+AA
En

Les options de traitement de la dysfonction érectile

Les messages clés

  • Les traitements pharmacologiques courants pour traiter la dysfonction érectile sont efficaces, mais  ont aussi des effets secondaires.
  • Une nouvelle étude des «compromis» peut aider les hommes – et leurs médecins et leurs partenaires – à choisir le médicament qui répond le mieux à leurs besoins
  • Perdre du poids, améliorer son alimentation et faire des exercices réguliers (comme la marche) peuvent-être aussi stimuler la fonction sexuelle et éviter les effets secondaires liés au traitement pharmacologique.

À en juger par l’ensemble des publicités pour des produits comme le Cialis, le Viagra et le Levitra, beaucoup d’hommes ont un dur... euh, moment difficile pour atteindre ou maintenir une érection assez longtemps afin d'avoir un rapport sexuel. La dysfonction érectile, ou l'impuissance comme on disait– est en effet une affection très fréquente qui peut toucher les hommes à tout âge, mais surtout quand ils vieillissent (1). En fait, la dysfonction érectile est un problème pour environ 50 % de tous les hommes âgés de 40 à 70 ans (2) avec des répercussions potentiellement négatives  sur leur bien-être émotionnel, leurs relations et leur qualité de vie.

C’est déprimant, mais il y a des solutions simples et efficaces, y compris les  pilules mentionnées ci-dessus. Elles figurent parmi les sept différents médicaments couramment prescrits pour traiter la dysfonction érectile. Elles fonctionnent toutes de la même façon avec quelques variations selon le médicament spécifique. La plupart se prennent  « au besoin », en moyenne une heure avant les rapports sexuels (3).

La bonne nouvelle est qu’elles sont faciles à prendre, qu'on les considère comme sûres et qu'elles fonctionnent pour la majorité des hommes (4). Mais comme la plupart des médicaments, il peut y avoir des effets secondaires gênants, dont les plus fréquents sont des maux de tête, une rougeur au visage et l’indigestion (4).

Alors quel est le meilleur choix ? Une revue systématique récente de ces sept médicaments a analysé 82 essais cliniques aléatoires pour mesurer l’efficacité et 72 autres essais cliniques aléatoires afin d’examiner les effets secondaires (5). Les auteurs de la revue ont considéré les compromis entre les mérites et les inconvénients de chaque médicament.

Ce que nous dit la recherche

Conformément à d’autres études, les sept médicaments ont entraîné une réduction de la dysfonction érectile par rapport à un placebo. En d’autres termes : ils fonctionnent ! Malheureusement, il n’y a pas de pilule miracle qui soit efficace et sans effets secondaires. En général, l’examen a montré que plus l’efficacité d’une drogue augmente, plus le risque d’effets secondaires augmente aussi.

Dans cette revue systématique des « compromis », le traitement pharmacologique le plus efficace était la dose de 50 mg de sildénafil (l’ingrédient actif du Viagra, aussi vendu sous forme générique). Cependant ce médicament présentait également le plus grand risque d’effets secondaires – en moyenne, les hommes prenant ce médicament s'exposaient à une augmentation de 18 % du risque d’effets secondaires par rapport aux hommes prenant un placebo. Si c’est un sujet de préoccupation, la dose de 10 mg de tadalafil (vendu sous la marque Cialis, ainsi que sous forme générique) serait peut être une meilleure option (avec une augmentation de seulement 10 % du risque d’effets secondaires), mais cela se fait aux dépens de l'efficacité. La décision quant au choix du médicament consiste à peser les risques et les avantages de chaque traitement. Un graphique qui compare les sept médicaments communs pour traiter la dysfonction érectile est disponible dans notre résumé des données probantes de la revue systématique.

Une alternative aux médicaments pourrait être des changements au style de vie. Des données démontrent que perdre du poids, améliorer son régime alimentaire, et faire des exercices réguliers (comme la marche) peuvent améliorer la fonction sexuelle (6,7,8).

L’essentiel est qu’il y a des solutions et des options pour répondre aux préférences et aux besoins individuels. La première étape consiste à décider ce qui est important pour vous, puis de travailler avec votre médecin afin de planifier une stratégie pour revenir dans le jeu.


À Propos des Auteurs

Références

  1. Hatzimouratidis K, Eardley I, Giuliano F et coll. Guidelines on male sexual dysfunction: erectile dysfunction and premature ejaculation. [Internet] 2015. [cite en août 2016]. Disponible en ligne http://uroweb.org/wp-content/uploads/14-Male-Sexual-Dysfunction_LR1.pdf
  2. Johannes CB, Araujo AB, Feldman HA et coll. Incidence of erectile dysfunction in men 40 to 69 years old: longitudinal results from the Massachusetts male aging study. J Urol. 2000; 163(2):460–463.
  3. Dorsey P, Keel C, Klavens M et coll. Phosphodiesterase type 5 (PDE5) inhibitors for the treatment of erectile dysfunction. Expert Opin Pharmacother. 2010; 11(7):1109-1122.
  4. Yuan J, Zhang R, Yang Z et coll. Comparative effectiveness and safety of oral phosphodiesterase type 5 inhibitors for erectile dysfunction: a systematic review and network meta-analysis. Eur Urol. 2013; 63: 902-912.
  5. Chen L, Staubli SE, Schneider MP et coll. Phosphodiesterase 5 inhibitors for the treatment of erectile dysfunction: a trade-off network meta-analysis. Eur Urol. 2015; 68(4):674–680. 
  6. Kolotkin RL, Zunker C, Ostbye T. Sexual functioning and obesity: a review. Obesity (Silver Spring). 2012; 20(12): 2324-2333. 
  7. Gupta BP, Murad MH, Clifton MM et coll. The effect of lifestyle modification and cardiovascular risk factor reduction on erectile dysfunction: a systematic review and meta-analysis. Arch Intern Med. 2011; 171(20):1797-1803.
  8. Begot I, Peixoto TC, Gonzaga LR et coll. A home-based walking program improves erectile dysfunction in men with an acute myocardial infarction. Am J Cardiol. 2015; 115(5):571-575. 

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ: Les billets du blogue sont présentés à titre informatif seulement. Ils ne remplacent pas les conseils de vos propres professionnels de la santé.

La traduction française du contenu destiné au grand public sur ce site Web est soutenue en partie par le Réseau québécois de recherche sur le vieillissement.
© 2012 - 2017 McMaster University | 1280 Main Street West | Hamilton, Ontario L8S4L8 | +1 905-525-9140 | Conditions d'utilisation