+AA
En

Soyez prudent avec le soleil afin d’éviter le cancer de la peau

Les messages clés

  • La cause la plus fréquente de cancer de la peau est l’exposition aux rayons ultraviolets (rayons UV), dont le soleil est la principale source.
  • Les gens peuvent développer un cancer de la peau à tout âge. Il y a eu une augmentation significative des diagnostics de mélanomes dans les 25 dernières années.
  • Le dépistage et d’autres mesures pour la détection précoce du cancer de la peau ne semblent pas améliorer les taux de mortalité.
  • Restez sur vos gardes. Assurez-vous que votre peau est toujours bien protégée.

Oh, les beaux jours... Beaucoup conviennent qu’il n’y a vraiment rien de mieux que de se détendre au grand air peut-être même de s’exposer aux rayons dorés du soleil. Mais comme la plupart des choses que nous apprécions dans la vie, la modération est essentielle et c’est particulièrement vrai quand il s’agit de l’exposition au soleil.


Le cancer de la peau affecte des personnes de tous les âges et la cause principale est l’exposition au rayonnement ultraviolet (UV), principalement ceux du soleil bien que les lits de bronzage soient une autre source de rayons UV (1 ; 2). Le type le plus commun de cancer de la peau est le carcinome basocellulaire, suivi par le carcinome squameux (1). Ces deux types de cancers qui ne sont pas des mélanomes ont tendance à se développer lentement et à rarement évoluer vers des métastases (propagation vers d’autres parties du corps), contrairement aux mélanomes (1). Les mélanomes sont fréquemment diagnostiqués chez les hommes et les femmes. En 2017, environ 7200 Canadiens recevront un diagnostic de mélanomes et 1 250 en mourront (3).


Peut-on prévenir certains de ces décès par le dépistage et la surveillance pour détecter le cancer à un stade précoce? C’est le sujet de recherches en cours, mais jusqu’ici, les données ne sont pas encourageantes : une étude a constaté que les programmes de dépistage ont seulement un très petit effet sur le nombre de décès dû au cancer de la peau (4).


Comment profiter du soleil sans danger

Alors que les gens sont encore invités à faire vérifier tous les grains de beauté et les excroissances inhabituels, la prévention reste la clef pour réduire le risque de cancer de la peau. Voici les manières de garder une distance sûre et respectable des puissants rayons du soleil (5) :

  • Limitez le temps que vous passez au soleil et évitez de vous exposer durant le milieu de la journée (entre 10 h et au moins 14 h).

  • Couvrez-vous. Portez un chapeau, des lunettes de soleil et des vêtements conçus pour vous protéger contre les rayons du soleil. Le fait de rester à l’ombre et de se couvrir est plus efficace que les lotions solaires pour réduire le risque de cancer (6).

  • Si vous devez vous exposer au soleil, employez un écran solaire de bonne qualité avec un FPS d’au moins 15 et réappliquez-en fréquemment.

  • Soyez particulièrement vigilant quand vous êtes dans l’eau, sur le sable ou sur la neige, car ils reflètent les rayons du soleil.

  • Ne supposez pas que vous êtes à l’abri lorsque la température est basse, que le soleil n’est pas très fort ou qu’il y a une brise rafraîchissante. Il ne faut pas sentir la chaleur pour souffrir de coups de soleil et de dommages à la peau!

  • Évitez d’utiliser des lits de bronzage — les études démontrent que leur utilisation augmente de 16 % vos risques de mélanomes (7).


Un bronzage intense peut sembler attrayant à court terme — mais nous savons que c’est un signe d’atteinte cutanée et un signal d’alarme dont il faut tenir compte si l’on veut éviter le cancer de la peau.

Ressources en vedette

  1. Évaluation de ressources Web: Mélanome

  2. Évaluation de ressources Web: Réduire votre risque de mélanome

  3. Évaluation de ressources Web: Les meilleurs écrans solaires: comprendre les options d'écrans solaires

  4. Évaluation de ressources Web: Détecter le cancer de la peau non mélanique

  5. Évaluation de ressources Web: Trouver le cancer de la peau autre que le mélanome à ses débuts


Intéressés par les recherches sur le vieillissement? Inscrivez-vous aux alertes par courriel.
S'Inscrire
À Propos des Auteurs

Références

  1. Linares MA, Zakaria A, Nizran P. Skin cancer. Prim Care. 2015 ; 42 (4) :645-659. doi: 10.1016/j.pop.2015.07.006

  2. International Agency for Research on Cancer. IARC monographs on the evaluation of carcinogenic risks to humans. Lyon (FR) : Centre international de recherche sur le cancer ; 2012. 100D vol. Disponible en ligne en anglais : http://monographs.iarc.fr/ENG/Monographs/vol100D/mono100D.pdf

  3. Comité consultatif de la Société canadienne du cancer : Statistiques canadiennes sur le cancer 2017. Toronto, ON : Société canadienne du cancer ; 2017. 147 p. Disponible en ligne : http://www.cancer.ca/~/media/cancer.ca/CW/publications/Canadian Cancer Statistics/Canadian-Cancer-Statistics-2017-FR.pdf

  4. Wernli KJ, Henrikson NB, Morrison CC et coll. Le dépistage du cancer de la peau chez les adultes: rapport sur les données probantes et revue systématique mis à jour pour la U.S. Preventive Services Task Force. JAMA. 2016; 316(4):436-447. doi:10.1001/jama.2016.5415.

  5. World Health Organization, International Agency for Research on Cancer. IARC Handbooks of Cancer Prevention: sunscreens. Lyon (FR) : Organisation mondiale de la santé et Centre international de recherche sur le cancer ; 2001. 5 vol. Disponible en ligne en anglais seulement : http://publications.iarc.fr/Book-And-Report-Series/Iarc-Handbooks-Of-Cancer-Prevention/Sunscreens-2001 

  6. Linos E, Keiser E, Fu T et coll. Hat, shade, long sleeves, or sunscreen? Rethinking US sun protection messages based on their relative effectiveness. Cancer Causes Control. 2011; 22(7):1067-1071. doi:10.1007/s10552-011-9780-1.

  7. Colantonio S, Bracken M, Beecker J. The association of indoor tanning and melanoma in adults: systematic review and meta-analysis. J Am Acad Dermatol. 2014; 70(5):847-857. doi: 10.1016/j.jaad.2013.11.050.

  8. Tierney P, Ferguson J, Ibbotson S et coll. Nine out of 10 sunbeds in England emit ultraviolet radiation levels that exceed current safety limits. Br J Dermatol. 2013 ; 168 (3) :602-608. doi:10.1111/bjd.12181.

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ: Les billets du blogue sont présentés à titre informatif seulement. Ils ne remplacent pas les conseils de vos propres professionnels de la santé.

Intéressés par les recherches sur le vieillissement? Inscrivez-vous aux alertes par courriel.
La traduction française du contenu destiné au grand public sur ce site Web est soutenue en partie par le Réseau québécois de recherche sur le vieillissement.
© 2012 - 2019 McMaster University | 1280 Main Street West | Hamilton, Ontario L8S4L8 | +1 905-525-9140 | Conditions d'utilisation