+AA
En

Les suppléments nutritionnels aident-ils à réduire le risque de cancer?

Les messages clés

  • La publicité et les articles dans les médias populaires continuent de recommander des suppléments nutritionnels pour la prévention du cancer.
  • Jusqu’à maintenant, il y a peu ou pas données solides pour étayer ces allégations.
  • Oubliez les suppléments, mais suivez les lignes directrices fondées sur des données probantes : plus de fruits, de légumes et de fibres ; moins de viande rouge et de viandes transformées

Selon les dernières recherches, si nous voulons vieillir de façon optimale et réduire notre risque de cancer, nous devons faire de l’exercice régulièrement et avoir une alimentation nutritive et équilibrée qui comprend beaucoup de légumes et de fruits (1). Cela semble raisonnable et c’est ce que nous nous efforçons déjà de faire. Mais que faire d’autre?! Par exemple, tous les suppléments et les « super-aliments » dont nous entendons parler — devrions-nous aussi en faire provision?


Ces dernières années, nous avons été submergés par des informations sur les bienfaits de divers suppléments vitaminiques et minéraux pour prévenir le cancer tels que le sélénium, le calcium, les vitamines A, C et D et diverses combinaisons de concentrés « d'ingrédients naturels ». Apparemment, ils vous aideraient à perdre du poids sans effort et à inverser le vieillissement — en plus de prévenir le cancer!


Sans doute, ces allégations sont exagérées, mais est-ce seulement du battage médiatique? Devrions-nous prendre des suppléments nutritionnels, dans l’éventualité qu’ils aient certains avantages? N’y a-t-il aucun mal à les prendre? Heureusement pour nous, des équipes de recherche scientifique et médicale se sont penchés sur ces questions.


Ce que la recherche nous apprend

Les vitamines, les minéraux et d’autres nutriments sont essentiels à une bonne santé et peuvent aider à la lutte contre le cancer et d’autres maladies (1). Mais ne pensez pas les obtenir sous forme de pilules. Jusqu’ici, les recherches menées montrent peu ou pas d’avantages à la prise de minéraux, de vitamines et d’autres suppléments nutritionnels dans la lutte contre le cancer (2, 3, 4).


Quelques essais cliniques montrent un léger avantage de certaines combinaisons nutritionnelles pour aider à prévenir le cancer de la prostate (5). Mais jusqu’à ce que d’autres recherches démontrent le contraire, il n’y a pas assez de données probantes pour justifier de dépenser de l’argent pour des suppléments. En fait, il y a des données probantes selon lesquelles les suppléments nutritionnels peuvent faire plus de mal que de bien — comme dans le cas du bêta-carotène qui augmente le risque de cancer du poumon chez certaines personnes (3).


Au lieu de cela, réduisez votre risque de cancer en mettant l’accent sur des stratégies nutritionnelles fondées sur des données probantes : mangez au moins cinq portions de légumes et de fruits par jour (soit 2,5 tasses au total), consommez une quantité adéquate de fibres, et limitez votre consommation de viandes rouges et de viandes transformées (1). Prêt à commencer? Sautez la visite à la pharmacie et faites vos emplettes dans l’allée des produits frais du supermarché ou au marché fermier local!


Int�ress�s par les recherches sur le vieillissement? Inscrivez-vous aux alertes par courriel.
S'Inscrire
À Propos des Auteurs

Références

  1. Kushi LH, Doyle C, McCullough M et coll. American Cancer Society guidelines on nutrition and physical activity for cancer prevention: reducing the risk of cancer with healthy food choices and physical activity. CA Cancer J Clin. 2012 ; 62 (1) :30-67. doi: 10.3322/caac.20140.

  2. Vinceti M, Dennert G, Crespi CM et coll. Le sélénium dans la prévention du cancer. Cochrane Database Syst Rev. 2014; Art. No. CD005195. doi:10.1002/14651858.CD005195.pub3.

  3. Moyer VA. Vitamin, mineral and multivitamin supplements for the primary prevention of cardiovascular disease and cancer: U.S. Preventive Services Task Force recommendation statement. Ann Intern Med. 2014; 160(8):558-564. doi: 10.7326/M14-0198

  4. Bjelakovic G, Lotte Gluud L, Dimitrinka N et coll. Les suppléments de vitamine D pour la prévention du cancer chez les adultes. Cochrane Database Syst Rev. 2014; Art. No. CD007469. doi: 10.1002/14651858.CD007469.pub2.

  5. Hackshaw-McGeagh LE, Perry RE, Leach VA et coll. Une revue systématique des interventions alimentaires, nutritionnelles et d'activités physiques pour la prévention de la progression et de la mortalité du cancer de la prostate. Cancer Causes Control. 2015 ; 26 (11) :1521-1550. doi: 10.1007/s10552-015-0659-4.

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ: Les billets du blogue sont présentés à titre informatif seulement. Ils ne remplacent pas les conseils de vos propres professionnels de la santé.

Intéressés par les recherches sur le vieillissement? Inscrivez-vous aux alertes par courriel.

Le soutien au Portail est largement assuré par l’Initiative Labarge sur le vieillissement optimal. AGE-WELL est un partenaire contributeur. Aidez-nous à continuer à fournir un accès direct et facile à des informations fondées sur des données probantes sur des enjeux de santé et sociaux pour vous aider à rester en bonne santé, actif et engagé en vieillissant. Faites un don dès aujourd'hui.

La traduction française du contenu destiné au grand public sur ce site Web est soutenue en partie par le Réseau québécois de recherche sur le vieillissement.
© 2012 - 2019 McMaster University | 1280 Main Street West | Hamilton, Ontario L8S4L8 | +1 905-525-9140 | Conditions d'utilisation