que vous prenez sont à jour et appropriés pour vos besoins.


À Propos des Auteurs

Références

  1. Boardman HM, Hartley L, Eisinga A, et coll. L'hormonothérapie pour prévenir les maladies cardiovasculaires chez les femmes post-ménopausées. Cochrane Database Syst Rev. 2015; 3:CD002229. doi: 10.1002/14651858.CD002229.pub4. 
  2. Chou R, Turner JA, Devine EB, et coll. L'efficacité et les risques de la thérapie aux opioïdes à long terme pour la douleur chronique : une revue systématique pour un atelier des National Institutes of Health sur les chemins vers la prévention. Ann Intern Med. 2015; 162(4):276-86. doi: 10.7326/M14-2559. 
  3. Chou R, Deyo R, Friedly J, et coll. Les traitements non invasifs pour la lombalgie: une revue de l'efficacité comparée n° 169. 2016; Report No.: 16-EHC004-EF. 
  4. Ueda T, Suzukamo Y, Sato M, et coll. Effets de la thérapie par la musique sur les symptômes comportementaux et psychologiques de la démence : une revue systématique et une méta-analyse. Ageing Res Rev. 2013; 12(2):628-641. doi: 10.1016/j.arr.2013.02.003. 
  5. Evans JR, Lawrenson JG. Suppléments de vitamines et minéraux antioxydantes pour prévenir la dégénérescence maculaire liée à l'âge. Cochrane Database Syst Rev. 2017; 7:CD000253. doi: 10.1002/14651858.CD000253.pub4. 
  6. Haastrup P, Paulsen MS, Begtrup LM, et coll. Les stratégies pour l'arrêt des inhibiteurs de la pompe à protons: une revue systématique. Fam Pract. 2014; 31(6):625-630. doi: 10.1093/fampra/cmu050. 

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ: Les billets du blogue sont présentés à titre informatif seulement. Ils ne remplacent pas les conseils de vos propres professionnels de la santé.

La traduction française du contenu destiné au grand public sur ce site Web est soutenue en partie par le Réseau québécois de recherche sur le vieillissement.
© 2012 - 2017 McMaster University | 1280 Main Street West | Hamilton, Ontario L8S4L8 | +1 905-525-9140 | Conditions d'utilisation